Partagez
Aller en bas
avatar
Naaito Seerarr
Nouvel Arrivant
Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 27/06/2013

Seerarr Naaito

le Jeu 27 Juin 2013 - 2:11
    Identité
  • Nom : Seerarr Naaito
  • Autre Comptes : Aucun

    Profil
  • Race : Humaine
  • Sexe : Masculin
  • Âge : 32 ans
  • Planète d'origine : Coruscant
  • Apparence :
    Si vous le rencontrez le au détour d’une coursive…Un individu de corpulence moyenne qui n’attire pas forcement l’œil. Le genre de personne que vous croisez partout et que vous avez prit l’habitude de négliger. Votre voisin, l’homme assit à côté de vous dans cette navette, celui qui c’est installé à côté de vous dans cette cantina . Si vous insistez, c’est un visage dans la trentaine que vous découvriez. Il n’est pas spécialement beau et pourtant il s’en dégage quelque chose. Quelque chose qui vous obligera peut être à regarder plus en détail. Un regard d’un bleu intense, particulièrement clair presque gris d’où se dégage un charisme certain. Une aura de commandement. Son visage encadré par des cheveux mi-long, d’un blond cendré, le plus souvent négligé. Aussi nonchalant que la manière dont il porte ses vêtements.

    Au-delà de ces détails, il viendra nécessairement le moment où la présence d’implant finira par être remarqué. Celui encadrant son œil droit pour commencer. En baissant vos yeux, vous vous rendrez compte qu’il porte des habits assez longs et de couleur sombre pour cacher le fait que ces deux bras sont artificiels. Des membres basiques à tel point que la machinerie est apparentent. D’une couleur mat, sombre et incroyablement froid…Un peu comme son propriétaire qui n’a visiblement pas l’air de savoir sourire.

  • Métier : Commandant
  • Groupe : Alliance Rebelle

    Informations
  • Histoire :
    Ceci est ma confession…

    J’écris ces mots…En fait, je ne sais pas pourquoi j’écris…Je ne sais pas par où commencer ni la raison pour laquelle mes doigts se dérobent à ma volonté. Les mots s’affichent, remplissant le vide avec mes pensées, mes souvenirs et ce qui me reste de sentiment. C’est peut être là que je devrais chercher. Echapper au vide que je ressens depuis ces derniers jours. Mettre de l’ordre dans les récents évènements et dans ma vie.

    Me souvenir de qui j’étais.

    Me souvenir à quoi cela pouvait ressembler d’être moi.

    Par quoi commencer ? Seerarr est le nom d’une famille aisée de Coruscante. Quelques rares ancêtres prestigieux parsèment ma généalogie mais pour la plupart ont été de hauts fonctionnaires ou officiers n’ayant rien de particulièrement glorieux si ce n’est d’avoir su profiter du prestige d’un nom et surtout de sommes d’argents conséquentes. Assez pour faire de hautes écoles et payer les fêtes nécessaires à la composition d’un carnet d’adresse.

    D’autres savent exploiter cet héritage pour devenir quelqu’un. C’était le cas de mon père qui ne tarda pas à devenir l’un des procureurs de l’Empire. Il avait pour lui le talent et le charisme nécessaire mais ce qui m’effrayait le plus quand j’étais enfant, c’était son regard. Froid, distant, implacable…Dénué de vie…Et pourtant dévoré par l’ambition. C’est pour cette raison qu’il épousa ma mère, lui permettant de consolider sa position dans la haute société. Ou qu’il devint Procureur de l’Empire, s’arrogeant le droit de déterminer qui était un dissident ou non.

    Un homme obsédé par le contrôle, dominateur…Ma mère en était terrorisée…Ma sœur ainée portait l’héritage de la famille. Elle était aussi belle qu’intelligente. Réussissant tout ce qu’elle entreprenait. Ces études de droit, musicienne accomplie, championne d’athlétisme. Malgré le carcan oppressant de notre environnement, elle trouvait le moyen de s’épanouir tout en restant elle-même. La seule personne qui c’est jamais souciée de moi.

    Je pense que vous pouvez imaginer la suite assez facilement. Je n’étais qu’un remplaçant aux yeux de mon père. Quand vous êtes un enfant, vous repoussez vos limites pour essayer de briller à ces yeux. A l’adolescence, vous commencez lentement à comprendre que certes choses ne peuvent être changées. Mais au fond, j’ai toujours gardé ce besoin d’être reconnu par cet homme. Même de la pire des façons. On commence par trainer avec la jeunesse dorée. Celle blasée d’un quotidien sans aucune surprise, à la recherche de sensation forte. Après on fini par perdre pied avec la réalité.

    Cela a commencé avec les courses de speeder sauvage puis les courses de fonceur illégales. L’un des rares talents qui me donnait l’impression d’exister. La raison pour laquelle j’arrivais à m’extraire de mon lit le matin, c’était bien le pilotage. Peu à peu je suis devenu accro à l’adrénaline, me poussant toujours plus loin…Comme voler des speeders…Un choix qui m’a conduit à fréquenter des personnes peu recommandable. La drogue, les gangs, l’impression d’être enfin libre et de pouvoir choisir ma voie. Des illusions dans lesquelles j’étais prêt à sombrer si ma sœur ne m’avait pas tiré de là.

    Elle ne m’a pas vraiment laissé le choix en vérité. Un jour elle était soudainement dans ma chambre, me parlant à cœur ouvert et s’inquiétant ouvertement pour moi. C’était la première fois pour moi…Et ce n’était pas ce que je voulais. J’avais passé mes maigres années à être ignoré et je ne voulais certainement pas d’aide. Ce que je ne savais pas, c’est qu’elle ne comptait pas vraiment me demander mon avis. Par un heureux hasard, mon dossier avait mystérieusement disparut et le lendemain un instructeur de l’Académie Impériale avait spécialement fait un détour pour venir me prendre.

    Mon passage à l’académie ne se fit pas sans mal. Je haïssais la discipline, je haïssais ma sœur de m’avoir enrôlé de force, je haïssais ma famille qui m’avait poussé dans cette direction. J’en voulais à la galaxie pour être ce qu’elle était. Mais avec le recul, je lui en suis reconnaissant. Loin de tout ce que j’avais connu, je pouvais désormais me reconstruire, reprendre pied dans ma vie. Je me suis rendu compte par moi-même que j’avais des dispositions pour les études que je ne me connaissais pas. J’étais doué non seulement pour le pilotage mais aussi pour la stratégie, l’économie et me découvrit une passion pour l’histoire militaire.

    J’ai même réussi à terminer Major de ma promotion. Une fois encore, mon père ignora mes efforts mais cela m’était égal. Ce que je voyais ce jour là, c’était le sourire de ma sœur. Cela me toucha énormément. Peut être un peu trop…Toujours est il que j’ai reçu ma première affectation en escadrille TIE. Une escouade de chasseur envoyée en première ligne contre les ennemis de l’Empire.

    Manque de matériel, incompétences des officiers…En l’espace de cinq ans, j’ai perdu autant de coéquipier et d’amis que j’ai abattus de chasseur en tout genre. Je grimpais lentement les échelons, je collectionnais les décorations mais plus que tout, j’étais reconnu par mes pairs. Une solide réputation d’immortel me poursuivait alors que j’étais connu comme un véritable fléau par mes ennemis. Du moins jusqu’à ma dernière mission. Un officier de marine trop sur de lui ordonna une attaque totale contre ce qu’il pensait être un repaire de pirate en sous effectif. Notre unité fut décimée en vérité par une chasse rebelle en surnombre.

    J’ai fini par me crasher en emportant avec moi deux autres chasseurs. Je m’en suis sortis après une lourde intervention chirurgicale et une inaptitude au vol le temps de ma rééducation. L’ancien officier tactique ayant commandé l’attaque ayant soudainement eut un accident de blaster…J’ai été désigné pour le remplacer temporairement. Mes compétences furent rapidement appréciées au point qu’on me refusa une nouvelle affection à la chasse. Le commandant préférant de loin me conserver sous son aile.

    Sous sa tutelle, j’appris nombre de chose sur le protocole impérial et sur la manière dont l’armée fonctionnait. Au bout de deux ans, je me suis hissé au rang de second et avec la cooptation du Capitaine, on m’affecta dans la bordure extérieure à la tête d’un petit détachement de reconnaissance. Une frégate de surveillance. Pas la place qui me permettrait de briller mais j’avais appris qu’attirer trop l’attention était une mauvaise chose pour une carrière. Ce commandement me permettrait d’avoir de l’expérience et quand le temps viendrait…Mes amis me ferraient appeler à de plus hautes instances. C’était comme cela que cela fonctionnait la plupart du temps. Un savant mélange de chance, de compétence, de relation et la volonté de la force.

    Un changement de vie radical une fois encore. J’avais moins de moyen, plus de mission et aucun supérieur sur qui je pouvais m’appuyer. Pire encore, la plus grande partie de mon énergie devait être dépensée a couvrir mes propres arrières. Ne commettre aucune erreur, ne laisser aucune faille. Non pas pour me protéger de l’ennemi…Mais de mes propres alliés. Ne jamais laisser une raison derrière laquelle un autre officier pouvait se cacher pour masquer son incompétence et me faire porter le chapeau. Une pression et un stress de tous les instants qui ne me laissait guère de temps libre.

    Et c’est cette année là que tout partit en vrille…

    Ma sœur eut une soudaine promotion en temps que conseillère du Moff local. Une nouvelle surprenante qui aurait du me mettre la puce a l’oreille. Elle avait beau être talentueuse, ce n’était pas le genre de place qu’on offrait a n’importe qui. Plus encore, pourquoi venir à l’autre bout de la galaxie quand elle pouvait trouver plus intéressant sur Coruscante. Pour moi c’était un plaisir non dissimulé et visiblement pour elle aussi. Je n’avais pas pu la revoir autant que je l’aurais voulu. Les lettres que nous partagions ensemble étaient bien souvent un réconfort dans les moments les plus durs de ma sanglante et morbide carrière de survivant.

    J’essayais de passer ce qui restait de temps libre entre deux missions. Jusqu’à ce qu’un jour je ne rencontre une autre femme. Venue de nulle part, elle se présenta comme étant membre des services secrets impériaux. Des ordres, des dossiers, des signatures de très hautes autorités…Tout semblait en ordre, je n’avais aucune raison de douter. Elle menait une enquête sur l’administration locale. Des soupçons de corruption, de détournement de bien et de fond à très grande échelle. Un soupçon de rébellion venant d’officier mécontent d’avoir été limogés ici.

    Elle me demanda ma pleine coopération.

    Je n’avais aucune raison de refuser. Ce qu’elle demandait était même particulièrement simple : lui indiquer les endroits où l’on aurait pu établir en toute discrétion une base secrète. Quels itinéraires emprunter pour éviter d’être repérés. Les mouvements anormaux de la flotte. Les profils des gens que je suspectais le plus d’être de possibles traîtres. Je faisais même des détours sur mes missions pour observer et prendre des clichés des sites que je lui indiquais. Ca c’est compliqué bien après quand elle me demanda de transporter des caisses et des mallettes.

    Quand j’ai essayé de refuser, elle m’a montré des preuves que ma sœur était impliquée dans la conspiration. Il suffisait que je continue à suivre les ordres pour qu’elle raye un nom de la liste des conjurés quand tomberait le couperet. J’ai accepté et…Ce qui devait arriver fini par me tomber sur le coin de la gueule. Le fils du Moff et ces amis s’ennuyaient et l’ont me demanda de les escorter. Une balade dans le secteur où ils pourraient librement donner libre court à leurs instincts.

    Chasse au xéno, viol, raser un village…Qui cela aurait bien pu intéresser ? Moi-même je détournais les yeux sans remord. Un safari de violence qui devait durer quelques semaines du moins lorsque l’incident arriva. Lors du voyage retour, l’un des invités tenta de violer l’une de mes officiers. En tentant de m’interposer, c’est là que j’ai compris que quelque chose n’allait pas. Il était visiblement drogué et insensible à la douleur. Des monstres avides de sang aux sens et aux appétits aiguisés. Maitriser la situation n’était plus possible et la répression ce fit dans le sang car voyez vous, les autres étaient mystérieusement dans le même état.

    C’est à ce moment que doit se poser une question très simple. D’où pouvait venir la drogue ? Je n’avais plus besoin d’un dessin à ce moment là de l’action. Elle venait forcement de mon vaisseau et plus particulièrement de ce que je transportais. Les caisses étaient scellées…C’est qu’ils avaient forcement le code. Quelqu’un venait de décider que j’étais désormais trop encombrant ou avait finalement comprit que j’avais réussi a détourner certaines informations que je transportais.

    Non, c’était plus simple que cela. On ne s’en prenait pas au fils bien aimé d’un Moff pour piéger un simple commandant. Non, on avait du mettre en place toute une stratégie. J’étais le premier d’une longue lignée censée entraîner bien d’autres personnes dans ma chute. Un plan préparé à l’avance…Et l’accident devait probablement être un test grandeur nature. Il était inutile de vouloir inventer une histoire. Le Moff devait probablement déjà être au courant grâce à un mystérieux appel Holo venant d’être intercepté entre mon vaisseau et…La force savait qui.

    Une crainte justifiée. Une transmission ne tarda pas à être capté par le vaisseau. Le Moff retenait ma sœur en otage, me forçant à me rendre et à donner le nom de tous mes complices. Par égard pour mes hommes, je les aie abandonnés sur une planète avant de signaler ma position à la flotte. J’ai été ramené de force, traîné en prison, torturé de la pire des manières qui soit. Apparemment, on voulait que je souffre avant de rendre mon dernier souffle. Et vous savez quoi ? Cela faisait que commencer.

    On ne tarda pas à instruire mon procès pour haute trahison, mené par mon propre père. L’avantage politique ne devait pas lui échapper. En détruisant son propre fils indigne, il s’élevait autant en victime qu’en bourreau implacable faisant la fierté de l’Empire. J’ai vu mon nom être traîné dans la boue, dégradé, frappé d’infamie, pointé du doigt comme la lie de l’humanité, se vautrant dans l’argent, l’inceste et le parjure. Oui, les lettres ont été interprétées de cette manière mais ce n’est pas ce qui vous intéresse.

    Ce qui manquait à tout cela, c’était une confession. Il n’y en avait pas forcement besoin, mais quand une telle entreprise était montée avec des preuves montées de toutes pièces avec des implications aussi énormes sur la vie de mes complices qu’il était bien plus tranquillisant pour eux d’avoir cette garantie là. Alors je n’étais pas spécialement surpris quand une certaine femme des services impériaux vint à ma cellule un soir. Contre ma confession, elle me proposait de mourir et de renaître sous un nouveau nom. Une nouvelle vie au service de l’Empire. Un nouveau larbin pour les services secrets sans aucune possibilité de revenir en arrière ou de leurs échapper. Si ce n’était pas terminer comme cobaye pour l’une de leurs expériences.

    J’ai accepté une fois encore. Toujours contre la garantie qu’il n’arriverait rien à ma sœur. Le lendemain j’ai fais ce qu’on attendait de moi. J’ai répété tout ce qu’on voulait entendre de moi. J’ai même rajouté les détails de la mort sanglante des passagers que je transportais. Le plaisir jouissif que j’ai pris à descendre ces gamins. J’ai même inventé d’autres crimes pour rendre cela plus crédibles. Je n’étais plus à cela prêt. J’ai écopé d’une peine a perpétuité aux travaux forcés dans l’enfer d’une prison de haute sécurité. Mes petits camarades, eux, eurent droit de mourir de manière net et sans douleur. Les petits veinards.

    La vie réserve parfois de mauvaise surprise.

    En l’occurrence, on ne sait pas ce que c’est vraiment que la douleur tant qu’on n’a pas tout perdu. Quand on pousse un homme trop loin, il finit par basculer dans la folie. C’était vrai pour le Moff. En perdant son fils, il venait de perdre ce qu’il avait de plus précieux pour lui. Il tenait a me le faire payer encore et encore. Alors avant de me voir partir, il tint à une dernière séance de torture en tête à tête…Où il ne manqua pas de fracasser le crâne de ma sœur devant moi.

    Elle m’a demandé pardon.

    J’ignore pourquoi. Alors que les coups pleuvaient, elle me demandait pardon. Son visage est resté gravé dans ma mémoire. De même que ces hurlements de douleur. C’est là que j’ai compris que c’était aussi valable pour moi. J’étais définitivement marqué par ce qui c’était passé cette nuit là et que je ne pourrais jamais me le pardonner. Le lendemain, j’étais dans un vaisseau en compagnie de mon bourreau pour ce qui allait être ma dernière demeure.

    C’est durant le transfert que tout ce passa. Une confusion étrange entre plusieurs commandos inconnus…Probablement les Services Secrets d’une part…L’autre…L’autre se révéla être mes anciens subalternes. Je ne m’attendais pas à autant de loyauté de leurs parts. Cela me passait carrément au dessus. La confusion régnait à bord et c’était ma seule chance de me venger. Je n’avais aucune chance de passer la garde rapproché ou de passer outre la sécurité entourant une telle personnalité.

    Alors j’ai fais ce qui me semblait être le plus judicieux…J’ai fais exploser le vaisseau de l’intérieur. J’ai réduit en miette les moteurs et je l’ai obligé à se crasher sur une quelconque planète dont j’ignorais tout. Je voulais le voir crever, même si c’était trahir mes hommes. Même si cela signifiait que j’allais y passer moi aussi. Après cela, c’est un grand flou dans ma mémoire. Plus de son, plus d’image.

    Je me suis réveillé dans une salle blanche. J’avais plein de tube enfoncé de partout…Une machine respirait à ma place. Je n’avais plus de bras, plus de sensation…Prisonnier de ma propre chair. Un homme ne tarda pas à apparaître. Il se présenta comme l’un des membres des services secrets rebelles. Un membre haut placé qui pouvait me donner ce que je voulais.

    La vengeance

    Il pouvait me donner le nom de l’Agent Impérial si je le souhaitais. Il pouvait me donner une place au sein de la Rébellion si j’acceptais de combattre ceux qui m’avait trahit. Si j’acceptais de suivre les ordres…Et d’accepter de me salir les mains quand il serait nécessaire de le faire. Pour le bien de la rébellion. Il n’y aurait ni gloire, ni médaille si j’acceptais. J’aurais probablement devoir répondre de crime de guerre pour ce qu’on me demanderait de faire si l’Empire était finalement écrasé.

    Je vous laisse deviner ma réponse.

    Pendant ma lente rééducation, on m’offrit deux nouveaux bras. Mécanique et non recouvert d’une pseudo peau synthétique. Après tout, je n’ai plus vraiment besoin d’être humain. Ma tête est mise à prix, je suis un mort en sursis. Tout ce qui me reste, c’est des champs de bataille et la perspective de pouvoir me venger.

    Mais maintenant que j’ai écris tout cela. Je me figure une nouvelle raison qui m’a poussé à écrire jusqu’à présent. Peut être qu’au fond ce que je recherche vraiment…C’est d’un jour pouvoir être pardonné ?


  • Inventaire :2000 Crédits, Blaster DL-44, Uniforme

  • Psychologie :
    Le Commandant Seerarr, c’est un rôle a jouer. Le masque de l’homme froid, déterminé, dominant la situation quoiqu’il arrive, ne se laissant jamais prendre au dépourvu. L’homme qui fait ce qui doit être fait et qui ne reculera devant rien. L’homme vers qui se tournent dix milles paires d’yeux quand la bataille se fait sentir et qu’il porte sur ses épaules la responsabilité de leurs vies. Leurs peurs, leurs espoirs, leurs convictions…Ces soldats les confient à cet homme qui va diriger le vaisseau. Ils ne veulent pas d’un ami ou d’un confident.

    Ils veulent un chef sur qui ils peuvent compter. Même si c’est le plus grand salaud que cette galaxie est porté. Cela me va, j’ai l’habitude d’être haït tout comme j’ai l’habitude d’être enterré dans une solitude grandissante. Parce que j’ai l’habitude de prendre les décisions les plus pragmatiques, les plus bénéfiques sur le long terme et bien souvent, cela implique bien des morts. Quels qu’ils soient.

    Je dois gagner cette guerre. Je dois réussir à conserver la confiance des hautes autorités.

    Mais au-delà de ces artifices, je suis surtout rongé par le remord. Rare ne sont pas les soirs où je peux trouver le repos. Je suis hanté par le spectre de ma sœur. Des rêves de mort, de lubricité, de repentance…Alors je prends toute sorte de médicament pour éviter de dormir. Pour éviter d’avoir à regarder au fond de moi. Pour supporter la douleur encore fraîche de mes membre artificiels et la solitude.

    Si j’arrive a tenir le coup jusqu’ici, c’est grâce à la haine. Elle brûle au fond de moi et m’aide à me souvenir de la raison pour laquelle je fais tout cela. Elle m’obsède au point qu’elle me donne une nouvelle raison de vivre. Mais j’ai confiance en moi. J’ai confiance dans mes intuitions et s’il le faut…Peut être que la Force me guidera. Qu’il y a peut être une raison derrière tout cela.

  • Affection :
    - Fumer
    - Haïr
    - Combattre
    - La vengeance
    - Apprendre et s’adapter
    - Dominer et vaincre

  • Aversion :
    - L’incompétence
    - La faiblesse
    - L’impuissance
    - L’arrogance
    - Les secrets


    Disposition
  • Fuseau Horaire : Paris
  • Disponibilité : Le soir en semaine, le temps d’une réponse
  • Indisponibilité : Le dimanche

avatar
Ténacité
Maître du Jeu ▪
Nombre de messages : 420
Date d'inscription : 23/06/2011

Re: Seerarr Naaito

le Dim 30 Juin 2013 - 10:46
Salut à toi et bienvenue sur SWOR!

Je suis Ténacité, MJ terreur des joueurs innocents!

Ta fiche est intéressante, très, mais il s'y trouve deux trois coquilles que j'aimerais voir corriger.
Tout d'abord trois erreurs à deux francs six sous:

Si vous le rencontrez le au détour d’une coursive

Tu écris bien souvent CoruscantE alors qu'il n'y a pas de E à la fin.

Enfin l'histoire de ce complot. C'est très intéressant mais on aimerait bien savoir POURQUOI tout ceci est arrivée. En fait le motif, à part te faire plonger tralalayoupi, est un peux obscur. Même si ton personnage n'en sait probablement rien, le lecteur lui voudrait bien!

Du reste je ne vois pas de problème à ce que tu intègre l'Alliance Rebelle, mais pas au grade de Commandant!
Forcément un ancien impérial notoire, même viré avec fracas, ne recevra pas un commandement de la sorte. (c'est moi et Bail qui gérons l'Alliance^^)

Une fois ces trois détails réglés, plus rien ne s'opposera à ta validation et le début du rp pour toi!





Et ils connaîtront la peur...


Spoiler:
Prend en charge tout type de RP


Spoiler:
Ténacité/Gwindor Morelion/Volthaïr Sovv
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum