Partagez
Aller en bas
avatar
Connor
Grand Spécialiste
Nombre de messages : 443
Age : 24
Date d'inscription : 25/11/2011

Connor Larx

le Dim 2 Juin 2013 - 22:15
    Identité
  • Nom : Connor Larx, dit Connor
  • Autre Comptes : Arthas Menias, Cailloux, Arkhaus Thraka, Démence.

    Profil
  • Race : Humaine
  • Sexe : Masculin
  • Âge : 23 ans
  • Planète d'origine : Tatooine
  • Apparence : Connor est un petit homme simple, d'1m75 - 1m80, aux cheveux noirs jamais coiffés, coupés simplement et tombant devant les yeux, courts sur les côtés, mais longs devant les yeux. Il a une petite barbe qui ne pousse pas très bien, a un corps disgracieux, car il est assez épais. Il possède assez de muscle pour ne pas passer pour maigrelet, et un nez proéminent. Sans que cela ne soit un pic ou un cap, il n'en reste pas moins épais et visible. D'un naturel rieur, il semble presque toujours sourire, sauf quand il prend vraiment une mine sérieuse, là alors on peut lire la colère, la peur, le ressenti de ses émotions.

    Il porte des vêtements très sombres, souvent noirs, mais des fis, des variations comme du marron peuvent apparaître, mais cela reste rare et discret. En tout les cas, il semble un peu affiné par ses couleurs.

    Il a des yeux noirs, profonds, un peu enfoncés dans leurs orbites, sous d'épais sourcils à l'apparence toujours froncés, ce qui lui donne un air réfléchi et intelligent. Il a le regard inquisiteur, presque psychotique, et certainement pas un regard bovin.
  • Métier : Jedi gris.
  • Groupe : Neutres.

    Informations
  • Histoire :

    « Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix.
    Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance.
    Il n'y a pas de passion, il y a la sérénité.
    Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie.
    Il n'y a pas de mort, il y a la Force. »
    -Devise des Jedi

    « Il n'y a pas de paix, il y a la colère
    Il n’y a pas de peur, il y a le pouvoir
    Il n’y a pas de mort, il y a l'immortalité
    Il n'y a pas de faiblesse, il y a le côté obscur »
    -Devise des Sith

    « Qu’est-ce que cela signifie ? »

    Le jeune homme en face de lui se mit à le regarder et à sourire. Oui, qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ? Ces deux devises, si lointaines et pourtant si proches. Le vieillard contemplait ce manipulateur de la force qui les avait amenés avec lui sous forme de tablette de duranium gravée. La plaque venait d’une épave de vaisseau très ancien récupérée et gravée pour l’occasion. Il y était attaché comme une moule calamarienne restait accrochée à son rocher.

    « En effet, on est en droit de se poser la question. Pourquoi avoir deux choses aussi différentes si proches l'une de l'autre ? »
    « Vous parlez par énigmes, l'ami. Pourquoi donc ce choix ? »
    « C'est le reflet de ma vision de la Force. Le bien et le mal, les ténèbres ou la lumière... Pourra-t-on jamais voir l'un sans l'autre ? »
    « Pour vous, donc, le mal ne peut exister sans le bien, et inversement ? »
    « Tout est relatif, l'ami. Pour les Jedi, ils sont les gentils, et les Sith les méchants, mais pour les Sith, qui utilisent eux-mêmes le terme de Côté Obscur, ce sont les Jedi les vrais méchants... qui les empêchent de mener à bien leurs projets, pour une galaxie sans guerre et sans problème. »
    « Vous voulez me dire qu'il n'existe pas de bien et de mal universel ? »
    « Je dis juste que ce sont deux notions relatives aux personnes à qui on pose la question. C'est pour cela que je possède sur moi ces deux devises, pour me rappeler qu'il n'existe ni bien ni mal. »
    « Vous n'êtes donc pas un Jedi ? »
    « Pas plus que je ne suis un Sith. Les Sith sont considérés comme la part noire de la Force, et les Jedi se réclament de la partie blanche. Je me situe au milieu. »
    « Une sorte de... Jedi Gris ? »
    « Jedi Gris... oui, c'est exactement cela, Jedi Gris... L'aiguille au milieu de la balance, qui doit toujours comporter deux poids ou aucun, jamais qu'un seul. Le pont qui relie les deux continents... le lien qui unit le Bien et le Mal, qui ne peuvent qu'œuvrer l'un au dépend de l'autre. »
    « C'est un parcours étrange que le vôtre, l'ami... vous avez l'air si jeune pour avoir une telle conscience ! »
    « Je peux dire sans me vanter que je suis en avance sur mon âge... »
    « Et comment en êtes-vous venu là ? »
    « Hmmmm... le plus simple pour moi serait de vous compter mon histoire, et croyez-moi, c'a n'a pas été donné à tout le monde de l'entendre, alors asseyez-vous et écoutez bien... »




    « Il était une fois... »





    « Connor... mon fils... »

    D'une main tendre et affectueuse, un père serrait doucement un petit doigt d'enfant, qui semblait chercher à se cacher dans la main de son géniteur. Connor Larx, fils de fermiers de Tatooine, avait déjà deux mois à cette époque. Son père, dont la famille cultivait les champignons dans de vastes étendues de cultures hydroponiques, se nommait Silas Larx. Sa mère, elle, était une étrangère, venue sur Tatooine un jour avant la conception de Connor. Débarquée sur Tatooine, elle alla droit vers cette ferme, et y trouvant celui qui, après une séance de charme très efficace, serait son époux.
    Sa femme, bien qu'avec lui depuis presque un an maintenant, un an durant lequel elle s'occupa de la ferme aussi efficacement que son mari, semblait toujours être une invitée chez lui : il se comportait étrangement, sans trop savoir pourquoi, comme s'il recevait une cousine plutôt que s'il vivait avec son épouse. Connor ne fut pas le seul à naître : vinrent après lui 3 frères et 2 sœurs, tous de cette dame étrange qui retombait enceinte sitôt l'accouchement fait. Les 6 bouches à nourrir commencèrent à vider les caisses familiales, mais peu de temps après la naissance de leur dernier enfant, de mystérieux dons apparurent tous les mois, et jamais plus la famille n'eut à souffrir de problème d'argent. La fratrie, forte de 6 membres ultra-soudés, firent les 400 coups un peu partout dans Mos Espa : vol à la tire, blagues aux gardes, et même léger sabotage de podracers. La seule intention étant le rire, les bambins n'eurent jamais de trop grosses sanctions, la pire étant la privation de jouets pendant un grand laps de temps.

    Leur enfance se déroula comme n'importe quelle autre, jusqu'au 6ème anniversaire de Connor, alors que l'Empire ne s'installait que depuis 3 ans... Connor s'aventurait dans le hangar, jouant à chat avec ses frères et sœurs, quand sa mère apparut, froide et distante comme jamais.

    « Connor, suis moi... »

    Si leur mère était une femme inconnue venue tout droit des forêts de Kashyyk, l'effet aurait été le même. Connor suivit sa mère, qui l'agrippa fortement par la main, et qui le mena au salon principal. Se tenaient là son père, qui fondait littéralement en larmes, et un grand homme, vêtu de noir, aux cheveux coupés en brosse, en excluant une grande cascade de cheveux qui commençait au niveau de la nuque et tombait sur son bassin.

    « Voici ton nouveau maître, Connor, Darth Keneus. »

    Connor n'y comprenait rien : à 6 ans, il était encore des choses qui échappait à la portée d'un enfant.

    « Papa ? C'est qui le monsieur ? »
    « ...Ta mère... elle... elle... m'a séduite pour... faire des enfants... qui serviraient d'apprentis. »

    Connor n'y comprenait toujours goutte. La trahison, la notion d'apprentissage... tout cela restait inconnu pour Connor. Ce n'est que bien après qu'il comprit la machination. Mais dès ce jour, les dons disparurent, sa mère partit de Tatooine... et Connor, en tant que seul enfant de la force de sa famille, devint l'apprenti de Darth Keneus.





    « Tu es mon esclave, tu le seras toujours... Mais un jour, tu seras le maître, car ton destin sera de me détruire. »

    Connor restait là, debout, en équilibre sur un rocher, vêtu d'un simple gilet de coton peu épais, sous les morsures du froid de Rhen Var, planète d'entraînement de l'apprenti. Il avait alors 9 ans, et commençait à maîtriser la force assez correctement. Sur son corps tout entier, seul le visage restait libre de toute cicatrice. Son entraînement était cruel, éreintant et avilissant. Il faisait tout, le feu, les corvées comme la cuisine ou même la corvée de linge, qu'il devait frotter à la main dans des rivières glacées, son maître refsant de trouver des sources d'eau chaude. Ce mois-ci, Keneus voulait lui apprendre à tisser une bulle protectrice contre les variations thermiques, lui apprendre à résister au chaud comme au froid, ce qui n'aurait pas été sans déplaire à Connor pour faire à manger ou faire la lessive.

    « Le froid n'est qu'une sensation physique, naturelle... Il suffit de l'oublier dans la Force pour cela, de concentrer la haine qu'on a du froid pour avoir chaud alors... »

    « Donc, si je concentre mon ressenti pour vous, je pourrais vous faire disparaître ? »

    Le sarcasme était, semblait-il, un trait courant chez Connor malgré la cruauté de son maître, et aussi, disant-on, le trait le plus simple de l'esprit. Keneus ne pipa mot durant trente secondes, avant d'agiter son index, ce qui eut pour effet de faire tomber le gilet de Connor, sa chemise, son pantalon... et son slip. Nu comme un ver, Connor poursuivit sa séance, puisant comme il pouvait dans la force pour non pas satisfaire son maître, mais pour survivre.





    « Les sentiments sont naturels, donc ils ont été créés pour nous rendre faibles... Avec le Côté Obscur, ta faiblesse sera ta force... libèrent toute ta haine et détruit tes ennemis. »

    Puis, Keneus fit un bond de force et laissa Connor seul, du haut de ses 11 ans, face à une horde de Nexus, composée d'un mâle, d'une femelle et de quatre petits, plus si petits que ça. Connor tenta alors de suivre l’enseignement de son maître : il laissa la haine l’envahir, contre ces créatures qui cherchaient à le tuer, lui, un être superi… non. La haine ne vint pas. Connor se laissa envahir par la Force, et s’élança à la rencontre des bêtes monstrueuses… D’une poignée de force magistrale et puissante, il décapita la mâle, et, dans un élan secondé par la force, grimpa sur le dos du mâle s’effondrant, et, avant que la bête ne touche terre, s’éleva dans les airs et abattit son corps transformé en une sorte de flèche par le biais de ses capacités, la coupant en deux dans le sens de la longueur, avant de terminer son enchaînement par une poussée de force qui envoya les petits s’assommer sur une roche. Ils vivraient, ils étaient assez âgés pour chasser seuls et s’en sortir.

    Connor prit exemple sur son maître et fit un bond de force, qu’il savait faire depuis à peine une semaine.

    « Je te félicite, mon apprenti. A vrai dire, je suis surpris, à ton âge, et ce bien que je t’entraîne depuis 5 ans, on ne possède pas ce genre de talent dans la Force… Je savais depuis le début que la Force était très présente en toi, mais pas à ce point-là… »
    « J’ai laissé le Côté Obscur m’envahir, et j’ai vaincu. C’est aussi simple que cela. »
    « Justement… J’ai senti quelque chose que je n’avais jamais senti auparavant… tu t’es servi de la Force à un stade très puissant, mais tu n’as pas usé du Côté Obscur. »
    « Maître, je… »
    « Tu ne t’es pas servi de la haine… tu as usé de la compassion. »

    Keneus se leva alors, dominant le pré-ado de toute sa hauteur. Sa stature froide et imposante, rehaussée par ses habits noirs, sa cape et sa capuche, ajoutait au personnage une dimension supérieure, presque divine.

    « Tu n’as pas songé que ces créatures puissant vouloir ta mort par plaisir… mais par nécessité. »
    « Il voulait protéger leurs petits. »

    Connor ne le cachait plus maintenant. Il avait tué pour se protéger, mais avait volontairement choisi de laisser les petits vivres.

    « Mais j’ai senti malgré tout que le Côté Obscur était avec toi… Mais plus étrange encore… »

    S’interrompant, Keneus se leva, fit face à l’endroit où les Nexus étaient encore étourdis, et leva la main. La plate-forme rocheuse sur lesquels ils reposaient tomba, et le lieu de la bataille se situant près d’une falaise, les petits allèrent s’écraser au fond d’une crevasse, alors qu’ils étaient encore, et fort heureusement, endormis. Sur cet entrefaite qui ne faisait que prouver la cruauté de Keneus, il reprit :

    « A ses côtés, j’ai vu la Force Lumineuse… Les deux parties semblaient se tenir par la main, derrière eux une force grise… qui avait tes traits. »

    Keneus se rapprocha alors de son élève.

    « Mais je saurais te donner tout entier au Côté Obscur. Il n’y a pas de place pour de Force Grise dans cette galaxie. »

    Et ce fût là le premier schisme entre Connor et son maître.





    « L’éclair Sith permet de neutraliser son adversaire, momentanément ou définitivement. Il s’agit d’utiliser la colère non pas générale mais contre celle de l’individu pour le rendre plus puissant encore. Il reste supérieur à celui des Jedi, qui assomme seulement les personnes. »

    Connor s’interrompit dans son lancer d’éclair contre un tronc d’arbre.

    « Pourquoi les Sith et les Jedi se battent-ils entre eux ? »

    Connor se posait la question depuis longtemps déjà. Keneus lui apprenait, ou du moins tentait de lui apprendre, à haïr les Jedi, à en faire des ennemis systématiques à détruire en priorité. A 14 ans, Connor commençait à se poser des questions sur l’univers, sur la vie en général, et sur la nature même du bien et du mal. Il voyait mal comment les Sith pourraient vivre si tous les Jedi venaient à mourir… Leur existence même n’en serait-elle pas alors devenue… inutile ? Sans le bien, le mal n’est rien, car il n’a plus rien à faire…

    « Ce sont nos ennemis, cela suffit. »
    « Mais pourquoi diable sont-ils nos ennemis ? Quelle est la raison qui a poussé des frères autrefois à s’entretuer au nom d’une guerre qui ne sert à rien d’autre que créer mort et souffrance ? »
    « Silence, pauvre imbécile ! Ils sont nos ennemis, et c’est tout ! »
    « Alors vous ne savez pas pourquoi vous non plus. »

    A peine sa phrase finie, Connor fut projetée quelques mètres plus loin par une belle salve d’éclairs bleus, qui firent se dessiner un mauvais sourire sur le visage tordue par la flie de Keneus. Connor se releva péniblement, et, laissant cette fois la haine couler en lui, déchargea une salve en retour qui figea sur place Keneus. Si ce dernier n’avait fait qu’une brève salve de punition, Connor maintenait la sienne pour lui faire mal. Aussi, il ne projeta pas Keneus au loin, mais le maintint sur place, se rapprochant doucement de lui… et posa ses mains sur ses épaules.

    Mais, contre toute attente, il arrêta aussitôt ses mains posées. Keneus, trop faible pour tenir debout, manqua de s’écrouler de l’arbre Vorkshyr de Kashyyk, abandonné depuis un bout de temps. Quand il ouvrit les yeux, on aurait pu découper au couteau toute la haine qui dansait dans ses pupilles.

    « Enfin, tu uses du Côté Obscur contre moi… tu es presque prêt, mon apprenti… »

    Il toussa, se redressa péniblement et s’appuya sur le tronc brûlé pour vomir. Quand il se fut reprit, après moult reniflements, il annonça à son apprenti qu’ils partaient lui chercher un cristal de sabre.





    Keneus affirmait que les Jedi étaient des faibles qui ne méritaient que la mort. Mais, il disait les rejoindre sur un point : sur la qualité des cristaux de sabre. Son sabre laser était composé d’un cristal rare de couleur violet, trouvé sur le monde très inhospitalier d’Ilum. Keneus, pour la première fois en 8 ans, demanda à Connor ce qu’il voulait. Et sa réponse fut rapide : un cristal noir. Il ne fût pas facile à trouver, Connor dût endurer milles et unes souffrances, mais la Force était avec lui, et voulait qu’il réussisse : il trouva son cristal et pût bâtir son sabre laser noir.





    Connor pouvait à présent s’entraîner au sabre laser avec son maître. A la fin d’une séance, alors qu’il fêtait ses 16 ans, il demanda sans détour :

    « Pourquoi avoir attend si longtemps avant de m’enseigner le maniement du sabre ? »

    La question sembla désarçonner Keneus, qui resta bouche bée quelques secondes, avant de lever les yeux au ciel et de réfléchir. La réponse ne tarda pas non plus :

    « Et bien… dès le début, j’ai senti que ton point fort, c’était la Force, d’un point de vue philosophique mais aussi pour ses pouvoirs… le combat au corps à corps est secondaire pour les adeptes de ton acabit. »
    « Vous souhaitiez developer mes points forts. »
    « Oui. »

    Et l’entraînement fût fini. Du moins, pour ce jour ci…





    A ses 19 ans, Keneus commença à avoir peur de Connor. A avoir peur de ce garçon qui devenait de plus en plus puissant chaque jour, qui n’était toujours pas passé du Côté Obscur, mais qui travaillait main dans la main avec lui. Il devait se faire une raison : il avait formé un Jedi lumineux qui usait de la Force Obscure… Et pour cela, il restait sur ses gardes, pensant que malgré tout, Connor finirait par appliquer la Règle des Deux… Et si Keneus était prêt à mourir pour terminer la formation d’un Sith, il n’était pas prêt de mourir pour un Jedi intermédiaire… Aussi puissant fût-il.

    En ce jour, Connor et Keneus se battaient avec tous leurs moyens possibles et imaginables. Les enchaînements au sabre suivaient les salves d’éclairs et de poussées de force contre des éléments naturels tout aussi mortels que l’enclos d’un rancor. En ce jour de soleil, sur Cato Neimoidia, sur une des cimes rocheuses, les deux adeptes de la Force se battaient. Et une fois de plus, Connor avait largement le dessus. Il avait refusé il y avait un an le titre de Darth, expliquant à son maître que pour lui, Sith et Jedi ne devaient être distingués. Et durant le combat, Connor trouvait le moyen de poser des questions à son maître.

    « Vous pensez que les Sith et les Jedi pourront un jour se réunifier ? »

    Bien sûr, ces questions n’étaient que destinées à doublement énerver son maître, d’une part parce que ces questions étaient insupportables pour un Sith pure souche, et aussi parce que c’était agaçant de voir que son élève qui posait des questions restait plus fort qu’un Maître pleinement concentré.

    « Non ! Jamais ! Soit eux, soit nous ! Pas… survivant ! »

    Et il redoubla d’efforts pour mettre à mal son apprenti. Trop embrouillé pour rester lucide, même avec le Côté Obscur, Keneus rata une passe et se fit désarmer. Connor l’applaudit, un sourire narquois aux lèvres, et commença une pique.

    « Bien joué, Maître… continuez ainsi, et peut-être pourrez-vous… »

    Connor s’interrompit, le visage blême. Keneus aussi pâlit d’un coup.

    « Vous l’avez senti ? »
    « Oui. »

    Connor lança à son Maître son sabre et, comme avant, l’élève et l’enseignant coururent côte-à-côte vers la source du plus grand malaise de la force qu’ils aient connu. Le cime était située à 50 kilomètres de haut par rapport au sol, mais la plate-forme principale de cette formation rocheuse, taillées droite par la nature qui voulait la rendre plate, mesurait tout de même plus de 3 kilomètres de long. La perturbation venait de l’autre bout de la formation. Quand ils arrivèrent, ils trouvèrent une chose étrange… Une sphère orange, de plusieurs mètres d’envergure, se tenait là, et… semblait murmurer.

    « Point de mort, point de vie, tout est illusion,
    Mort à Celui qui, dans son orgueil démesuré
    Prétend connaître l’absolue vérité,
    Celui qui cherche la sagesse est un sage,
    Celui qui prétend la détenir apporte sur lui de mauvais présages,
    Folie, tout n’est que folie en lui,
    Lui qui prétend avoir le savoir infini,
    La sagesse n’est pas connaissance,
    La sagesse n’a jamais été qu’ignorance.
    »

    « Maître… qu’est-ce que ceci ? »
    « Je… je n’en sais rien… Mais en tout cas, c’est puissant, très puissant dans la Force. »

    Ca, Connor l’avait senti aussi, mais il se retint de lancer une remarque acérée à ce sujet. A vrai dire, il était trop préoccupé par cette mystérieuse boule, aux contours parfait, qui était venue à eux. Quel dessein les attendaient pour avoir cette… vision, ou cette visite ?

    « Tes interrogations sont légitimes mon ami, aussi me ferais-je un plaisir de te répondre. »

    C’était à Connor qu’elle s’adressait maintenant. Traversé par une sorte de courant électrique de grande intensité, il se mit à trembler un moment avant de se reprendre.

    « Loin de tout, isolés de chacun, se trouve un peuple qui reste puissant dans la Force malgré l’isolement. Tu dois te rendre là-bas et leur montrer tes attentions… peut-être alors que tu sauras quoi faire ensuite pour accomplir ton dessein. »
    « Quel est-il ?... Mon dessein ? »
    « Tu le sauras bien assez tôt. De plus, c’est une quête où la voie ne peut être empruntée que seule. »
    « Et ça veut dire quoi, concrètement ? »

    Ainsi, Keneus les entendait depuis le début, et à le regarder maintenant, il affichait cette sombre mine renfrognée qu’il arborait quand il se sentait oublié d’un groupe, soit en parlant avec des autochtones, soit en parlant à Connor qui ne l’écoutait pas.

    « L’un de vous est de trop depuis longtemps, et sa place n’est pas avec l’autre… Celui-ci doit mourir. »

    Le sang de Connor ne fit qu’un tour. Finalement, il aurait fini sa formation comme un vrai sith : en tuant son maître. Keneus, lui, se persuada intérieurement que ses paroles étaient pour lui, que son destin était de gouverner, dans la pure tradition Sith, et que Connor, cet adepte indécis, était de trop dans l’équation… un produit à éliminer.

    Ainsi, Connor se battit plus pour sa survie que par volonté, et cette pensée lui rappela les Nexus bêtement assassinés. Et Connor comprit quel serait son destin…

    Il devrait répandre la justice, la voie de la Force dans les deux camps, ne pas se limiter aux Jedi ou aux Sith, mais rester ouvert aux deux parties. Et pour cela, maîtriser la Force Obscure et la Force Lumineuse était nécessaire… Heureusement, les pouvoirs de la Force Lumineuse étaient contenus dans l’entraînement des Sith, qui n’avait que la Rage de Force et les éclairs en plus de quelques broutilles. Connor mit alors tout son savoir, toutes ses compétences pour créer une harmonie de Force pour tenter de maîtriser son ancien maître qui voulait le détruire. La première salve d’éclair fut entravée par une bulle de force protectrice d’une clarté étonnante, avant que Connor n’enchaîne une série de coups de poings à la force décuplée. S’ensuivit une poussée qui alla faire s’écraser contre une paroi rocheuse son ennemi, qu’il épingla sur celle-ci avec son sabre, au niveau du ventre. Il retira son sabre et souleva Keneus, le portant au-dessus du ravin haut de 50 kilomètres, prêt à le faire tomber.

    « Bien… formé… apprenti. »
    « Oui… et je me servirais de la Force Obscure pour rétablir l’ordre dans la galaxie… Je formerais Sith et Jedi, parce qu’il a trop de place pour un seul camp dans ce monde. »
    « Tu vas… échouer… »
    « Ca, ça m’étonnerait… »

    Et Connor lâcha prise, laissant Keneus s’écraser dans un abîme rocheux, pour une chute qui durerait quelques minutes d’agonies et d’angoisses. Connor reporta alors son attention sur la sphère.


    Il n’y eût pas de réponse immédiate. La sphère semblait réfléchir intérieurement, avant d’annoncer d’une voix traînante :

    « Je suis… celui qui est. »

    Décidément, cette chose avait une très grande portée philosophique… cette énigme, qui semblait bête, recelait une vérité beaucoup plus complexe.

    « Je… ne comprends pas. »
    « Je suis le créateur de la nature… Des arbres, de la terre, et de la roche. »

    Connor avait encore peur de comprendre. Cette boule serait-elle alors… un avatar de la Force elle-même ?

    « Je… vous… pourquoi moi ? »
    « J’ai entendu ton appel… tu dis vrai. Le bien et le mal, l’homme ou l’animal… On ne voit jamais l’un sans l’autre. »

    Connor s’approcha encore plus, et mit un genou à terre face à cette… chose.

    « Mais… je n’ai rien d’un sage ! Je ne suis même pas encore adulte ! Je ne sais pas, je sens que je dois faire quelque chose, mais… j’ignore comment faire pour y parvenir… »

    Et la sphère ne répondit rien. Puis, d’un coup, d’un seul, une aura de force grise, semblable à celle de Connor, vint l’entourer, et le projeter contre la même paroi rocheuse où se tenait Keneus plus tôt.

    « Qui a doté l’homme d’une conscience ? Qui rend muet, sourd, clairvoyant ou aveugle ? N’est-ce pas moi ? Maintenant, va ! »

    Et l’aura se tût, laissant Connor suffocant, les yeux fermés, au bord des larmes. Il commençait à se calmer quand la même aura que tantôt vint le soulever, pour le remettre debout, et le bercer de lumière doucement bleutée, qui semblait… le soigner. Pas seulement les cicatrices, mais aussi… à l’intérieur. Connor trouva enfin la paix… Et la sphère reprit d’une voix douce.

    « Oh, Connor… je serais toujours avec toi quand tu répandra la parole Grise dans la galaxie… mais Jedi comme Sith peuvent ne pas t’écouter… Aussi, pour que tu mènes à bien ta mission, je t’accorderais… toute la puissance dont tu auras besoin. »

    Et Connor sentit la Force monter en lui, l’envelopper, le remplir et l’habiter… puis il ft reposer à terre, les deux genoux posés au sol.

    « Je serais avec toi, Connor… »

    Puis Connor sourit. Maintenant il savait. Maintenant, il pouvait accomplir son destin. Puis il releva la tête. La sphère avait disparue.





    Avant son départ, la sphère avait laissé une trace dans l’esprit de Connor : des coordonnées spatiales. Le vaisseau de Keneus, un Infiltrateur Sith avec un système de camouflage optique possédait un tableau de bord dernier cri, dans lequel il pût aisément enregistrer les coordonnées. Elles ne correspondaient à rien que se trouve dans les archives du vaisseau, ce qui intrigua fortement Connor. Mais avec la démonstration de la sphère, il savait, inconsciemment, qu’il devait y trouver quelque chose. Et donc il se mit en route. Il avait déjà piloté le vaisseau à de nombreuses reprises, aussi ne fût-il pas prit au dépourvu pour les réglages du vaisseau, et ce même seul.

    Arrivé devant l’endroit indiqué, il trouvait une sorte de nuage… multicolore, qui avait l’air… vivant. Il s’agitait, semblait se retourner, s’allonger, puis rétrécir… De plus, il était parsemé d’éclairs de ci de là, preuve d’une activité électro-magnétique très importante. De quoi faire peur au plus téméraire des aventuriers…

    Sauf à Connor, qui, sans savoir pourquoi, semblait être sûr du chemin à prendre. Il s’engagea lentement dans ce nuage, effectuant des pirouettes et des tonneaux sans même savoir pourquoi… il… devait juste le faire. Et il savait comment le faire, mais pourquoi… impossible. Un trajet qui semblait court en ligne droite prit plus de deux heures, mais le vaisseau ne reçut aucun des coups qu’il aurait dû recevoir. Et à l’issue de ce chemin vint… une planète. Grise, qui elle semblait se situer dans une parcelle qui restait fixe dans ce nuage capricieux. Tout autour, les couleurs changeantes laissèrent place aux couleurs habituelles du drap noir de l’univers et des étoiles brillantes au loin. Il se posa sur la planète, prit son sabre laser, ainsi qu’une grande inspiration et sortit de son vaisseau. L’air était respirable, mais semblait un peu moins chargé en oxygène que sur des mondes humains. Il estimait pouvoir le respirer pendant une dizaine d’heures au maximum. Connor aurait pu se servir de la Force pour ralentir sa consommation d’oxygène, mais il était de ceux qui estimaient que la Force ne devait servir qu’en cas de besoin. Aussi il passait le balai à la main, prenait des objets à la main, et respirait normalement.

    Il regardait les rochers alentours quand il senti une présence dans la Force… à la fis étrangère et familière. Elle était présente, mais aussi… elle semblait être… un tout. Un adepte de la Force a une présence dans celle-ci, mais ce n’était jamais qu’une présence… là, il s’agissait plutôt d’un être de la Force, presque complet. Il se retourna instantanément, et fit face à une créature étrange… qui plus tôt était encore un rocher. La créature finalisait sa transformation, révélant au fur et à mesure une queue, deux membres inférieurs puissants, avec deux griffes avant et une arrière, une carapace aussi lourde qu’un mur de cortosis et deux grands yeux noirs perçants. Connor n’en avait jamais vu auparavant, et pourtant, il connaissait son nom.

    « Vous êtes un moine Aing-Tii. »

    Ce n’était pas une question. La créature était bel et bien un moine Aing-Tii, dont parlaient certaines légendes. On disait qu’ils avaient la capacité de téléporter toute une flotte d’un bout à l’autre de la galaxie en un clin d’œil, et aussi qu’ils pouvaient arpenter le flux du temps… prédire l’avenir entre 2 minutes et un siècle. Inutile de préciser que de tels individus avaient une existence liés à la Force.

    La phrase de Connor sembla tomber dans l’oreille d’un sourd, mais, fort de l’enseignement express de la sphère, il sut comment communiquer, ou au moins faire connaître ses intentions aux Aing-Tiis : il devait accepter de se donner à eux. Aussi, Connor s’avança, s’inclina par respect, et présenta sa tête à l’humanoïde. Ce dernier fit sortir de sa bouche plusieurs langues, qui se tortillaient comme autant de tentacules de calamar. Puis, délicatement, il posa ses langues sur le visage de Connor et se mit à le parcourir. Le contact était doux et agréable, les langue étaient chaudes, mais pas mouillées, et avec ce contact vint une sensation dans la Force : ce Aing-Tii était curieux, mais en tout cas pas mécontent de voir cet étranger. Il semblait même l’attendre. Le « rituel » dura deux minutes, et l’Aing-Tii put alors communiquer via les ondes de Force.

    « Je suis Zendor’Kar. Bienvenue sur ma planète. »
    « Enchanté, Zendor’Kar. Je suis Connor, Jedi Gris. Je viens ici pour apprendre. »

    Car maintenant il savait pourquoi la sphère l’avait amené ici. Il devait continuer sa formation jusqu’à sa mort. Il devait connaître la Force, non pas comme source de pouvoirs… mais aussi et surtout comme entité vivante, comment elle touchait les gens, comment elle distribuait ses… dons. Et ces Aing-Tiis étaient un peuple intriguant, plein de ressource et une source inépuisable d’intérêts. Apprendre sous leur égide serait un honneur rare.

    Zendor’Kar le mena ensuite à son village, où il s’adonna au rituel habituel de la part de tous les habitants. Certains étaient contents de voir de nouvelles têtes, d’autres juste curieux, et deux trois peu désireux de se dévoiler à un inconnu. Mais aucun n’était vraiment hostile. Connor parla à Zendor’Kar de ses voyages, de son entraînement et de son but. Il devait connaître la Force en entier, afin de la comprendre et d’établir à jamais l’équilibre entre les Jedi et les Sith, et le bien et le mal en général.

    Il ne fut pas facile à convaincre, mais au final, Zendor’Kar finit par lui accorder une faveur, à une condition : il devait apprendre à connaître les Aing-Tiis, à apprendre leurs coutumes, leur savoir, leur histoire… Devenir un des leurs. Aussi, Connor passa deux ans de sa vie à leurs côtés, à avoir le privilège de manipuler les reliques de Ceux Qui Habitent Derrière Le Voile, des sortes de Dieux venus d’au-delà du nuage, et à apprendre à communiquer durablement, autrement que par des émotions de la Force. Il bricola avec des pièces de technologie retrouvées dans les reliques un transpondeur qui traduisait d’un sens à l’autre deux langues, aussi, les Aing-Tiis et les humains se comprendraient du Aing-Tii au basic. Il lui fallut demander l’autorisation rituelle de tout le visage pour construire ce transpondeur, les reliques étant sacrées, il fallait les convaincre qu’elles seraient utilisées à très bon escient.

    Au terme de ces deux ans, Connor commença à apprendre la téléportation. Il ne fallait pas imaginer « vouloir se déplacer de tel endroit à tel autre », mais plutôt se persuader intrinsèquement que « on était à tel endroit et pas à tel endroit, et que la Force voulait qu’il en soit ainsi ». Il apprit donc à déplacer des pierres d’un endroit à un autre instantanément, faisant même la blague à Zendor’Kar de téléporter son siège à l’autre bout de la pièce. Le Aing-Tii n’avait pas semblé trouver cela drôle.

    Au terme d’une année entière d’entraînement, Connor maîtrisait parfaitement la téléportation sur une longue portée. Puis, expliquant ses motivations, Connor s’en alla, non sans dire adieu au village qui l’avait, et qu’il avait adopté. Jurant de revenir, Connor prit son Infiltrateur et repartit pour Tatooine. Son père et sa fratrie y étaient sûrement encore…





    Le vieillard était resté attentif tout le long du récit. Le jeune tira de sa bourse une récente pipe de bois wookiee, du tabac fait maison et un briquet spécial en pierre éternelle. Il alluma le tout et se mit à fumer tranquillement, la fumée semblant vieillir ce jeune homme qui semblait déjà si vieux.

    « Voilà une belle histoire. »
    « Vous êtes la première personne à qui je l’ai comptée. »
    « Mais ce qui m’étonne, c’est que vous ayez trouvé un chemin qui vous convenait, et ce bien qu’un Sith vous ait formé à la haine, et à partir de 6 ans… »
    « Oui. Le cerveau d’un enfant termine sa formation à l’âge de 6 ans également, et il faut croire que ma volonté a su triompher de ce formatage. »
    « Et maintenant, qu’allez-vous faire ? »
    « Je vais parcourir la galaxie, former des Jedi, des Sith, entraîner une nouvelle génération de protecteurs de la Force Obscure et Lumineuse, je vais répandre la justice, impartiale et équitable en usant des deux. »
    « La fin justifie les moyens… »
    « Oui, mais en gardant à l’esprit l’optique de liberté, d’égalité et de fraternité absolue. »
    « Deux enseignements contradictoires… »
    « Le Bien et le Mal, l’ami… autant se servir de l’un pour faire l’autre. »
    « Vous allez donc permettre aux Sith de perdurer ? »
    « Et même les aider si c’est nécessaire… Mais, j’ai surtout envie de répandre la justice et former des apprentis… après, participer à des guerres pour un camp puis pour l’autre… très peu pour moi. Je préfère mettre mes talents au service du peuple. »
    « Un but noble. »
    « Oui… mais j’aurais besoin d’aide… aussi vais-je retrouver ma famille sur Tatooine. »
    « Puisse la Force vous aider dans votre quête, l’ami. »
    « Et le Côté Obscur aussi. »

  • Inventaire : Un sabre laser à lame noire, des vêtements noirs, longs, style cache-poussières en coton tressé, une escarcelle pour divers outils, notamment une pipe, du tabac et un briquet à pierre éternelle. 2000 crédits pour ses faux-frais.
  • Psychologie : Le bien et le mal sont deux choses nécessaires l'une pour l'autre... A dire vrai, il est inutile de ré-écrire ceci dans cette partie, la psychologie a transparu dans l'histoire de ce personnage. Il estime que le mal et le bien doivent coexister, et n'hésitera pas à se servir de l'un pour favoriser l'autre au besoin. Jamais il ne remettra en cause l'intégrité ou la nécessité de l'une ou de l'autre partie, chacune d'elle revêtant son utilité.
  • Affection :
    - La Force
    - Une fin bénéfique pour tous
    - La nature au complet
    - Le calme ambiant
    - Les arguments constructifs
    - Les nobles causes, trop multiples pour être spécifiques
  • Aversion :
    - Les dictateurs
    - Les magnats de l'économie, des chiffres
    - Les esclavagistes
    - Un équilibre bouleversé

    Disposition
  • Fuseau Horaire : Greenwich Meridian Time + 1 ( j'ai pensé que le sigle GMT voulait dire cela, j'ai bon ? )
  • Disponibilité : Le soir
  • Indisponibilité : La journée
avatar
Honneur
Administrateur ▪
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/12/2010

Re: Connor Larx

le Lun 3 Juin 2013 - 0:45
Re-bienvenue sur SWOR,

Alors ton personnage est assez intéressant en soi, même si en d'autres temps on aurait crié au paladin-ninja (si si, ça s'est dit pour les Luxiens avant que je n'essaie de moraliser ça bien plus tard).

Déjà en terme de dénomination tu ne peux pas être jedi gris puisque par définition c'est un jedi qui s'est écarté de la voie prônée par l'Ordre (hors tu n'as jamais suivi d'enseignement jedi si j'ai bien lu). Du coup tu serais plus un jedi noir qui aurait été formé par un sith ou tout seul.

Niveau histoire quelques questions me taraudent:

- Pour la couleur du sabre il ne peut pas être tout noir donc tu as le choix du coeur de lame noir et une autre pour le "contour": blanc, orange, rouge, violet... la liste des couleurs ici: http://starwars.wikia.com/wiki/Lightsaber_crystal

- La sphère qui parle à Connor c'est une vision ?

Je vais t'accorder la rencontre des Aing-Tii suite aux infos de cette vision. J'aimerais bien par contre si tu peux que tu me fasses ta fiche Force en plus pour que je valide le tout ^^'.

Je crois que c'est à peu près tout donc quelques petits compléments d'infos et ce sera bon !


Spoiler:
Jim Antilles/Nico Aries
avatar
Connor
Grand Spécialiste
Nombre de messages : 443
Age : 24
Date d'inscription : 25/11/2011

Re: Connor Larx

le Lun 3 Juin 2013 - 1:05
Ah oui, le sabre, j'y ai pas pensé... enfin, à le dire. J'imaginais un coeur noir et du blanc autour.

Pour la dénomination "Jedi Gris", c'est vraiment pour signaler le juste milieu entre les Jedi, Jedi-jedi, en gros Jedi Blancs, et les Jedi Noirs, dernières étapes avant les Sith, la seule différence étant que les Sith suivent une philosophie, contrairement aux Jedi Noirs, et encore, dans certains livres, on parle de Sidious et Vador comme des Jedis Noirs, sans prononcer le mot Sith...

Sinon, je peux m'auto-proclamer Jedi #0f0f0f si tu veux^^

PS : on en a parlé sur Skype, j'accepte la dénomination OFFICIELLE de Jedi Noir, vu ma formation, mais je prétendrais TOUJOURS inrp être un Jedi "Gris", un intermédiaire.

La sphère, c'est une reprise, un peu romancée et embellie, d'une sphère apparue dans le deuxième tome de la saga en cours de traduction "Le Destin Des Jedi", qui apparaît aux Sith de Kesh. Je l'ai interprêté comme une apparition de la force, alors, pourquoi pas pour mon p'tit Connor ?

Je posterais à la suite ma fiche, qui, tu t'en doutes, contient les pouvoirs dont l'entraînement est décrit dans mon histoire.
avatar
Honneur
Administrateur ▪
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/12/2010

Re: Connor Larx

le Lun 3 Juin 2013 - 11:22
Jedi Gris n'est pas un alignement dans la Force véritablement, pour preuve le meilleur exemple cité tout le temps est Qui-Gon-Jin. Ce n'est pas qu'il tendait vers l'utilisation de pouvoirs ou de philosophies obscures mais bien qu'il était un Jedi qui était en conflit avec certaines règles et applications strictes du code Jedi d'où découlent toutes les décisions du Conseil.

Jedi Noir c'est juste ta catégorie quand tu es d'abord formé au côté obscur ou que tu t'es auto-formé en général, l'exception étant Luke mais il a eu quand même un début de formation avec Obi-Wan et Yoda + l'image du père dont il veut absolument se démarquer comme tout ado rebelle. Après tu as pas mal de nuances dans les jedis noirs, ils ne sont pas tous si proches d'être siths que ça. Là c'est juste un postulat de départ, une étiquette imposée par les siths et les jedis qui te classent comme ça.

Je vois plus ton personnage commencer gris foncé disons si on parlait vraiment alignement pur. Tu as l'ambition d'être un équilibre pur mais en même temps tu n'as jamais eu d'éducation lumineuse pour contrebalancer l'obscure. Si la conception lumineuse de la Force était une philosophie naturelle et instinctive, les manipulateurs qui se font eux-mêmes n'auraient pas tendance à virer à la Force obscure aussi vite. Sans tuteur, il est quasi impossible de grandir droit, c'est aussi vrai pour tout ce qui vit à l'état naturel.

Tu comprendras que ton statut, tu devras le gagner et que c'est vraiment un aboutissement que tu dois viser et un travail de tous les instants avec des remises en question permanente de ta philosophie pour t'assurer de son alignement voulu. Pour le reste j'ai eu mes réponses, je peux donc te valider au grade chevalier/guerrier dans le groupe neutre pour que tu deviennes le héros que tu souhaites (et non que je valide ^^).

Bon jeu !


Spoiler:
Jim Antilles/Nico Aries
Contenu sponsorisé

Re: Connor Larx

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum