Partagez
Aller en bas
avatar
Mara Jade
Nouvel Arrivant
Nombre de messages : 4
Age : 28
Date d'inscription : 07/01/2013

Mara Jade [v]

le Mar 8 Jan 2013 - 5:18

"I'm the iron hand in a steel glove of the Empress."

« L'Empire se dresse dans l'immensité de la galaxie ainsi que le phare salvateur d'une baie inhospitalière. Il est la lumière dans les ténèbres, l'ordre dans la déraison. Pliez-vous à son impératrice, ou écrasez-vous sur les écueils. »
Mara JADE





Humaine, 18 ans
Main de l'Impératrice


    Informations
  • Histoire :
    "Que me voulez-vous ?"

    Ma voix résonna dans la pénombre hésitante de la pièce, se frottant une énième fois sans réponse à ses murs dénudés. J'avais été menée ici sans explication, dans la fermeté la plus absolue, il y avait deux jours de ça. De ce que j'étais parvenue à déduire du vol spatial avant que nous n'atterrissions, nous devions nous trouver quelque part dans le système Brentaal ou Dori. Mes... hôtes... avaient été d'un silence exemplaire, et il m'avait fallu dissimuler maintes grimaces agacées pendant le trajet.
    Des Impériaux agissant ainsi envers moi devaient avoir d'excellentes raisons de se permettre une attitude aussi cavalière, et c'était bien la seule pensée qui m'empêchait de faire un malheur.


    "Mara Jade" , répondit enfin une voix désincarnée par les encodeurs électroniques.

    Je dressais une oreille attentive, cherchant à localiser les haut-parleurs que je n'avais pas pu repérer au bout de quarante-huit heures.


    "Parlez-nous de vous."
    "De moi ?"

    J'eus un rire froid.

    "C'est bien la première épreuve de ce genre que je me vois infliger."
    "Répondez à la question."
    "Vous connaissez déjà mon nom", haussai-je des épaules. "J'agis au nom de notre impératrice Cir-Delàviel dans des affaires nécessitant des talents particuliers."
    "Quels sont-ils ?"

    Cet interrogatoire absurde ne rimait à rien ! J'avais envie de le crier, de déchaîner la Force sur les murs lisses et impénétrables de la salle. Pourtant, me faisant violence, je maîtrisais ma voix pour n'y pas laisser deviner la colère grondant au fond de mon ventre.


    "J'ai été formée pour répondre à certains besoins, le tout dans les intérêts de l'Empire."
    "A quand remonte cette formation ?"
    "Un peu après ma naissance. Elle n'est toujours pas achevée aujourd'hui : j'en apprends tous les jours."

    Ces mots étaient pleins de sarcasme, mais mon interlocuteur s'en fichait pas mal.


    "Donnez-nous des détails sur votre naissance."

    J'eus un soupir irrité, suivi d'un claquement de langue.


    "Comment le pourrai-je ? Je n'ai connu ni mon père ni ma mère, mais j'en suis bien contente. A la place l'Impératrice m'a plus ou moins élevée ; j'avais peut-être deux ans lorsqu'elle m'a emmenée sur Coruscant à ses côtés. D'où je venais, ça ne m'a jamais été dit."

    Nul regret dans ma voix d'une extrême platitude. Pourtant, en évoquant cette réminiscence de mon passé, je ne pouvais m'empêcher de mobiliser ma mémoire, de tenter de percer le brouillard opaque recouvrant les premières années de ma vie. Dans cette morne grisaille ne me revenait aucun visage, pas même le son d'une parole aimante comme les parents en ont certainement pour leur nourrisson. Mais il y avait bien... ceci... Au prix d'importants efforts j'étais capable de me souvenir d'une boule cristalline posée sur un socle ; derrière le verre limpide évoluait une minuscule étoile, donnant l'impression de filer à la plus infime secousse.
    A l'époque je ne comprenais pas cette décoration, me demandant comment l'astre pouvait se mouvoir dans le vide du cristal. Je me rappelais l'avoir brisé pour en saisir le sens... et je me rappelais, aussi, de la douleur qui s'en était suivi. Briser une chose afin de l'appréhender, avait-on dit un jour, c'était quitter les chemins de la raison. C'était ce que ma souffrance enfantine avait exprimé à mon cœur encore trop immature pour le comprendre.


    "Plus ou moins ?"
    "J'imagine que vous vous en rendez bien compte", ironisai-je, "mais bien d'autres problèmes requéraient son attention à l'époque. Elle n'avait pas besoin d'un bambin dans les jambes, et même si elle était la figure centrale de mon enfance, c'est toute une tripotée de... gouvernants... qui s'occupaient de mon éducation, plutôt qu'elle."

    Des gouvernants, la belle affaire. Le terme relevait davantage de la plaisanterie douteuse que de l'euphémisme. Les sinistres hommes se cachant derrière un mot si innocent n'étaient autres que les instructeurs de la garde impériale, cette élite vêtue de pourpre veillant à la sécurité de l'Impératrice et de son palais. Une telle formation pouvait s'effectuer sur une double décennie, mais j'en étais déjà une adepte poussée à quatorze ans. Parmi ce que l'on y enseignait, l'assassinat et l'espionnage jouaient un rôle primordial. Ce n'est pas avec la force brute que l'on repousse les inimitiés de toute une galaxie, mais bien avec la précision chirurgicale du renseignement et du meurtre. Ceci dit, nul mis à part mes professeurs et quelques privilégiés avaient vent de mon apprentissage ; au lieu de ça, on me tenait pour l'une des nombreuses danseuses du palais opulent, voire pour une domestique de l'impératrice.
    Quelque part, la formule n'était pas fausse. Je dansais pour elle, d'une étoile à l'autre, selon les entrechats dictés par sa musique. Évidemment, dans ce genre de valse, le moindre faux pas vous menait à une mort éventuellement rapide, selon que vous étiez ou non chanceux dans votre malheur.


    "En quoi notre Impératrice était-elle une figure centrale, comme vous dites ?"

    Cette question recélait plus de pièges qu'on aurait pu le penser de prime abord, et je repris la parole avec prudence.


    "C'est elle qui décidait du fil que suivrait mon existence. Décide encore, par ailleurs. D'autre part, elle fut mon professeur privilégié dans certaines disciplines qui me sont primordiales à ce jour."
    "Lesquelles ?"

    J'avais envie de dire : la haine, la ruse, la sauvagerie paradoxalement raffinée dont il faut parfois faire preuve afin de mener ses missions à bien. Le mépris absolu des vies qui se mettent en travers de la bonne marche de l'Empire. La cruauté qui devient un gage d'efficacité : un gage de peur, une peur salvatrice que je dois infliger aux ennemis de l'ordre, afin qu'elle se répande ainsi qu'un remède dans les esprits bellicistes.

    "La Force."

    La Force, le côté Obscur, et les courants de vie qui naviguent entre les deux... Ma maîtresse, Cir-Delàviel, avait été d'une redoutable efficacité dans son enseignement, me marquant à tout jamais du sceau de son autorité. Son sbire Vador avait également joué son rôle dans ma formation, d'une autre façon, et ce sur son injonction. Entre cette froide suzeraine et ce ténébreux sire, inutile de préciser que les jours n'avaient pas tous été roses ; mais ils m'avaient rendu forte. Proche de l'invisible, à l'écoute de mon cœur et de tout ce qu'il était capable de réaliser.

    "La Force n'existe pas."

    Je gardais le silence. Ce n'était pas une interrogation, et je n'avais rien à y redire.


    "Qu'est-ce qui a différencié votre enfance de celle des autres petites filles de la galaxie ?"

    Je levais des yeux exaspérés au plafond plongé dans l'obscurité.


    "J'imagine que j'ai joué avec un tout autre genre de poupées."
    "Répondez sérieusement à la question."
    "Et bien ! J'ai été instruite au plus tôt des problèmes de la galaxie - de l'Empire. On m'a éduquée, au travers de géo-politique, de sociopolitique, de bio-psychologie. Il fallait que je puisse comprendre tout un chacun, tout peuple qu'il me faudrait un jour rencontrer. Je devais être en mesure d'appréhender n'importe quel élément pensant, qu'il soit simple citoyen ou sénateur. La compréhension est une étape nécessaire pour réformer celui qui est dans l'erreur. Ainsi, j'ai été quelque peu obligée de faire montre d'une certaine... agilité mentale."

    Obligée. La douleur est une enseignante très convaincante. Il était intéressant de noter le panel de toutes les subtiles souffrances que l'on pouvait infliger à un être intelligent. Ceci avait été la deuxième facette de mon apprentissage auprès de l'Impératrice, même si les travaux pratiques, avec moi comme sujet à la fois de démonstration et d'instruction, n'avaient jamais été très agréables. Le calvaire physique n'était pas grand-chose face au désespoir que peuvent ressentir les humains.
    C'est le désespoir qui ronge l'âme, les convictions. L'espoir est un poison : on le voit comme pur, et beau, et l'on surestime sa pérennité. Une fois souillé, corrompu, le nectar devient cigüe. Le cœur lui cède, impuissant.

    Je me rappelais de mon épreuve finale, celle qui avait marqué la fin de mon enfance et le début de mon service véritable pour l'Impératrice. En soi, il n'avait pas eu l'air difficile, ni même risqué... et pourtant. L'affaire avait pris des allures de plaisanterie lorsqu'il m'avait été ordonné de me fondre dans la foule précieuse d'une réception complaisante, et de profiter du gala pour m'introduire dans les appartements privés de Wilhuff Tarkin, grand Moff de son état. Feindre le malaise au milieu de la soirée n'avait rien eu de bien compliqué, tout comme manipuler un droïde-médecin n'était guère sorcier. Echappant ainsi à l'attention des invités, j'avais pu m'accaparer un outillage préalablement fourré dans un coin bien sombre - en réalité, un conduit de refroidissement de la gigantesque demeure du grand Moff - qui n'aurait autrement jamais passé la sécurité du portail. Il m'avait alors suffi de me couler par une fenêtre et commencer une escalade... assez cocasse, à y bien repenser... de l'édifice, évitant ainsi de traverser corridors et escaliers où je ne serai jamais passée inaperçue. Néanmoins, je devais bien avouer avoir été prise de court lorsque, une fois la fenêtre de ses appartements fracturée, je m'étais retrouvée nez à nez avec quelques droïdes. Ce n'était pas exactement le type de machine voué au rangement ou au nettoyage - ou alors, à un nettoyage bien particulier. Je fus forcée de les désactiver à grands renforts de pistolet-blaster et de sabre-laser, et là résidait la véritable épreuve.

    Je me suis aperçue au tout dernier moment que l'un d'eux n'avait rien d'un assemblage de circuits électroniques. Qu'il s'agissait d'un homme, un organique, prisonnier volontaire d'une apparence de mécanique, voué à tester mes sens. Au lieu de le faire rejoindre le tas de débris fumants, je l'ai envoyé dans la bienheureuse inconscience qu'un genou peut procurer lorsqu'il heurte votre menton à l'aide de la Force.
    Une fois ce défi relevé, l'Impératrice et Vador me considérèrent enfin comme apte à servir l'Empire.


    "Regrettez-vous cette différence ?"
    "Ca m'est peut-être arrivé une fois ou deux lorsque j'étais gamine" marmonnai-je sans grande conviction. "Ce n'est certainement plus le cas maintenant."
    "Que pouvez-vous nous dire au sujet de vos activités ?" me demanda-t-on à brûle-pourpoint.

    Je marquais un temps, non pas d'hésitation mais de réflexion. Nuance primordiale car je savais que j'allais répliquer ; seul le quoi restait à déterminer. Jusqu'ici l'interrogatoire avait été d'une absolue neutralité et j'entendais bien que ce n'était pas prêt de changer, ce qui me forçait à faire preuve de circonspection dans le plus petit mot. J'ignorais encore le but de toute cette manœuvre, un état de fait qui ne me mettait pas vraiment à mon avantage.


    "Qu'elles servent les intérêts de l'Empire, naturellement."

    Il n'y avait eu qu'une très légère pointe d'ironie dans mon propos.

    "Dans quel sens ?"

    Le sens de l'Histoire. Le sens de la rivière de sang qui s'écoule, d'une étoile à l'autre, d'une planète à une autre, dans une terrifiante cataracte à travers le cosmos. Le sens de la marche des destinées, imbécile. Je ne sais pas si la Force écrit vraiment de quoi va être fait le lendemain de chacun d'entre nous ; mais il existe bel et bien, ce lendemain, quand bien même il est dans la mort. Le futur est jaloux de ses mystères, il les garde précieusement... Je fais partie de ceux qui ont été formés à lui forcer la main.

    Mes missions avaient été assez simples au début : les services de renseignement impériaux signalaient à l'Impératrice des officiers laxistes, corrompus ou même traîtres à leur serment et donc, à l'Empire. Il y en avait pour tous les goûts, ai-je eu le loisir d'observer non sans colère : sous-officiers de la marine, administratifs, figures politiques diverses et même Moffs. La sentence était irrémédiablement la même, la mort sans délai. Tel était mon travail, ma tâche, et je l'exécutais avec la plus grande diligence. La volonté de Cir-Delàviel m'était si chère, et mon lien avec la Force si profond, que j'étais à même de percevoir ses instructions d'un bout à l'autre de la galaxie.

    N'étais-je pas sa main ? Celle qui reprenait ce que l'autre avait donné ? J'obéissais, aveuglément, avec foi et détermination. Je le fais encore à ce jour.
    Récemment toutefois, les choses ont un peu changé. Elles se sont... corsées, dira-t-on. Cette fois, l'impératrice m'avait chargée de retrouver une Jedi, l'une de ces moines d'avant à la philosophie dépassée. Des fanatiques, aveugles aux problèmes du monde et imperméables à la raison. Son nom était An'ya Kuro, également appelée la Femme Obscure. J'ai eu du mal à retrouver sa trace, mais au bout du compte, il suffisait juste d'interroger les bonnes personnes.


    "J'agis principalement en faveur d'un retour à la stabilité interne. Ma spécialité consiste à négocier avec les criminels. Souvent, ils suivent ce profil : pensant être dans leur bon droit, agitant des revendications absconses et prêts à tout pour y arriver. Ceux-là sont les pires, de dangereux individus qu'il faut calmer au plus vite. C'est ce dont je me charge : la suite appartient à d'autres autorités que la mienne."
    "Quelle est justement la nature exacte de votre autorité, mademoiselle Jade ?"
    "J'ai bien peur de ne pas saisir le fond de votre question" souris-je férocement.

    Il y eu un curieux chuchotement, comme si un conciliabule se tenait derrière le micro. Puis, l'interrogatoire se poursuivit :


    "Relève-t-elle du domaine militaire ou administratif ? Appartenez-vous au domaine législatif, exécutif ou judiciaire ?"
    "Ma position est particulière. Je porte toutes ces casquettes en même temps, grâce à la coopération des différents services impériaux. C'est l'unité qui permet une efficacité optimale : pourquoi nous mettrions-nous des bâtons dans les roues, je vous le demande ?" accusai-je, caustique.

    Soit ma remarque fut ignorée, soit son sous-entendu passa très à l'ouest de l'oreille de mon interlocuteur.


    "Que pouvez-vous nous dire sur votre dernière mission ?"
    "Pas grand-chose" mentis-je.

    Il s'avérait qu'An'ya Kuro se terrait sur une planète dénommée Cophrigin V, appartenant au système éponyme quelque part dans les Territoires Extérieurs. Un monde totalement isolé, primitif, seyant bien aux Jedis : un lieu coupé de tout où ils ne risqueraient pas de laisser déborder leur imbécillité crasse. J'étais certaine, en ramenant cette information à l'Impératrice, qu'elle allait ensuite m'ordonner de la débusquer et de l'exécuter.
    Quelle fut ma jalousie, voire ma rancœur, lorsqu'elle décerna cette tâche au seigneur Vador.

    Il en revint assez rapidement, victorieux comme à l'accoutumée. Ce sombre guerrier avait toujours eu le don de me faire peur, tant il paraissait inébranlable et destructeur. Manipulateur consommé du côté Obscur, c'était folie que de se porter au-devant de lui.
    Imaginez l'émoi qui se déchaîna en moi lorsqu'à son retour, ma maîtresse me commanda de l'espionner et de lui rapporter la moindre de ses activités. C'était risqué, bien évidemment : mais c'était aussi et surtout l'occasion de me distinguer à sa place, d'arracher ses faveurs à l'Impératrice... Ainsi débuta une longue chasse aux sorcières, où à l'affût et attentive, je guettais le moindre faux pas que le héraut de l'Empire ne manquera pas, à terme, de commettre.

    Je discutais encore plusieurs heures avec mon mystérieux interlocuteur, au sujet de mes missions, comme nous appelions tacitement toute cette flopée d'assassinats, d'espionnages, de filatures et chantages que j'avais exécutés au cours de mes pérégrinations pour le compte de l'Empire. Je m'habituais à parler à cette voix artificielle, n'ayant l'impression ni d'être jugée, ni d'être piégée. Dès lors, il était plus facile de se laisser aller à un compte-rendu certes encore très professionnel, mais teinté d'une certaine subjectivité. La fin de l'entretien se marqua par un "Nous vous remercions, mademoiselle Jade" très sec et le silence revint. Je m'autorisais alors un court somme.

    A mon réveil, les mêmes hommes qui m'avaient déposée ici pénétrèrent dans la pièce, l'air quelque peu chagrinés et comme surpris de me voir en bonne santé, quoique morose. Sans politesse inutile, c'est à Coruscant qu'ils me ramenèrent, tout aussi mystérieusement qu'ils étaient venus me chercher.
    Ma vie reprit tranquillement son cours, et je préférais considérer l'incident comme ce qu'il apparaissait - une sorte d'interruption paisible dans mes activités, rien de plus - plutôt que de poser des questions qu'on n'attendait manifestement pas de ma part.

    Et pourtant, je ne pouvais pas me départir de l'idée que, cette fois-là, j'étais passée plus près de la mort que jamais.



  • Inventaire : 2.000 crédits, un sabre-laser.

  • Apparence : La main de l'impératrice se présente comme une jeune femme s'apprêtant à s'épanouir. Fuselée, d'un athlétisme conditionné depuis longtemps et rehaussé par la Force, Mara est avant tout une personne faite pour les opérations délicates. Son visage aux lignes fortes, empreintes de résolution, souligne une personnalité sulfureuse qui trouve toute son expression dans le feu de l'action. Un nez petit, une bouche pleine et des pommettes saillantes lui confèrent une beauté qui n'est pas seulement due à sa jeunesse, mais bien à l'harmonie de ses traits. Mais ce qui peut le plus troubler chez elle n'est ni son sourire gelé, ni la précision chirurgicale de ses gestes ou encore la démarche féline qui lui semble intrinsèque ; il s'agit bien de ses yeux, d'un vert étincelant et d'émeraude, que le rouge flamboyant de ses cheveux débridés ravive d'une extraordinaire vitalité.

  • Psychologie : Mara est femme qui a été formée dans l'unique but de fournir à l'impératrice un élément aussi fiable que capable. Toute sa philosophie est tournée vers l'action, et surtout la réussite de son entreprise. Dans cette optique, il lui est devenu vital de considérer ses pairs comme des objets, des outils lui permettant de mener à bien sa mission. Son caractère ne relève ni du courage, ni de la témérité, mais bien d'une volonté de fer allant bien au-delà de la simple détermination. Implacable et vive d'esprit, la main de l'impératrice est forgée comme une lame saurait l'être, dans un unique but de destruction ou de manipulation. Bien qu'elle n'y rechigne pas vraiment, Mara a bien saisi que l'assassinat d'une unique personne n'était généralement pas la solution la plus rapide de mettre un terme à l'adversité : il faut détruire les idées, les convictions, le mouvement interne de la foule. Briser l'élan par la symbolique est devenu sa manière de faire de prédilection, et elle excelle à faire des exemples retentissants. Entièrement dévouée à l'Empire et notamment à celle qui la dirige, il y a bien peu de sacrifices auxquels elle ne consentirait pas pour s'attirer ses faveurs. On ne saurait dire qu'elle est dépourvue d'humanité, mais il s'agit là d'une humanité glacée, logique et paradoxalement fanatisée.

  • Affection & aversion : La main de l'impératrice est d'une extrême droiture dans ses idéaux et en attend autant de ceux qu'elle côtoie. La lascivité ou l'oisiveté ne trouvent que peu d'attrait à ses yeux, et elle a tendance à réprimander ceux qui l'étalent à sa vue. A l'inverse, Mara recommande en permanence prudence et détermination, des qualités qu'elle apprécie plus que tout chez ses pairs.

    Disposition
  • Fuseau Horaire : France/Maroc, ça dépend des périodes.
  • Disponibilité : Pfouah... aucune idée moi. Very Happy
  • Indisponibilité : Euuuh... bonne question.


Dernière édition par Mara Jade. le Mar 15 Jan 2013 - 23:13, édité 3 fois
avatar
Justice
Maître du Jeu ▪
Nombre de messages : 1409
Date d'inscription : 15/11/2010

Re: Mara Jade [v]

le Mar 8 Jan 2013 - 22:25
R2-D2 Twoot ! Twoot ! Brliliwoooop ! R2-D2

C'était le message de bienvenue de R2D2. Bienvenue parmi nous donc, bienvenue sur SWOR ! Je me présente je suis Justice, Administrateur et Maître de jeu. Je vais m'occuper de ta fiche de présentation afin de la rendre pleinement conforme à nos attente.

Pour faire simple, le principal souci que me pose ta fiche de présentation est ton statu de "dirigeant de Fondor", énoncé dans l'encadré introductif. Non pas qu'il soit impossible de diriger Fondor, mais la biographie de ton personnage ne va pas dans ce sens.
Fondor est une planète riche et industrialisée du secteur Tapani, un secteur très pro-empire dirigé par diverses familles nobles. Il parait donc très invraisemblable qu'un gamin de Tatooine, aussi roublard soit-il puisse parvenir à ce poste.

Deux options s'offrent donc à toi : Modifier la biographie de ton personnage pour le transformer en Noble Tapani et pouvoir prétendre directement à la gouvernance de la planète, ou bien revoir cette ambition de diriger Fondor à la baisse pour quelque chose de plus cohérent avec l'histoire du personnage. Tu pourras toujours essayer de récupérer ce poste par le RP, bien entendu.

En tout cas, le style est agréable, le personnage sympathique. Je te souhaite donc un bon édit, et encore bienvenue sur SWOR Wink!



avatar
Mara Jade
Nouvel Arrivant
Nombre de messages : 4
Age : 28
Date d'inscription : 07/01/2013

Re: Mara Jade [v]

le Mer 9 Jan 2013 - 18:09
Fiche entièrement refondue (pardon de faire ainsi volte face, ça rajoute du travail de modération) ! Bonne lecture. Razz


Elle est, comme qui dirait... une expérience.

« Les victimes s'enfuient et se cachent : c'est ce que font les proies. Mais je ne suis pas une victime ! Je ne suis pas une proie ! Je suis la main de l'Impératrice, le prédateur ultime. »
avatar
Justice
Maître du Jeu ▪
Nombre de messages : 1409
Date d'inscription : 15/11/2010

Re: Mara Jade [v]

le Mer 9 Jan 2013 - 23:06
Bon, donc nous voici avec un utilisateur de la force. Avant de commencer, je remarque que ton pseudonyme comporte un point, probablement à cause de l'existence d'un compte Mara Jade précédent. Le compte en question est celui d'un ancien membre, et il s'agissait du personnage de "Mara Jade Skywalker".
Si tu avais l'intention d'incarner ce personnage, il faudra que tu le prennes à l'âge qu'il a vraiment, Mara Jade Skywalker étant née en 17 BBY et comme nous sommes "techniquement" en 1 ABY ton personnage a 18 ans et non 26. S'agissant d'un personnage de la saga, sa biographie devra donc être fidèle à celle qu'elle a été dans l'univers étendu au moins jusqu'à ses 18 ans. (Pour de la documentation précise, je te conseille wookieepedia (plus complet et fiable, mais en anglais) ou holonet (en français).

Si en revanche, ce personnage "Mara Jade" n'est qu'un homonyme de "Mara Jade Skywalker", il faudra tout de même apporter des modifications quant à la description succincte de l'enfance du personnage. L'Impératrice n'élève pas ses Mains comme ses petits enfants, un par un. Il faudra trouver une explication plausible à la détection de l'enfant forceux, son entrainement et son entrée au service de l'impératrice en tant que main (eh oui tout ça !).

A noter dans la foulée : Toutes les règles relatives aux utilisateurs de la Force sont contenues dans ce sujet : http://www.swor-jdr.com/t10969-la-force-dans-swor.

Encore bon courage pour l'edit, mais normalement tout devrait être bon après ça !



avatar
Mara Jade
Nouvel Arrivant
Nombre de messages : 4
Age : 28
Date d'inscription : 07/01/2013

Re: Mara Jade [v]

le Jeu 10 Jan 2013 - 4:14
Je pense que tout est bon (je me suis basée sur wookiepedia, l'anglais et moi c'est comme le chocolat, une grande histoire d'amûr). ^.^

p.s. : et je confirme qu'il ne s'agit pas d'un personnage homonyme !
avatar
Mara Jade
Nouvel Arrivant
Nombre de messages : 4
Age : 28
Date d'inscription : 07/01/2013

Re: Mara Jade [v]

le Ven 18 Jan 2013 - 4:49
Petit up ? ^.^


Elle est, comme qui dirait... une expérience.

« Les victimes s'enfuient et se cachent : c'est ce que font les proies. Mais je ne suis pas une victime ! Je ne suis pas une proie ! Je suis la main de l'Impératrice, le prédateur ultime. »
avatar
Honneur
Administrateur ▪
Nombre de messages : 655
Date d'inscription : 07/12/2010

Re: Mara Jade [v]

le Ven 18 Jan 2013 - 21:45
Bonsoir,

Je vais prendre le relais pour ne pas te faire plus attendre. J'ai bien lu ta fiche et retrouvé les éléments du personnage saga de Mara Jade, pas d'erreurs et une bonne interprétation des éléments a été fournie.

Bref je ne m'attarde pas plus et t'intègre au groupe Empire Galactique.

Fiche validée.

Bon jeu !


Spoiler:
Jim Antilles/Nico Aries
Contenu sponsorisé

Re: Mara Jade [v]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum