Partagez
Aller en bas
avatar
Cynbel
Animateur ▪
Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 12/08/2012

Cynbel, L'exemple de l'Ordre (chronique et fiche)

le Lun 20 Aoû 2012 - 6:00
Fiche Force et Chroniques

Nom :
Cynbel
Grade : Apprentie Sith
Orientation : Obscur

Pouvoirs initiaux Apprenti :
-Saut [Base] (aquisition automatique d'un apprentie)
-Telekinesis [Base] (aquisition automatique d'un apprentie)
-Traction [Base] (Premier pouvoir acquis en tant qu'apprentie, décrit dans la première chronique de Cynbel)
-Lancer de Sabre [Universel] (Deuxième pouvoir acquis en tant qu'apprentie, décrit dans la seconde chronique de Cynbel)
-Esprit de bataille [Universel] (Troisième pouvoir acquis en tant qu'apprentie, décrit dans la troisième chronique de Cynbel)

Pouvoirs initiaux Chevalier :
- Inconnu
- Inconnu

Pouvoirs Maître :
- Inconnu
- Inconnu

Forme de Prédilection :
- Forme II = Makashi (Praticien)
- Forme III = Soresu (Connu)
- Forme =


Style de combat :


Dernière édition par Cynbel le Mar 9 Oct 2012 - 23:39, édité 3 fois


avatar
Cynbel
Animateur ▪
Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 12/08/2012

Re: Cynbel, L'exemple de l'Ordre (chronique et fiche)

le Dim 26 Aoû 2012 - 4:02
Tirer le taureau par les cornes.

Apprentissage de la Traction

Cela faisait déjà quelques jours que mon père et moi avion quitté le volcan sur lequel il m'avait former à l'apprentissage de l'utilisation de la force et des principes rudimentaire d'un Ordre qui avait autrefois existé, celui des Sith. Alors que nous nous dirigions vers notre échappatoire, un vaisseau transporteur qui allait nous mener au début de notre périple qui était sensé nous mener jusqu'à Coruscant, celui-ci me parlait des différents atouts que pouvait nous amener la force. Il y avait ce qu'il appelait les pouvoirs de bases. Durant mon entraînement, une chose l'avait étonnée selon ses dires. Alors que j'avais soulevé cette masse rocheuse de son bain de lave, la vitesse et l'aise que j'avais eut à la ramener vers moi semblait indiquer que j'avais une proéminence, peut-être, vers une forme d'utilisation de la force que l'on nommait "La Traction". Le concept, toujours selon ses propres paroles, résidait dans le seul principe de la télékinésies, et qu'il consistait au mouvement qui servait à attirer objets ou corps (vivant ou inanimé) vers soi par le biais d'une concentration plus ou moins assidue. Durant notre voyage, mon but serait donc d'apprendre l'usage de la traction afin de m'y familiariser et d'y apprendre la technique adéquate.

"Concentre toi sur ce caillou et attire le vers toi, mais cette fois-ci, ne te concentre pas sur la lévitation de celui-ci. Il te faut le trainer jusqu'à toi et non le soulever. Vois la force en ce corps, et manipule la afin qu'elle tire cet objet vers toi, ne te concentre que sur le mouvement de traction. Visualise Cynbel, et accomplie cette manoeuvre."

"Donc...je dois le faire sans le soulever? Pourquoi ne pas user de la téléki..."

"PARCE QUE...la télékinesis n'est que très limité. La Traction te servira à attirer des corps beaucoup plus imposant ou même vivant vers toi et vu ton aise au combat rapproché, la combinaison de tes compétences physiques et cette facette de la force pourrait devenir un mixte dangereux pour tes adversaires. Si tu ne veux pas échouer FAIS-LE.

C'est ainsi que je me concentrai sur la pierre qui se trouvait à environ six mètre de moi. Tentant de ressentir la force qui entourait cet objet, je tentai ensuite de l'attirer vers moi, mais je ne fis que la soulever comme je le faisais avec la télékinesis, ce qui me valu un soupir de la part de mon maître qui ne fit que reprendre la route. Je me concentrai alors de nouveau, tentant de ramener ce caillou, sans succès cette seconde fois. Bien que je fus rapidement devenue une apprentie, rien ne garantissais mon succès à tout coup et cela avait tendance à ramener un certain inconfort, voir même de la frustration à long terme. Héritière d'un clan des plus prestigieux, il me fallait me montrer à leurs hauteur...l'échec n'était donc pas une option. C'est alors qu'une idée traversa mon esprit.

Je me penchai, avant de rattraper mon père, et je me mise à ramasser nombres de cailloux avant d'en remplir les nombreuses poches de mes habits. Je devais bien en avoir une vingtaine au total lorsque j'eus terminée, que je vis Jaheiro porter un regard curieux vers moi. Accourant vers lui, j'allai le rattraper afin de réduire l'écart qui nous séparait, m'assurant ainsi de ne pas perdre notre chemin de vu.


"Et qu'espère tu faire de ces pierres, Cynbel, sinon alourdir ton propre poids et possiblement t'épuiser durant le voyage?"

"Si je ne peux rester sur place pour m'habituer à ce pouvoir...je le ferai en avançant. Qui plus est, je n'aurai pas besoin de me soucier si l'objet est déjà soulever par ma télékinésies ou non...vous verrez.

Prenant l'un des petits objets que j'avais préalablement ramassé, je le lança au loin, tout en le suivant bien du regard. Bien que celui-ci était en mouvement, et me rendant la tâche légèrement plus difficile, j'essayai de me concentrer sur celui-ci afin de le ramener vers moi. Sa chute vers le sol fut le résultat de mon échec...encore une fois, ce qui valu quelques rires de la part de mon géniteur. Faisant d'abord comme si de rien n'était, j'en pris un autre, et ré-essaya...avec le même résultat. Pestant contre mon manque de compétence, je me retournai vers celui qui semblait s'amuser du spectacle pour ainsi l'accuser du regard, ce qui me valu une réplique légèrement cinglante.

"Ce n'est pas moi que tu devrais regarder ainsi...mais ta mère. De cette manière, tu pourrais aussi bien tenter d'attraper les oiseaux? Cela nous permettrais de manger un peu Hahaha...

Ma frustration ne fut que plus apparente alors que je pris un autre rocher avant de le lancer beaucoup plus loin que les autres cette fois-ci, guidée par mon sentiment. Observant l'objet s'envoler sans le quitté des yeux, l'image de le voir revenir et s'exploser contre la tête de mon mentor me vint à l'esprit. C'est alors que, contre toute mes attentes, vis la pierre stopper sa course brutalement pour revenir vers l'arrière sur un mètre ou deux à peine avant de rechuter vers le sol. Ne comprenant plus rien, je me retournai vers mon maitre...perplexe.

"...beaucoup mieu que tout à l'heure. Tu vois...quand tu prend le taureau par les cornes, il n'a d'autre choix que de suivre. Impose ta loi, impose ta haine Cynbel...et tout deviendra possible. Pour l'heure, cependant, concentre toi sur la route car nous devons nous hâter si nous ne voulons pas rater notre vol."

N'ayant pour choix que d'acquiescer, nous nous dirigeâmes donc vers l'un des spatioports de la planète afin de prévoir notre départ vers Coruscant. Nous avions, je crois, encore une demi-journée de voyage avant de nous rendre. Malgré le fait que nous devions nous concentré sur notre avancement, je ne pouvais m'empêcher de temps à autre d'en lancer d'autres et de tenter une réussite. Inutile de dire que maintes tentatives furent nécessaire avant de n'avoir que de faibles résultat. Ce n'est qu'à un moment fatidique que je réussis enfin...

Alors que nous apercevions enfin quelconque signe de civilisation au loin, que nous entendîmes un rugissement derrière nous. Suite à la mise en garde de Jaheiro, je fis volte-face afin de voir ce qui venait derrière nous et nous vîmes ce qui venait vers nous. Un animal, ressemblant vaguement à un boeuf, courrait en notre direction, chargeant de manière hostile à notre encontre. Évitant son attaque de peu, je me retournai pour voir que mon géniteur fit de même alors que la créature tenta de l'embrocher vivant. S'éloignant de celui-ci, il me lança un second avis en me pointant le flanc de l'animal.


"Il a été blessé au flanc, il est enragé. Il doit nous prendre pour ses attaquants. Débarasse t'en Cynbel, nous nous retrouvons au Spatioport."

"MAÎTRE!"

"Réussis...ou meurt en échouant."

Regardant à la fois mon père prendre la fuite vers la ville, et l'animal sauvage qui barrait ma route, je me dis qu'il n'y avait donc aucun autre choix et que je devais faire mon possible pour mettre cette brute de muscle au sol avant de ne continuer mon voyage. Prenant donc le sabre que je m'étais fais moi-même durant mon entraînement, je fis sortir d'en son centre une lame d'une couleur rougeâtre, ce qui eut comme réaction d'attirer l'attention de la bête. Attiré par le vrombissement et la lumière qui émanait de mon arme, il reprit une position offensive à mon égard avant de gratter le sol de l'une de ses pattes avant, symbolisant son énervement et sa rage apparente. Soufflant l'air d'une manière effrénée, il se rua une seconde fois vers moi en soulevant un nuage de poussière derrière chacun de ses pas. Faisant le tour d'un arbre à proximité, j'allai me cacher derrière celui-ci afin d'éviter une offensive qui aurait pu s'avérer mortelle si elle avait trouvée sa cible.

Alors que son corps passait près de l'arbre, je tentai de couper l'arbre et de le pousser vers celui-ci mais sa vitesse était suffisante pour éviter le piège et il eut tôt fait de me reprendre en charge. Ne sachant trop quoi faire, je tentai de diriger un coup de sabre vers lui mais sa vitesse eut raison de moi. Apportant sa tête à mon ventre, il me balança dans les airs avant de se débattre contre le vide tellement sa rage était grande. Tentant de me rétablir, je ne pu que me fracasser au sol quelques mètres plus loin. Soufflant un gémissement de douleur, je repris vite mes esprits sous l'effet de l'adrénaline afin de ne pas subir un autre de ces puissants coups. Courant le plus rapidement possible, je regardai autour de moi mais aucune solution ne semblait venir et lorsque je regardais derrière, je ne voyais qu'une bête qui avait le potentiel de me tuer au moment où elle allait se retourner et reprendre une poursuite contre moi, ce qui arriva. Se retournant rapidement, elle prit mon dos en poursuite. Une seule option se présentait: L'arbre. Me concentrant sur l'arbre que j'avais fais tomber, je fis comme si ma main l'enveloppait, et je le ramena à moi.

Les feuilles se mirent à trembler, l'écorce se fit entendre à craquer de toute part et soudain, il glissa. Le glissement, se transformant en une véritable véhiculée, vint porter l'arbre devant le taureau au moment où ses pattes avant touchaient le sol. Le résultat en fut fatal. Se barrant la partie antérieur du corps contre le tronc de l'arbre, je pu entendre un craquement avant de voir son corps en entier culbuter au dessus de l'arbre avant de continuer son vol planer en ma direction. Hurlant de rage, je me mis à courir en sa direction tout en allongeant mon sabre vers lui. Sautant, appuyant mon pieds sur sa tête et plongeant vers l'avant, je laissa mon arme fendre son dos de tout son long avant de ré-atterrir de l'autre coté, usant de quelques mouvements d'Ataru que j'appris durant mon apprentissage sur le volcan.

Derrière moi, la bête gisait contre le sol, le dos ouvert, ne terminant qu'un dernier souffle de vie alors qu'un sourire élargissait mes lèvres.

J'avais réussis...et je pouvais maintenant rejoindre Jaheiro pour quitter Dathomir.


Dernière édition par Cynbel le Jeu 11 Oct 2012 - 4:41, édité 2 fois


avatar
Cynbel
Animateur ▪
Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 12/08/2012

Re: Cynbel, L'exemple de l'Ordre (chronique et fiche)

le Dim 9 Sep 2012 - 6:57
L'opposition

Apprentissage du Makashi (Niveau praticien)

*Pour mieux abattre son ennemi, il nous faut étudier son comportement, connaitre ses faiblesses. Utilises cette passion, utilises cette puissance qui pulse dans tes veines pour devenir méthodique et aussi froide que la glace qui tue tout ce qu’elle touche. Apprends les faiblesses de tes ennemis, mais encore mieux les tiennes.*

Sans relâche, mes bras amenaient la lumière de mon sabre devant moi, fendant l'air d'un mouvement directe, rapide, précis mais quelque peu maladroit. Cela faisait déjà une journée complète que je pratiquais ces mouvements avec hargne pour finalement me retrouver toujours et encore au même point. Pestant contre mon jeune âge et mon manque d'expérience par la même occasion, je remarquais bien que mes efforts ne donnaient en aucun point le résultat escompté. Repassant encore et encore les passages du Makashi que m'offrait l'artéfact en forme de pyramide qu'était cet holocron Sith, je multiplia les efforts d'apprentissage et d'exécution au sabre afin de m'approcher le plus possible de ce que représentaient les scènes sur lesquels je me basais. Bien que je compris rapidement comment les pratiquer, les mettre en oeuvre était loin d'être une tâche aisée, car les coups portés devaient être en tout point exécutés à la perfection.

La précision, la rapidité d'action ainsi que la fluidité des mouvements restait la force de la deuxième forme, cette technique oublié, presque effacé par l'arrivée des blasters qui pullulaient dans l'univers à notre ère. Le comportement offensif et la grâce qu'apportait le duel au sabre s'étaient montrés inefficaces contre les projectiles de ces fusils "révolutionnaires". La disparition des Sith durant de nombreuses années avait aussi contribué à l'oubli de cette technique, puisqu'il était rare que les Jedi s'affrontaient entre eux. Les choses avaient changés cependant avec cette guerre des clones et j'en étais la preuve.

Les sith étaient de retour et malgré le fait que j'allais vouer une haine profonde envers ce Count Dooku pour ce qu'il a fait à mon peuple d'origine, je ne pouvais m'empêcher de me dire que cet homme était bel et bien maître dans l'art du Makashi. Qui aurait-cru qu'il était à l'origine d'une défaite du présent grand seigneur noir qu'était Darth Vader. Bien que je ne l'eut jamais vu en personne, les simples histoires que l'on racontait à son sujet le décrivait comme étant un Sith sans égal. Son Djem So aurait même, selon les dires, extirper la vie d'environ dix chevalier jedi simultanément. Si le Count Dooku avait donc bel et bien trancher le bras de ce seigneur noir, bien qu'il était jeune...il n'en restait pas moins un adversaire digne de ce nom et que ma haine envers cet homme ne devait servir qu'à affranchir les limites que lui même n'avait su affranchir. Je me devais de surpasser le maître, tout comme tout autre chose d'ailleurs.

*...Je ferai honneur à la forme de l'opposition. Je transpercerai les illusions créés par mes prédécesseurs et me ferai seule et unique maitresse opposante.*


Portant un coup vers l'avant, j'atteignis ensuite ma cible imaginaire au niveau du thorax, mais ma lame ne perça pas son corps. D'un mouvement purement défensif, il vint porter son sabre vers son thorax afin de bloquer ma lame. Empêchant donc d'en venir à un combat de force brute, à nous pousser l'un et l'autre en forcant sur nos sabres, je fis dévier sa lame vers la droite tout en remontant en crochet par la suite afin d'encocher la joue de mon opposant. M'imaginant le sang coulé, mais non pas la vie, j'eus un bref sourire avant d'appliquer un autre coup descendant qui était voué à trancher mon adversaire, mais je venais tout juste de sous-estimer celui-ci. Plongeant mon corps vers l'arrière afin d'éviter sa contre-attaque qui visait mon crâne, je repris mes actions en appuyant une main au sol tout en me servant de celle-ci pour me propulser vers l'arrière.

Courant vers moi pour profiter de l'occasion, le jedi que je m'imaginais combattre usa ensuite de sa faculté de saut pour rejoindre rapidement ma position. Usant de mon pouvoir de traction, je vins provoquer la curiosité de bien de membres de l'équipage lorsqu'ils entendirent l'une des tables de métal se cogner contre le mur auquel j'était maintenant accoté, mais le geste fut des plus utiles puisque l'objet venait de percuter les jambes de mon agresseur invisible. Tombant à la renverse à son tour, je le fixai droit dans les yeux afin qu'il puisse lire dans mon regard le sentiment de puissance que provoquait l'adversité en moi. Me relevant le plus rapidement possible, je repris ma position de combat alors que le jedi faisait de même. Pendant un instant, aucun mot, aucun son, aucun mouvement ne vint de notre part et ce n'est que lorsque le silence vint à son point culminant, que nos lame fendirent l'air en même temps. Passant à la gauche de mon adversaire alors que lui, passait à ma droite, nos regards se croisèrent une seconde fois, l'espace d'un centième de seconde avant que le coup fatidique soit porté. Éteignant mon sabre laser, je regardai derrière moi...

...L'holocron avait terminé sa leçon. Derrière moi, les paroles que prononçaient l'homme imagé par cet artéfact résonnèrent dans le quartier du vaisseau où je me trouvais à cet instant. Fermant les yeux, je me concentrai sur ces paroles afin de m'en imprégner le sens le plus profond, le plus près de ce qu'ils pouvaient représenter en réalité. Ces mots allaient devenir ma discipline jusqu'au jour où je deviendrai une maîtresse du Makashi.


*Finesse...ruse...économie. Les maitres de la forme II une offensive et une défensive unique en son genre. Ils s'entraînent studieusement à ce que leurs coups percent la protection et l'intuition de leur ennemi. Utiliser le Makashi contre l'opposition, contrez le sabre par le sabre grâce à la deuxième voie. Combattez le feu...par le feu.*


avatar
Cynbel
Animateur ▪
Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 12/08/2012

Re: Cynbel, L'exemple de l'Ordre (chronique et fiche)

le Dim 16 Sep 2012 - 23:46
Dans la gueule du loup

(Première utilisation et apprentissage du Lancer de Sabre)
Ils courraient dans les marécages à en perdre haleine alors que derrière eux, un hurlement terrifiant se faisait de plus en plus hostile à leur égard. Se croisant du regard un instant, l'apprentie et son maitre eurent le même air d'incertitude et de crainte quand à l'endroit ou ils venaient de mettre les pieds. Dromund-Kaas avait bien cachée, jusqu'à présent, l'une de ses bêtes les plus terribles face aux deux Sith, mais ils se voyaient maintenant dans l'obligation de fuir cette menace qui se trouvait à être beaucoup trop grande pour eux.

Leur souffle et le bruit de leurs pas dans le sol marécageux étaient carrément étouffé par les bruits de pas de géant qui les poursuivaient. Chaque fois que le pied de la créature touchait le sol, celui-ci s'enfonçait de quelques centimètres, écrasé par le poids titanesque de celle-ci, complètement compressé par la puissance de ses muscles et la lourdeur de sa graisse. Ses mains trapues, telles celles d'un gorille, touchaient aussi le sol afin de se donner une poussée vers l'avant, assurant ainsi une certaine stabilité à son corps, vu sa manière maladroite mais agressive de se déplacer. Sa bave coulait à flot, ses crocs claquaient au rythme de sa respiration, comme si l'animal ou la bête n'avait pas manger depuis des lustres et se trouvaient maintenant affamé et affolé devant son prochain repas. Un autre cri retentit. Cette fois-ci plus puissant que jamais et lorsque les deux comparses se retournèrent, la surprise vint leurs noués le coeur. Tout en courant, le mammifère venait d'arracher la moitié d'un arbre sur lequel se trouvait déjà quelques petits animaux qui ne purent qu'en tomber pour se percuter contre le sol. Se servant de son nouveau jouet comme de projectile, il le lança à l'encontre de ses deux victimes avec une force phénoménal.


"SAUTE CYNBEL."

Usant de la force afin de faire un bon prodigieux vers l'avant, évitant ainsi un coup mortel, les deux sith continuèrent ensuite leurs courses afin de se retrouver dans un endroit un peu plus rocailleux, doté d'un par-terre beaucoup moins boueux que le dernier, beaucoup plus ferme.

"IL FAUT LE RALENTIR MAÎTRE...IL NOUS RATTRAPE!"

Aussitôt dit, elle dirigea une main vers une pierre de la grosseur d'un astrodroide avant de la propulser vers leur prédateur. Le rocher, volant à toute allure, vint se heurter quelque part sur le corps de l'animal enragé, à en croire le bruit sourd qu'il laissa sonner et l'annonce de la douleur de la bête, mais la fuite était loin d'être gagnée avec un coup de si peu d'importance. Poursuivant de plus belle, le maitre fit de même mais le résultat fut toujours aussi grotesque. Écartant la pierre d'un coup bien porté, la chose ralentit, certes, mais continua tout de même sa chasse sans relâche. Le père et la fille essoufflaient et ils leurs fallait un moyen de s'en sortir. Sur leur flanc droit, un mur de pierre se dressait et semblait laisser place à un chemin entre deux murs. Un choix s'imposait donc...

"MAÎTRE...CONTINUEZ. JE...je...JE L'EMPORTE AVEC MOI. IL ME SUIVRA, VOUS, PRENEZ LE EN TENAILLE LORSQU'IL AURA CHANGEZ SA TRAJECTOIRE."

"NE FAITES PAS L'IMBÉCILE JEUNE SOTTE...CELA NE SERT À..."

Il était trop tard. Rebroussant chemin, allant à l'encontre de la bête tout en allumant son sabre laser, elle usa ensuite de la force afin d'attirer le rocher que son maitre venait tout juste de lancer et ce, au même moment ou la bête levait le bras pour écraser l'insecte qui se dirigeait maintenant vers lui. Le bras tombait de toute sa puissance et de tout son poids vers la jeune femme sur de l'écraser, mais au dernier moment la pierre vint s'écraser sur l'endos de celle-ci, l'écartant du même coup en laissant la créature beugler un cri de douleur. Se servant de la discrétion, la sith se laissa glisser sur le sol tout en laissant son sabre faire une entaille le long du pied gauche de son assaillant. Évitant ensuite un piétinement du coté droit du prédateur, Cynbel roula sur elle-même afin de s'écarter de la zone dangereuse afin de se relever et de prendre le chemin de droite. La sueur perlait sur son front tel une véritable rivière. Jamais, dans sa vie, n'avait-elle fait une manoeuvre aussi risquée, mais leur vie en dépendait. Portant un regard derrière elle, elle voyait que son plan avait fonctionné. L'homme avait continuer tout droit durant la diversion et s'était cacher derrière un rocher alors que les yeux globuleux de l'animal s'étaient fixer sur la dathomirienne. Sans perdre un instant, il tourna sur le chemin de droite à son tour pour apercevoir sa proie prise au piège. Devant elle, alors qu'elle continuait de courir, les murs de pierres se refermaient un peu plus loin, créant ainsi un cul-de-sac mortel.

Ravalant sa salive, elle ne savait plus quoi inventer à ce moment. Si Jaheiro ne l'aidait pas, elle se retrouverait déchiquetée et ensuite digérée par l'estomac du fauve. Si au moins il était assez gros pour l'ingurgiter d'un seul coups...cela lui aurait évitée de ce voir être sectionnée en deux par les crocs de celui-ci. L'heure n'étant cependant pas aux pensée négatives, la détermination pris le dessus, puis elle continua sa course alors que derrière l'animal, Jaheiro se concentrait sur un immense chêne plus loin. L'arbre, tremblant de toute ses feuilles, se vit être déraciner par la puissance de la force avant de se faire déplacer lentement vers le lieu ou la poursuite perdurait.

Le mur se rapprochait à la vitesse de course de l'utilisatrice de l'obscurité alors que derrière elle, titubant mais courant toujours comme un déchaîné, le primate géant n'oubliait pas son objectif. Le moment décisif approchait, quelques mètres maintenant...Cynbel se retourna une dernière fois. D'abord pleine d'espoir à voir l'énorme chêne près de se laisser tomber sur la tête de ce qui ressemblait à un Wampa des marais géant, elle fut cependant horrifié de voir la suite de la scène. Portant un regard sous lui, le mammifère vit l'ombre de l'arbre puis, contre toute attente, se retourna et l'empoigna de vives mains. Estomaqué, les deux humains se rendirent compte de leur erreur: Le primate était doté d'une certaine intelligence. Mais il était trop tard pour reculer et ainsi, la jeune femme s'élança vers le mur d'un saut puissant.


*Si nous ne pouvons l'avoir ainsi, profitons de ce que nous avons créer alors...*


Pressant ses deux pieds vers les parois rocheuses, elle fit un second saut en direction contraire cette fois-ci. Telle une balle rebondissant sur un mur, elle s'élança vers l'endroit d’où elle venait avec beaucoup plus de vitesse cette fois-ci. Concentrant la force en un lien qui allait unir son sabre à son propre bras, elle hurla la rage du désespoir tel un être sachant sa fin approcher. Dans ce même mouvement, elle porta son bras vers l'avant et lâcha son sabre avec une force incomparable à tout ce qu'elle avait pu faire auparavant. Le sabre, quittant les mains de sa maitresse, tourna tel un véritable boomerang en direction du prédateur qui venait tout juste de saisir l'arbre de ses mains. Regardant la lumière tournoyer vers lui, celui-ci donnait l'impression d'être pris au dépourvu, mais sa victoire se vit être assurée lorsque le sabre passa tout droit, ne faisant que couper qu'une partie de la fourrure de celui-ci au niveau de la joue alors que devant lui, la jeune femme continuait son avancée dans les airs, dû à son saut de force. Une chose échappait cependant à Jaheiro, qui regardait la scène d'un point de vu à la troisième personne. Le lancer de sabre avait bel et bien été dirigé dans les règles de l'art, son apprentie avait bel et bien réussis cette technique...alors pourquoi diable n'avait-elle pas atteint la créature.

La suite allait tout révélée.



"HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA."

"HEEEEEEEEEEEEEEEEUUUUUURRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR"


Hurlant de plus belle, l'apprentie Sith porta la main devant elle avant d'empoignée l'air et d'effectuer un mouvement de traction alors que, de son côté, le monstre faisait de même en ouvrant la bouche, prêt à avaler la Dathomirienne. Derrière, cependant, Jaheiro pu voir le sabre de Cynbel suivre le même mouvement que les mains de celle-ci. Alors qu'elle attirait ses mains vers son torse, le sabrelaser retourna brusquement de direction, attirer par le pouvoir de la traction. Se dirigeant à vive allure vers le monstre, le cri de victoire de ce dernier se transforma en un cri d'agonie. L'épée transperça la nuque de celui-ci, creusant sa chaire, et continuant son chemin vers sa maitresse qui l'attendait de l'autre côté. Voyant la lumière au bout du tunnel sombre qu'était la gueule de son prédateur, la proie tendit la main vers l'avant afin d'attraper le sabre rouge-clair qui revenait de plus belle afin de trancher le visage bestial de part et d'autre. Retombant contre-terre mais n'ayant plus la force de se contenir elle-même, la jeune femme percuta le sol violemment avant de faire quelque tonneau sur elle-même. Exténuée, elle resta dans cette position avant d'émettre un gémissement de douleur et de ne prononcer que quelques paroles avant de voir son champ de vision se noircir.

"...saletée de monstre..."

Lorsqu'elle ouvrit les yeux, la chaleur d'un feu vint la réconforter. Devant elle, Jaheiro était assis un peu plus loin, faisant griller du gibier sur le feu, et derrière lui, le toit d'un temple se dressait à moins d'une demi-journée de marche. Préférant gardée le silence, elle regarda les flammes du feu danser au rythme de ses propres crépitement. Encore une fois...elle avait repoussée ses limites et avait fait ses preuves.


avatar
Cynbel
Animateur ▪
Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 12/08/2012

Re: Cynbel, L'exemple de l'Ordre (chronique et fiche)

le Mer 26 Sep 2012 - 5:56
Le calme avant la tempête

(Apprentissage de l'esprit de bataille)

Cela faisait plusieurs heurs qu'elle était assise, les jambes croisées, les yeux fermées, mais l'esprit à l'affut. Autour d'elle, le calme régnait tout comme la noirceur puisqu'étant plongée dans celle-ci par l'absence d'une quelconque source lumineuse. Seul le son de sa respiration, lente, presque inexistente, se faisait entendre de temps à autre. Rien ne pouvait dire si l'apprentie Sith était éveillée ou endormie, sinon un autre utilisateur de la force car ceux qui pouvaient la ressentir, sauraient ce que la sorcière faisait. Bien que la situation semblait paisible, un effort considérable se déroulait aux yeux des incultes. En effet, le flux se concentrait en elle, comme si son corps tentait de ne faire qu'un avec cette énergie mythique. Alors que les membres de son corps étaient inerte, son esprit, lui, travaillait tel un force-né, repoussant les limites du possible et ce de sa propre initiative. La sueur commençait tranquilement à perler sur son front, puis d'un coup, tout s'arrêta. Lâchant un râlement puis laissant sa respiration se déchainer à un rythme frénétique, elle croula sous la pression. Tombant sur le côté, l'on aurait pu l'entendre souffler à des milles à la rondes si ce n'était de ces murs que trop bien insonorisée. S'appuyant sur une main, tentant de contenir les gonflement de ses poumons dû à une inspiration et une expiration incessante, l'étrange jeune femme se releva avec peine et misère. Elle avait échouée à une troisième reprise. Rageant intérieurement contre son échec personnel, elle ressera ses doigts sur le sol, laissant ses ongles noirs et aiguisées glisser contre celui-ci.

"RHAA"

Pestant contre sa défaite en un grognement colérique, elle reprit néanmoins position, tentant de se rapeller les instructions de son mentor du mieux qu'elle le pouvait. Trop fière pour demander conseil une troisième fois, et dans l'impossibilitée de le faire puisque celui-ci brillait de son absence, elle alla fermer les yeux encore. Hochant la tête, chassant les idées encombrante, elle laissa son être entrer en contacte avec le flux universel de la force. Ressentant d'abord une déferlante la frapper son corps de plein fouet, elle s'imagina la force telle une véritable rivière, un torrent infini et à la force inimaginable.

-Emportée par ce torrent, elle tentait de s'échapper, mais en vaint. Ses bras, cherchant une prise quelconque, se trouvait dans l'incapacitée d'aider leur maîtresse, elle qui dévalait les courrant à toute vitesse. Cherchant d'abord avec ses mains, affolée au point d'en être quasi-aveugle, elle ne trouva l'aide qu'elle recherchait que lorsqu'une voix retentit en elle.
(Ne résiste pas...laisse la t'emmener là où elle le veut, car nul ne lui résiste. Guide de toute chose, elle saura t'ammener là où tu le désire. Utilise la...autant qu'elle nous utilise tous!!!)

Cessant de battre des bras, surprise de cette intervention anonyme, elle ouvrit les yeux...-


...Autour d'elle, tout était noir encore. La salle du Croiseur était vide ou presque, si ce n'était pas de sa propre présence. Perdue dans sa trance, elle même ne savait trop d'où provenait cette voix qu'elle avait entre-entendue. Étrangement, cette présence anonyme lui était familière, mais en quoi? Il n'y avait qu'une seule solution pour le savoir. Elle referma les paupières, se laissant aller à son manège.

-Cessant de battre des bras, elle se laissa donc emportée par cette puissante rivière. Laissant son corps couler, elle s'enfonca lentement, alors que son corps avançait, poussé violemment vers l'avant. La sensation était étrange. Callant vers le fond de manière lente et calme, elle allait de l'avant à la vitesse d'un véritable tir de blaster. Son esprit semblait serein, paisible, en harmonie...alors que son corps se démenait, arrachée à la moindre stabilité, combattant l'emprise du styx qui le propulsait dans toute les directions possible. Ne sachant que faire, siègeant entre deux-monde de nature différente, Cynbel se sentait déchirée. C'est alors que la voix revint à elle
(N'est-ce donc pas ce que tu recherchais? Ton esprit n'a t'il pas ce qu'il veut? Le calme? Et ton corps n'a t-il pas ce qu'il désirait? La combativitée? Tout n'est qu'un tout. Alors que manque t-il à l'équation. Si l'esprit et le corps s'unit, que manque t-il donc pour compléter un tout?

"...la moral...le sentiment..."

(...alors entend ma voix, mon enfant)-


Ouvrant les paupières brusquement, laissant découvrir deux yeux tremblant, imbibé de sangs, la sith ouvrit la bouche, hagarde, rapellant les manières de son propre père. Toujours en trance, son corps semblait cependant bien éveillé maintenant et ce n'est qu'un lointain souvenir qui réveilla l'être qu'elle était en entier, déconnectant ainsi son âme de la longue absence dont il était emprisonné. D'abord perdue et maintenant hébétée, la jeune femme semblait fixer quelque chose devant elle. Écarquillant les yeux, puis laissant sa voix retentirent en un véritable cri de rage, l'hébétement fit place à la colère. Pour elle, tout n'était qu'arrivée qu'en une fraction de seconde.

Sortant de ses rêverie, une image s'imprégna dans sa tête alors que la voix, maintenant reconnue, laissa ses dernières paroles. De longs cheveux noirs, attachées. Un visage démaquillé, serein...trop calme. Des yeux d'un noir intense...comme ceux de sa propre personne. L'image de sa propre mère revint la hanter l'espace d'un véritable flash. Empoignant son sabre, elle fendit l'air devant elle à une vitesse impressionante. Sentant en elle la rivière qu'elle venait d'affronter, elle semblait vouloir déferler la force de celle-ci contre celle qui l'avait si longtemps privée de ses véritables origines. Son corps, imprégné de la force, semblait prêt à tout...invincible...alors que son esprit, à la fois présent et absent, laissa une énergie sans limite contrôler les moindres mouvements de la dathomirienne.

Sous un souvenir brisé, c'était éveillé le styx...une déferlante sans égal. L'esprit de la bataille s'était manifesté.


avatar
Cynbel
Animateur ▪
Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 12/08/2012

Re: Cynbel, L'exemple de l'Ordre (chronique et fiche)

le Mar 9 Oct 2012 - 5:20
Plus le dépit est fort, moins il est apparent, et l'orage est à craindre où le calme est trop grand.

(Apprentissage du Soresu)


Ziost, les plaines gelées.

Le vent soufflait la neige, qui s'élevait dans l'air tel un véritable tourbillon de poussière blanche, balayant le sol rocailleux d'une corniche. Sur cette corniche quasi dénuée de cette froide matière blanche et poudreuse, la vue était inégalée. À l'ouest, une véritable chaîne de montagne se poursuivait sur des milles et des milles, tel une véritable clôture naturelle, cachant et protégeant ce qui se trouvait de l'autre côté, à l'opposé du soleil levant, laissant les dernières lueurs du soleil s'effondrer sur la véritable merveille de Ziost. Cette merveille n'était nul autre que la grande forteresse sith et ancien siège et centre de l'ancestrale capitale du premier empire connu des jedi de l'ombre. Placée sur le sommet d'un monticule de pierre gigantesque, cette forteresse n'avait rien à envier aux grandes bases de l'empire actuel, qui n'étaient que de véritable bloc de métal. Cette forteresse, elle, était bien plus qu'une vague forme rectangulaire, non...son architecture était unique en son genre, bien que légèrement grotesque. Elle était robuste, et bâti tel un grand temple. À la simple vu de cette merveille des temps anciens, il n'était pas difficile de s'imaginer comment devait se sentir un seigneur noir qui y siégeait comme dirigeant. Puissant, Craint, Respecté et fier. C'était les mots que Cynbel avaient à l'esprit à cette idée.

Assise sur cette même corniche, elle tenait en main un objet de forme rectangulaire qu'elle avait elle-même "emprunté" à bord du Piolet avant son arrivée sur Ziost. Durant son voyage, alors que son maître se trouvait absent, elle avait infiltré ses quartiers afin de tomber sur ces répliques d'holocron, bien que n'étant que de simples vidéos, qu'il traînait avec lui. Pratiquant le Makashi depuis quelques temps maintenant, elle avait vu une véritable faiblesse à celui-ci et s'était longuement penchée sur un moyen de contrer cette faiblesse. C'est ainsi qu'elle prit les propres mots, bien que depuis trop longtemps prononcés, de son maître à la lettre. Se rappelant de ce qu'il avait dit au premier jour même où ils avaient mis les pieds sur corruscant ensemble, elle reprit ses études quand à l'utilisation et l'application des formes de combats. C'est ainsi qu'elle mit la main sur ces "copies" d'holocron que traînait le sith fou dans ses quartiers. Ces vidéos montraient les mains légèrement ridées du chevalier jedi utilisant les holocrons afin d'en capturer sur image, le contenu. Rien de bien sorcier cependant, puisque n'étant que les bases nécessaires à l'apprentissage d'un Sith de son maniement au sabre et autres informations d'importance similaire.

Activant donc cet objet rectangulaire qu'elle avait apportée, une image apparut, tel un hologramme, où l'on y voyait un homme en tunique, un jedi noir, faire quelques mouvements avec son épée. Chacun de ces mouvements, précis et rapide, avaient un point en commun. Chacun d'eux se faisaient avec une stabilité sans reproche et leur exécuteur semblait être plongé dans un calme absolu, inébranlable...chose plutôt rare pour un Sith. Bien que l'on pouvait lire une certaine fureur en son âme, son corp et son être domptait la bête, la rendant docile tel un misérable animal domestique, puis d'un coup fatidique, il libéra le tout. Devant un adversaire imaginaire, un mouvement défensif appliqué à la perfection venait d'offrir une faille dans la posture ennemi...et ce fut le seul et unique mouvement offensif venant du jedi obscur. Un coup net, sans mouvement inutiles, placé au niveau du poumon droit d'un homme de taille moyenne...s'en était fini de lui. Le victorieux fit semblant alors d'apporter la lame vers sa victime inexistante, puis parla d'une voix qui ne faisait que représenter son calme apparent.


"Plus le dépit est fort, moins il est apparent, et l'orage est à craindre où le calme est trop grand."

Un mouvement bref s'en suivit, qui aurait suffit à décapiter un adversaire maintenant sans défense. Se retournant vers sa position initial, là où il se trouvait au début même du combat, l'homme alla s'asseoir. Croisant les jambes, observant le vide un bon moment, il ferma ensuite les yeux, entrant dans une méditation des plus silencieuse. C'est durant près de deux minutes que ce silence perdura avant que sa voix ne se fasse réentendre, presque inaudible, mais bel et bien présente. Le silence qui régnait à ce moment, dans les lieux où il devait se trouver jadis, permettait de bien distinguer et entendre chacun des mots qui sortaient de sa bouche.

"Le Soresu. Depuis l'apparition des blasters en ce monde de duel quasi eteindu à l'heure actuel, nous devions trouver un moyen de contrer cette nouvelle menace. Rendant les simples diplomates de véritables dangers même pour les plus grands duellistes, quelques jedi et sith développèrent plusieurs mouvements d'auto-défense qui deviendront à votre époque, le Soresu. J'ai moi-même incorporé une partie de mon essence dans cet holocron afin que le savoir des prophètes de l'ombre, le mien donc, puisse transcender les âges. Premièrement...la méditation est un point primordial pour tout bon utilisateur de la défense ultime car le calme de l'être doit venir à bout de l'oppression de l'adversaire. Ensuite, la résilience. La résilience est l'élément clé du Soresu, car elle vous permet de trouver la faille entre les assauts de l'ennemi. Finalement...l'économie. L'économie d'énergie et le rejet de tout mouvement superflus vous permettra de mettre votre adversaire hors de combat sans même l'atteindre de quelconque coup agressif. Bien que nous, les sith, puisons dans la rage et la hâte, la modération reste une valeur sans reproche. Le Soresu reste un art sous-estimé du côté obscur de la force alors que pourtant...il y est beaucoup plus utile qu'il n'y paraît."

À ce moment, l'image vacilla puis s'éteignit. Haussant un sourcil, l'apprentie prit l'objet rectangulaire puis tenta de le rallumer, croyant que celui-ci c'était éteint. Remarquant rapidement que ce n'était que la fin de l'enregistrement, celle-ci soupira un instant, mais ne put s'empêcher de prendre son sabre dans l'instant d'après. Sur cette même corniche qui décrivait la meilleur vu de l'horizon, elle alluma son sabre puis en regardant la lame étincelante un long moment. Fermant les yeux, elle fit le vide. Chassant les idées superficielles, supprimant les songes inopportuns, elle s'attaqua ensuite au torrent de la force, la prenant en laisse et dirigeant son torrent inépuisable dans la direction de son sabre. Rouvrant les yeux, elle se tenait maintenant prête. Les deux mains de la femme agrippèrent le pommeau de sa lame, l'amenant au dessus de sa tête, puis renversant celle-ci vers le bas. Tel était l'une des positions du Makashi.

Alors que le vent soufflait et tirait les vêtements de l'apprentie dans tout les sens, celle-ci resta dans cette position pour une durée équivalente à près de cinq minute. Le calme s'installait...le silence dominait. Seul le vrombissement d'un sabre-laser rouge et la respiration lente et profonde d'une élève déterminée régnait. Son corps était son arme. Son esprit était son temple. Son épée était son outil et Ziost en elle même était sa seule spectatrice. Ainsi, elle pratiqua ce qui allait devenir le deuxième art qu'elle allait maîtriser.



"Plus le dépit est fort, moins il est apparent, et l'orage est à craindre où le calme est trop grand."


avatar
Cynbel
Animateur ▪
Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 12/08/2012

Re: Cynbel, L'exemple de l'Ordre (chronique et fiche)

le Dim 31 Mar 2013 - 19:48
Maîtriser un art ne passe que par la pratique.

Pratique du Soresu et de l'esprit de bataille

Je ne pensais jamais trouver un endroit de ce genre sur Ziost. Véritable dôme de glace dont les stalactites et les stalagmites fusaient de toutes parts, il ne m'en fallu que très peu avant de voir l'opportunité qui se présentait devant moi. Chacune de ces pointes semblaient inoffensives au premiers abord, puis qu’étant immobiles, mais si quelque chose pouvait les déloger du plafond, un force quelconque, le tout pouvait facilement devenir une zone à risque. Il me fallait donc, tout d'abord, explorer les lieux. Si cette caverne regorgeait d'un moindre signe de vie hostile, la surprise pourrait être fatal durant un entraînement. C'est ainsi que j’entamai le pas vers le fond de la première partie de la gorge gelée et que je baptisa cet endroit par la même occasion. Continuant ma marche sur près d'un demi kilomètre, je fus surprise de constater que le seul couloir que je pouvais prendre débouchait sur un grand fossé dans lequel les innombrables pics descendaient jusqu'au fonds en formant un tourbillon mortel dû à l'angle dans laquelle les parois du mur se précipitaient vers un plancher que je ne pouvais voir vu la trop grande distance. Il était donc inutile, après cette découverte, de continuer les recherches. Si quelque chose devait sortir de ce trou, ce ne pouvait être que par un pur hasard vu la profondeur et l'envergure de ce tunnel. Rebroussant chemin, je me concentrai donc davantage sur ce que j'avais à faire ici qu'en bas.

Un pas devant l'autre, je me dirigeai vers le centre du dôme, observant un à un les centaines de pics qui se dressaient au dessus et à côté de moi. Chacun d'eux étaient un ennemi, chacun d'eux pouvaient m’empaler...chacun d'eux pouvait mettre fin à ma vie. Plus je me concentrais, plus mes muscles se tendaient, devenant aussi dur que le roc. Mes yeux commencèrent ensuite à fixer un point invisible devant eux, devenant aussi immobile que possible. Ma concentration se devait d'être infaillible. Je sentait le torrent obscure de la solitaire Ziost devenir à la fois l'esclave de ma conscience spirituelle et maîtresse de mon propre pouvoir. Sa force dirigeait mon énergie et moi, en retour, je la retransmettait physiquement autour de moi, selon mes propres désirs. C'est alors d'un simple mouvement que je pointa la paume de ma main vers le plafond, duquel quelques pics se décrochèrent. Les maintenant en suspension et changeant l'angle de leur chute de quelques degrés, je fis en sorte que chacun d'eux succombe aux lois de la physique et de la gravité afin de continuer leurs trajectoires en ma direction, aider par mon propre pouvoir de traction. Si je ne pouvais esquiver...j'étais morte. Mon but, par-contre, était-il réellement d'esquiver?

Les bras levé au dessus de ma propre tête, légèrement sur la droite, puis la pointe de la lame vers le bas, j'attendais de voir l'ombre de mon premier assaillant avant de ne trancher d'un coup précis la pointe de celui-ci en son propre centre, séparant ainsi l'objet en deux. Passant sur chacun de mes flancs, les deux morceaux s’enfoncèrent ensuite dans le sol, enterrant le bruit d'un second coup de sabre-laser qui venait tout juste de mettre hors de route un deuxième morceau de pierre et de givre bien pointu. Bien rapidement, sous l'effet de l'esprit de bataille et sous l’assaut que je dirigeais moi même à mon propre front, mon Soresu prit une allure de danse dévastatrice, mêlant sa défense impénétrable aux feintes et à la précision mortelle de mon Makashi, premier et meilleur art de ma connaissance. J'étais immobile, si ce n'était que de mon jeu de pieds qui dirigeait le tout. Le jeu de pied était ce qui rapprochait aussi intensément le Soresu et le Makashi. Beaucoup, tentait de rendre le Makashi plus meurtrier en le mélangeant au Jarkai ou à L'Ataru...mais tous faisaient erreur. Le véritable frère du Makashi était le Soresu...car là où le premier des deux manquait dangereusement de moyens défensif, le deuxième savait très bien combler ses erreurs. Ils étaient deux jumeaux, possédant les même bases, mais offrant deux services opposés. Ils étaient comme l'âme et le corps...indéniablement incomplet sans l'un et l'autre.

Tranche après tranche, pointe après pointe, mouvement après mouvement, je neutralisais le danger sans la moindre peine...jusqu'à ce que l'un des rocs pointus vint se loger dans ma cuisse. Pestant contre mon incompétence avec un rugissement intérieur, je l'arracha ensuite de ma chaire afin de le laisser tomber au sol tout en appliquant une forte pression sur la blessure. Stopper l’hémorragie était primordiale, ensuite, faire un bandage adéquat grâce à la trousse qui siégeait dans mon T.I était le second plan. Heureusement, le tout n'était pas trop long, mais l'entraînement devrait dorénavant attendre quelques jours, voir même une semaine. Ma jambe, qui était dans un sale état sans être pour autant dramatique, ne pouvait plus me tenir pour d'intenses efforts.
______________________________________

Une semaine passa, une semaine qui me permit cependant de mettre mon esprit à l'épreuve. Le but n'étant point d'acquérir de nouveaux atouts, mais bel et bien de porter de la précision à mes pensées, à la compréhension du monde qui m'entourait ainsi que de moi-même. Seule, je me débarrassa de mon sabre pour quelques jours, puisque celui-ci préoccupait mes pensées. Sur un certain point, mon ancien maître avait raison. Je me fiais trop à celui-ci pour résoudre mes problèmes. Je devais apprendre à faire autrement, à réfléchir plus longuement, à patienter, mais aussi à peaufiner ce que mon esprit pouvait modeler, pouvait créer. Ainsi, durant ces moments non-armés, je me servis du pouvoir de la traction pour subvenir à tout mes besoin, sans broncher. Le but principal n'était pas de tout amener vers moi pour le simple fait de le faire, non! Tout ce qui était sous mon joug devait venir vers moi à la vitesse que je souhaitais, dans la trajectoire que je souhaitais et selon l'angle que je souhaitais. Certes, cela peu paraître anodin, mais l'effort que cela me demandait au départ était phénoménal. Le moindre centimètre en dehors de la trajectoire souhaité était synonyme d'échec et je m'imposais donc de recommencer. Je ne réussisse cependant pas à atteindre la perfection à chaque fois, mais au bout de cette semaine, je sentais déjà une nette amélioration et une moins grande demande a l'utilisation de cette technique qui restait l'une de mes favorites. L'ennemi se sauve? Plus pour longtemps....

_____________________________________

Cela faisait maintenant trois semaine que j'avais repris l'entraînement. Durant la première, j'utilisai tout les stalactites et stalagmites du plafond de la gorge gelée, ainsi donc je dû, durant la deuxième, modifier mon entraînement en conséquence du terrain. Le trou était donc ce qui se présentait de mieux pour moi à ce moment. En plus d'élever le tout à un degré supérieur, je verrai ce que ces heures passée au Soresu m'auront été bien utiles. M'approchant du bord, écartant les bras de chaque côté de mon corps, je regarda vers le bas, observant un fond que je ne voyais pas, qui me semblait être infini. Je savais cependant qu'il y avait de l'eau, ayant lancé un rocher au fond il y avait de cela deux semaines déjà. Le sabre bien ancré dans ma main gauche, je n'attendis que le bon moment avant de me laisser flancher vers l'avant. Lorsque mon esprit fut prêt, je me laissa tomber. D'abord, il y eut cet incroyable sensation de danger qui monta en moi, réveillant et propulsant l'adrénaline dans chacune de mes veines. Ressentant une peur bien sentit, je ne pu que serrer les dents en voyant les milliers de pointes givrés qui passaient à vive allure tout autour de moi. Je savais ce que j'avais à faire cependant, et aussitôt je referma le poing droit et le poing gauche de la même manière. Concentrant la force, canalisant la moindre de ses particules lors de ma descente, je ne ré-ouvrit les yeux qu'au moment décisif. Au même moment, les stalactites se détachèrent de leurs nids afin de pointer en ma direction...puis j'ouvris les mains d'un mouvement rapide, laissant ainsi mon sabre pendre vers le haut, celui-ci étant rattaché à mon poignet grâce à une lanière. Je ne fis donc que refermer les doigts, simulant ainsi les serres d'un aigles, et aussitôt tout les morceau de pierres que j'avais mise en suspend vinrent tenter de me perforer la chaire de toute part. D'un simple mouvement, j’exécutai un arc en demi-lune devant moi après avoir empoigner le pommeau de mon arme. Lorsque le laser en sortis, il découpa une première salve de ces lances improvisées avant que je ne continu mon mouvement. Mon bras droit, qui avait tranché de gauche à droite, poursuivis son chemin en montant puis, sans regarder, je vint poser la lame derrière moi, tête en bas, désintégrant ainsi l'un des projectiles qui allait se percuter contre le bas de mon dos puis...je sentis mes pieds entrer dans l'eau et ensuite mes genoux pour finalement m'y émerger totalement. Elle était froide...mais soutenable. Fermant les yeux, et mon sabre par la même occasion, je me laissa couler tranquillement afin d'éviter la rocaille qui retombait au même endroit où je m'étais ensevelis. Ce n'est qu'après quelques secondes que je poussa mes bras vers le bas, arrêtant ainsi ma descente et démarrant mon ascension. Lorsque je fus enfin sortie de l'eau, je remarqua que la caverne débouchait ainsi sur une baie souterraine. Nageant jusqu'aux abord rocheux de l'endroit, j'allai me reposer ensuite contre l'un des murs de l'endroit. Il faisait froid, mais le goût de la victoire réchauffait mes pensées...il était temps de retourner vers le T.I à présent.
________________________________________________


Contenu sponsorisé

Re: Cynbel, L'exemple de l'Ordre (chronique et fiche)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum