Partagez
Aller en bas
Jaheiro
Jaheiro
Initié au Jeu
Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 12/08/2012

[Chroniques] Jaheiro [Fiche de Force]

le Jeu 16 Aoû 2012 - 6:10
Fiche Force et Chroniques

Nom : Jaheiro
Grade : Chevalier Sith
Orientation : Obscur

Pouvoirs initiaux Apprenti :
- Télékinésie = Maîtrisé
- Saut de Force = Maîtrisé
- Divination = Maîtrisé
- Dissimulation= Maîtrisé
- Persuation = Pratiqué

Pouvoirs initiaux Chevalier :
- Magie Sith = Connu
- Méditation de combat = Connu

Pouvoirs Maître :
- Inconnu
- Inconnu

Forme de Prédilection :
- Forme VI Niman = Maîtrisé
- Forme III Soresu = Praticien
- Forme IV Ataru = Novice


Style de combat :
Jaheiro abhorre les affrontements physiques. D'instinct son esprit brisé chercher à fuir le combat. Lorsqu'il est pris au dépourvu, ses premières tentatives auront toujours effet de déstabiliser par son pouvoir de télékinésie. cherchant la fuite ou l'abandon du combat par son adversaire par l'intimidation ou la persuasion. Cependant, lorsqu'il doit défendre sa vie, le Sith en lui reprends toujours le dessus. Sa capacité à dissimuler son aura le poussera à user de tours et se substituer à la vue de son adversaire pour qu'il perde sa trace pour ensuite frapper dans le dos. Ses aptitudes de Prophète du Côté Obscur ont aussi commencé à payer en lui faisant vivre des impressions de déjà vu qui lui permettent d'éviter les assaut les plus brutaux. La forme Niman favorise ce comportement ou la force et son utilisation est toujours au premier plan des affrontements inévitables de Jaheiro. Bien sûr, façe à un adversaire rompu au combat rapproché et possédant des affinités de la Force l'avantageant dans ce domaine, il a développer le Soresu pour se garder des réserves et épuiser ses adversaires les plus expérimentés tout en puisant facilement dans la Force pour harceler son vis-à-vis.
Finalement, depuis qu'il fût pris dans une confrontation de ce genre alors qu'il était en pleine méditation et que le Côté Obscur avait envahit son être, il se battit, férocement, avec une déconcertante facilité, malgré son physique peu avantagé. Il appris un peu plus chaque fois, que s'il se laissait imprégner, surtout s'il a le temps, du Côté Obscur, il baigne alors, littéralement dans la Force, augmentant la quantité et l'intensité de de l'énergie utilisable.


PS : Pour vous aider à suivre :

Automate
Curieux
Croyant
Sith
Unanimité.




Chronologie de Jaheiro :
Planète inconnue : 0 à 8 ans = Période de solitude et de fuite.
Station de la roue : 08 à 10 ans = Période de discrétion et d'exploration
Station de la roue : 10 à 12 ans = Période de travail et de maturité
Korriban : 12 à 20 ans = Apprentissage des bases de la Force
Byss : 20 à 30 ans = Archiviste Sith, créé un index, classe et fais des résumés des ouvrages de la bibliothèque des ouvrages du Côté Obscur.
Dathomir : 24 ans = Premier passage, seul pause durant ses responsabilités d'Archiviste. Il met en évidence les propriétés de Sorcière de Dathomir et la magie Sith. Écris un ouvrage sur son passage.
Dathomir : 30 à 39 ans = Reste sur Dathomir pour surveiller l'éducation de sa fille ainsi que le comportement de la mère. Il fais ses premiers pas dans la Magie Sith.
Korriban : 39 à 42 ans = Forme son apprentie.


Dernière édition par Jaheiro le Jeu 6 Sep 2012 - 22:56, édité 2 fois
Jaheiro
Jaheiro
Initié au Jeu
Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 12/08/2012

Re: [Chroniques] Jaheiro [Fiche de Force]

le Ven 17 Aoû 2012 - 20:16
C’est en quittant cet immense caillou ensablé que Jaheiro appris, par la voix électronique du pilote automatique, qu’ils quittaient Korriban. L’ordinateur de bord lui appris aussi la date actuelle, cela faisait plus d’un an qu’il avait quitté la roue. Pour unes destination inconnue, il ne resta pas plus dans la cabine. Bien qu’il ait habité pendant plusieurs années dans l’espace, voir le vide galactique lui faisait toujours un drôle d’effet. Son regard s’était effacé et l’apprenti avait commencé à errer dans les couloirs métalliques et compartimenté. Sans quitter le contact ne serais-ce qu’une seule fois, il ne regardait rien.

Marchant simplement, il ne s’arrêta qu’en fin de journée dans la salle du moteur d’hyperespace. C’était la septième fois qu’il s’y entrait mais visiblement, quelque chose capta son attention, car son regard quitta son orbite vide de sens pour se poser sur une pièce métallique. Il quitta le contact avec le revêtement intérieur pour lever les mains comme s’il était menacé, sa tête se pencha même un peu vers l’arrière. Prenant une grande respiration il se jeta à genoux face à sa nouvelle trouvaille. Sans y toucher, il passa ses mains au-dessus et autour comme pour en toucher l’aura inexistante. Ses yeux semblaient donner à cette vis tout l’importance du premier regard à nouveau-né, de son propre enfant dormant paisiblement. Le fait est que cette petite vis aurait dû avoir au moins un tour de plus pour être bien ancré. Elle produisait cette légère impression de vibration. Le seul petit bruit qu’elle produisait était suffisant pour déranger une bonne concentration. Jaheiro se plaça donc juste devant et ferma les yeux, posant ses mains sur ses genoux. Puis, il médita. C’était quasi impossible de se concentrer à cet endroit, aussi le sith essaya-t’il plusieurs positions assises avant de se décider à rester dans une en particulier. Il y resta pour le reste du voyage, l’entrecoupant d’une ou deux marches hagardes où il trouva à manger.

Lorsque l’objet de son attention cessa toute vibration, ses yeux s’ouvrirent instantanément, en grand il fixa avec désappointement l’objet de ses désirs qui n’était plus qu’aussi vulgaire que tous ses semblables dans la pièce. Il quitta finalement l’arrière du vaisseau spatial de son mentor pour le retrouver. Ce dernier enfilait une nouvelle bure noire ainsi qu’une ceinture bien robuste en cuir d’une quelquonque créature pour y glisser son sabre laser.


- Jaheiro, tes vêtements son lamentables, trouves-t’en d’autres et retrouves moi.
- D’accord maître.
- Mais comment?
- Ne l’écoutez pas, j’y serai.
- Ne me déçois pas.

Posé dans un astroport sur une planète dont il n’avait pas entendu le nom prononcé par l’ordinateur à bord, son maître passa devant l’officier des docks et lorsqu’il lui demanda paiement, ce premier passa sa main devant le visage du local et ce dernier passa immédiatement a autre chose, sans demander son reste. Jaheiro regarda alors sa propre main avec un regard nouveau, curiosité nouvellement et grandement insatisfaite. Il se précipita devant ce même officier pour calquer le geste de son maître. Le local ne sembla pas apprécier la plaisanterie et devant l’accoutrement de l’intervenant, il le fît jeter en dehors de l’enceinte de l’astroport. Assez rudement, les gardes de l’endroit d’occupèrent de l’expulser sans autre forme de procès.

Bien qu’ils essayent d’être le plus intimidant possible, ils étaient loin d’égaler la flore très « amicale » de Korriban. Aussi alors qu’habituellement dans cette situation, le Croyant et le Curieux auraient automatiquement laissé place à l’Automate, ce dernier ne se présenta pas. Jaheiro, une fois sur pied trouva cela étrange. Visiblement, ses étranges travers évoluaient en même temps que les épreuves affectaient l’un ou l’autre des siens. Intéressant… Mais ce fût quand même automate qui pris immédiatement le dessus au moment où le pied d’une créature locale se posa près de lui, avec un bruit sourd et imposant. Les épaules lui sautèrent et ses genoux fléchirent. Les yeux se révulsant, il mit ses mains devant lui, bras tendus. L’important était de commencer à courir. Les yeux grands ouverts et sa perception sensorielle maximisée pour optimiser son trajet jusque dans des rues qui pourraient ressembler à ce qu’il connaissait.

Une heure plus tard, le sith réussi à reprendre le dessus. Dans un petit jardin derrière une maison, il avait élu son nouveau domicile temporaire, roulé en boule. Se relavant, il frappa ses vêtements pour en enlever sa poussière. Dédaigneux de son propre comportement, Jaheiro parti alors vers la ville, se fiant à la force pour situer son mentor, ainsi qu’à un instinct difficilement muet. Au passage, il trouva ce qu’on lui avait demandé d’acheter. Une boutique de vêtement commune fût le lieu idéal pour se procurer ce qu’il avait besoin et essayer de développer ce qu’il pensait être un usage de la force. Aussi y resta-t-il quelques heures, essayant maintes et maintes fois d’influencer le jugement du vendeur par le biais de la force. C’était largement insuffisant, l’entrainement nécessaire manquait, d’autre démonstration de son formateur entre autres.

Aussi, il se contenta de n’acheter qu’une bure faites de peau complètement séché, d’un animal qui avait la propriété de ne rien sentir, jamais. Idéal pour la chasse, clamait le vendeur. Vos proies ne vous entendront jamais vous approcher disait-il sans cesse, pressé de conclure sa vente. Le Sith hocha alors la tête après avoir fait un dernier tour de boutique. Le vendeur, finalement soulagé de voir son client qui se parlait seul, qui avait fait fuir tous les autres depuis les dernières heures s’en retourna à sa caisse pour lui faire face une dernière fois. Plus personne dans le magasin cependant, il n’avait pas entendu la porte s’ouvrir ni la sonnette faire son œuvre. Rapidement il pesa sur un bouton qui scellait la porte et qui calculait tout l’inventaire en magasin. Rien ne manquait et personne d’autre que lui n’était présent. C’est seulement quelques jours plus tard que la puce qui était accroché au manteau de chasseur était maintenant collé à un vieux haillon.

Pendant ce temps, le sith était parti vers l’endroit où son maitre s’était arrêté il y avait maintenant une petite heure. Son nouveau manteau le couvrait parfaitement. D’un brun sombre, il couvrait le reste de ses haillons qu’il avait préféré garder. Les cordes auxquels étaient attachés ses trophées s’entremêlaient avec les haillons et avec les multiples rapiéçages, ils formaient un tout, indissociable. Il se déplaçait dans la foule tel un être normal, sans attirer l’attention, empruntant des chemins de façon aléatoire, pour qu’on ne puisse déterminer son cheminement.

Arrivé proche de son objectif, il sentit une perturbation, ce qu’il n’avait jamais ressenti auparavant. Il s’arrêta prestement, levant les yeux vers un toit, opposé au lieu de rencontre. Ses mains s’étaient figées dans l’espace, grande ouverte avec l’expression de surprise. Pendant un instant, la foule le remarqua, il semblait fou ou avoir pris l’aspect d’une statue tellement il donnait l’impression d’être immobile et dans une position qui ne rappelait en rien quelque chose de confortable. Il se jura d’y revenir mais suivi au lieu de rejoindre son maître, il suivi son intuition, se concentrant sur la faible lueur qu’il percevait. Blanche brillante, tout le contraire de ce qu’il émettait. À ce propos, il puisa dans le bassin émotionnel de ce que lui rappelait cette dernière nuit à la station pour supprimer sa propre émission de noirceur, aux yeux d’un initié, il ressemblerait au moins à un … rat.

Cette luminosité se mit soudainement, elle aussi à se réduire, pour disparaître à son tour. Cette fois, Jaheiro, le Sith s’empressa de se cacher dans un coin sombre. Il se savait découvert. Cette source, de quelque origine que ce soit l’avait assurément détecté, son maître par la même occasion. Cette cible invitante se savait seule contre deux. Quoi qu’il en soit, même en disparaissant, elle poursuivait dans la même direction. Une course qui la menait vers … le bar au fond de cette rue, là où se trouvait le mentor de Jaheiro.

Ce fût une course effréné qui s’ensuivie, le jeune Sith sauta à découvert, sur les toits pour arriver plus rapidement. À mi-chemin cependant, une aura, différente de celle qu’il avait senti plus tôt, s’interposa. Un jeune homme habillé de vêtements pâles, l’air serein. Un sabre laser jaune-doré dans les mains, dégainé et son possesseur en grande concentration. Son aura se mis alors à gonfler terriblement, par pulsion, suivant le rythme de ses battements de cœur. Même le professeur de Jaheiro sembla la remarquer mais cette lueur, sentie plus tôt, venait de l’intercepter lui.

Visiblement, c’était maître contre maître et élève contre élève. La puissance des aura était sans équivoque. Au détriment du jeune Sith, celui en face de lui, visiblement préparé à ce qui allait suivre, ne perdit pas de temps à évaluer la situation. Son aura, bien que moins « lumineuse » était tellement enflée de force, qu’il était certainement l’une des personnes, en ce moment, les plus intimidante qu’il lui avait été donné de rencontrer. Son adversaire attaqua, aucune émotion ne se ressentait sur son visage. Ses yeux semblaient pur. Pur de toutes souffrances, n’ayant jamais connu les affres de la guerre surement, n’ayant jamais connu la famine et la misère. Un gosse de riche dont les gardes du corps suivant en permanence, voilà l’image que Jaheiro s’en fît.

Ce n’était pas flatteur et malgré toute la passion revancharde que cela pût lui inspiré, il n’avait jamais été un expert au combat de sabre, il n’était ni défensif, ni offensif. La passivité devait être une spécialité de son vis-à-vis car ce dernier ne cessa de la barder de coups puissants, de feintes rapides, d’acrobaties complexes, tout en effectuant des mouvements anodins tels des torsions de poignets, de prestigieux mouvements d’équilibre. En théorie il se serait épuisé après sa première série de coups, mais ce dernier ne semblait pas suer une goutte. Jaheiro savait qu’il perdrait et tôt. Aussi effectua-t’il une esquive en saut de force le remettant à une bonne distance. Souriant, il fît exprès de rater sa réception et de tomber du bord du toit de la maison vers la rue.

L’expression de son adversaire dût être fascinante à voir car il arriva rapidement, cherchant du regard partout où pouvait être le Sith, son ennemi. Fermant les yeux pour se concentrer, il ne vît personne, ni ne ressentit aucune présence de force. Se retournant rapidement, sachant que son adversaire devait essayer de le contourner, il était déjà prêt mentalement a repousser chaque assaut arrivant vers lui, à 360 degrés. Heureusement pour lui, c’était vrai, Jaheiro l’avait pressenti. Si son adversaire était largement plus redoutable que lui-même, le jedi obscur, lui avait observé et appris. C’est pour cela qu’en tombant, il avait fait une toute petite pirouette pour passer au travers la petite fenêtre du mur d’où il était tombé. Il était donc, sous son adversaire, son sabre laser perfora le toit d’un mouvement sec, blessant le jedi qui déjà s’élevait parmi les airs. C’est parfaitement ainsi que le voulait le sith. Il ne restait plus que son sabre comme défense.

Situé dans une cuisine, il fît voler vers son opposant tous les objets tranchant, coupant, perforant qui était à sa disposition. Mitraillé fut le juste mot à employer à cet instant précis. Deux-trois dizaines de couteaux, brochettes et fourchettes volèrent ainsi qu’un morceau de gravas qui dévia de sa trajectoire. Le jedi pouvait découper de petit objet, mais le gravas était trop gros, un morceau l’aurait au final touché. Aussi usant d’une énergie réellement quasi illimité, il enchaîna coup et parades les unes après les autres pour couper dans le sens de la longueur, la grosseur du sabre suffisait à effacer l’existence des ustensiles en entier.

Jaheiro fût déçut de lui-même, tous ses projectiles avait échoués et maintenant, le Jedi tombait sur lui à une allure menaçante. Ce dernier eut même un léger sourire, il savait qu’il venait de gagner, qu’il allait effacer un sith de la galaxie. Jaheiro s’écarta de la portée du sabre jaune, du point d’impact, s’écrasant dans un coin de la cuisine, effectivement un peu apeuré. Son adversaire, la faction de seconde qu’il passa l’ouverture du toit se mis en position pour sauter et achever son ennemi qui avait même rentrer son sabre laser. Le jedi obscur était apeuré certes, mais ce n’était pas du jeune de riche devant lui. Le Sith en lui avait forcé l’Automate à se présenter à lui, partageant à moitié la conscience de leur corps commun. Ce dernier était paralysé, le Sith lui refusant l’accès au corps, alors grandissait une peur irrationnel. Une peur démesurée car Jaheiro lui a avait dépeint mentalement leur feu père par ses nouveaux traits, ceux du jedi. À la vision de celui-ci, tout le ressentiment d’années de fuite face à son géniteur et à la souffrance impliquée de sa génitrice refît surface. Une bouillante, exacerbée et frétillante peur déraisonnable paralysa le corps du Sith, mais ce dernier eut accès à ce qu’il avait besoin pour augmenter sa prise sur le Côté Obscur. Sa concentration de la dernière minute avait été de préserver son emprise sur le grava du toit, qui flottait un peu après le jedi, à sa suite. L’impulsion de passion gavée en puissance donna le coup d’envoi de la fin du combat.

Une fraction de seconde avant que le jeune attaquant ne touche le sol, s’écrasa sur lui la partie du toit qu’il s’était innocemment contenté de dévier. Légèrement blessé au pied, lourdement blessé au dos, il réunit suffisamment de force pour s’agenouiller, repoussant le pesant débris. Sauf que ce dernier devînt plus lourd soudainement et lui ré-écrasa la cage thoracique. Jaheiro venait de sauter dessus, triomphant. Il désarma sa cible et rangea le sabre jaune dans le fourreau à la place du sien.


- Fuir…
- Vas-t’en l’Automate, il est à moi.
- Il est blessé, il ne survivra peut-être même pas. Partons.
- C’est moi qui décide.
- On n’achèvra quand même pas quelqu’un déjà à terre si?
- JE décide.
- Fuir, maintenant!
- STOP!

- Bien, Jedi, tu me dois un service pour le retard que j’ai pris. Ces quelques crédits et comme preuve de ta défaite, ta tête.

Plus loin, le combat entre le Maraudeur Sith et le Chevalier Jedi faisait encore rage. C’était des poussées de Force et des Éclairs qui fusaient en plus des parades de maîtres et des estocs livrées avec tout autant d’expertises qui luttaient l’une contre l’autre. Les deux l’avaient senti, après un gros bruit très sourd, deux rues plus loin, les deux aura disparurent. L’un, lui habillé en noir, fut soudainement pris d’un sentiment d’échec qui calmait ses ardeurs, tandis que l’autre n’en éprouva que de la fierté. Tous deux le savaient dès ce moment, le combat avait changé. Le sacrifice de soi était une vertu du côté lumineux. Le Jedi illuminé l’emporterait. Ce fût le cas, temporairement. Au moment où le sith portait l’estocade la plus puissante qu’il pût, le Jedi, sur la défensive, réussi à dévier la puissance de l’attaque et de plonger vers l’avant, transperçant à moitié le Sith, alors maintenant, mortellement blessé.

- Je ne suis pas le seul. Il en viendra d’autre.
- Moi non plus je ne suis pas seul. Nous vous attendrons.

Le Jedi se mis en position et récitant le code il porta son estoc. Le bras tomba, en même temps que la tête. Au moment de porter son coup, la tête de son apprenti passa devant son visage, sans qu’aucune utilisation de force ne soir détectée. La seconde d’hésitation fût de trop et Jaheiro qui s’était glissé sans aucun bruit et ne se concentrant plus que sur la dissimulation la plus totale de son aura avait bondit et tranché le bras de l’utilisateur de la Force. La tête de l’apprenti et le bras du maître roulaient maintenant par terre, à côté du maraudeur sith qui se vidait de son sang. Un second coup vînt perforer un poumon.

Tombant à genoux, blessé, désarmé, littéralement écrasé par la volonté de son adversaire, épuisé de n’avoir suffisamment de paix pour ne serais-ce que faire plier son ennemi, le jedi laissa tomber son sabre laser. Il se savait vaincu, sa force vitale le quittait. Aussi, il posa correctement les yeux sur son mystérieux agresseur…

Vêtu de haillon sales, de sandales raccommodées, un regard un peu hagard, une barbe qui ne se laveraient qu’en la coupant, il portait néanmoins un sabre laser rouge pourpre et savait s’en servir, oh oui. Cet étranger adoptait aussi presque en permanence une stature courbée par le poids des âges, tirant un peu sur la folie. Un jeu d’acteur saisissant ou un sith ayant sombré dans une folie qui l’emplissait de pouvoir … Certainement. L’homme battu n’aurait pu perdre face à un vieillard en pleine possession de ses moyens mentaux. Preuve supplémentaire, l’homme agresseur se parlait seul.


- Ohh, tu es tombé?
- Il s’est fait mal tu ne vois pas?
- Bien sûr, mais je ne voulais pas ...
- Bien sûr que nous ne voulions pas. Nous en avons besoin.
- Mais nous devons lui dire.
- Pourquoi toujours ça? Ça te perdra un jour.
- Non, cela nous perdras un jour. Tous les deux mon vieil ami. Quant à toi pauvre de toi, laisses-moi t’apprendre quelque chose. Laisses-moi t’expliquer pourquoi tu mourras, et comment ce qui suivra me servira…


Spoiler:

Ceci est le lien entre mon Bg et l’introduction de mon BG. Dans mon background, mon perso raconte à ce Jedi, sa propre histoire.
+ Première vision du Soresu (Chevalier Jedi) et de l'Ataru (Aprenti Jedi).
+ Entraînement sans succès sur le pouvoir Persuasion.
Jaheiro
Jaheiro
Initié au Jeu
Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 12/08/2012

Re: [Chroniques] Jaheiro [Fiche de Force]

le Sam 25 Aoû 2012 - 21:44
C’est donc tout de suite dans le temps, après la fin de sa longue formation que le difficile mentor du jeune Sith l’emmena sans tarder sur l’impressionnante Corellia. En à peine quelques petites heures, la situation avait changé du tout au tout, d’une façon particulièrement sanguinaire. Un jedi padawan décédé, son maître devant lui, sur le seuil de la mort, de même que son propre … ex maître. Délaissant le chevalier lumineux à qui il venait de raconter sa propre histoire, version longue à la troisième personne, le sith porta son attention sur le maraudeur. Ce dernier avait été transpercé sans autre forme de procès. La blessure était nette, sur son côté droit, un trou permettait maintenant de voir le sol, sous son corps. Il respirait difficilement, haletant, essayant de garder ce liquide vital écarlate qi s’échappait de sa bouche à l’intérieur de lui. Lorsque son apprenti se pencha sur lui, il essaya de marmonner à ce dernier de l’emmener à une cuve de bacta, il y avait assurément un hôpital proche qui pourrait faire l’affaire. L’élève essaya de le soulever, mais il menaçait l’intégrité de la cautérisation de sa mortelle blessure. En le soulevant, il briserait la croute de peau brûlée, permettant à la plaie de laisser s’écouler le reste de son foie et ceci infecterait à coup sûr la plaie de façon irrémédiable. De plus, l’aîné ne résisterait pas à une telle souffrance. Sentant sa dernière arriver, il chuchota sa carte maîtresse.

- Le premier apprenti de mon maître est sensé me rejoindre ici. C’est un Sith Archiviste. Il espionnait pour le compte de l’Ordre l’activité jedi sur cette planète. Méfies-toi de lui, il n’a ja… argh. Il ne m’a jamais pardonné le fait de tuer notre maître. Prends ce transpondeur, cela lui permettra de te trouver. Laisses les autorités s’occuper de moi et je vous … vous retrouverai … une fois … guér…

À ces mots, il sombra dans l’inconscience. Les sirènes, au loin, retentissaient déjà et nul ne doutait que les autorités civiles s’en mêleraient sans plus tarder. Cependant, et il y avait un mais d’importance, l’utilisateur de la Force Lumineuse et Unificatrice respirait encore. Un bras en moins, un poumon qui s’emplissait de sang, un talon d’Achille sectionné, il n’irait pas bien loin mais, Jaheiro n’avait quand même pas terminé son récit.

- Tu vois étranger.
- Sur ce point.
- Je, non nous.
- Sommes unanime.
- C’est lui. Écoute bien le dernier chapitre. Nous n’avons jamais eu l’intention de priver cet homme de sa vie, jamais. Devant votre présence et tant qu’elle sera perceptible par la Force, nous n’avons aucune raison d’éliminer des nôtres. Vous répandez un mensonge qui coute grave à l’Univers. Savez-vous pourquoi les Sith reviennent toujours plus nombreux qu’auparavant? Pourquoi diable les Jedi, malgré l’équilibre qu’ils créent, il y a toujours le chaos qui gronde? Parce que vous n’écoutez pas.

La Force est vivante humain. Peu importe ce que votre conseil enseignait, tu l’as senti tout comme nous. Elle peut montrer le passé comme le futur. Elle est ce qui est, était et viens. Elle choisit ses disciples, noirs comme brillants. Elle nous permet d’y puiser ce que nous seuls savons faire. Mais pourquoi Jedi? Si elle nous montre le futur, si nous ressentons et percevons l’avenir, même embrouillé, c’est parce qu’elle le veut bien non? C’est bien ce que je pensais. Toi aussi tu le crois n’es-ce pas? Elle veut, elle désire. Les Jedis répriment les volontés même de celle qu’ils clament maîtrisé. Les Sith utilisent ce pouvoir peur eux-mêmes. Vous êtes tous fous! Imbéciles! Insensés! Nous ne pouvons clamer la paix, et l’harmonie alors qu’elle-même permet au Côté Obscur d’exister. Les deux ne forment qu’une seule entité, stupide mortel! Les deux Côtés de son identité utilisent seulement des moyens différents pour parvenir à ses buts. Il y a une raison pour laquelle la Force choisi des disciples, noir ou lumineux. Pour atteindre les buts qu’elle souhaite : un équilibre. Il faut mélanger les deux concepts pour parvenir à sa compréhension parfaite.

C’est la raison pour laquelle aujourd’hui tous ont échoués sauf moi. Ce n’est pas par volonté de puissance, c’est par compréhension de ses besoins qu’elle m’a menée à vous faire la leçon aujourd’hui. Autant tu dois mourir pour avoir alimenté ce conflit entre deux côtés de la Force qui ne forment qu’un, autant mon ancien maître le doit pour les mêmes raisons. Pour une de plus en fait…


Se tournant vers son ancien mentor, le regard illuminé d’une lueur jaunâtre malsaine.

Tu lui as acheté le premier verre n’es-ce pas? Le soir de la scission de nos esprits, lorsque tu as abattu l’intégralité de mon être, Maître, tu as convaincu mon paternel que ce simple verre ne pouvait être qu’inoffensif. Je l’ai toujours su. Alors tu dois payer.

Vous deux, vous utilisez la Force. L’un l’utilise pour les autres, l’autre l’utilise pour soi. Qu’en est-il de ce qu’elle veut ELLE? La Force m’a montré ce moment. Je ne suis définitivement pas Jedi, mais je ne suis pas totalement un Sith car faire souffrir et la soif de pouvoir me sont inconnus. Je sers la Force et m’y laisse totalement esclave. C’est sa colère que vous écoutez, c’est elle, qui vous a poussé à venir ici et à rencontrer cotre destin. Subissez son courroux. Vous …mourrez, mais pas de ma main. Vous mourrez en voyant sa toute omnipotence se réaliser.


À ces mots, il se leva, la lueur jaune de ses yeux s’abaissait déjà en luminosité. La résolution sur son visage s’affaissa. La dureté de ses traits s’émoussa. La puissance de sa conviction s’évapora. Son corps relâcha la pression et le stress pour se détendre. Il cligna des yeux et revînt à lui. Jaheiro fronça les sourcils en regardant autour de lui. Il n’avait aucune idée de comment il s’était retrouvé dans un tel fracas. Il rangea son sabre laser. S’abaisa devant son mentor et essaya de le relever. Ce dernier grogna de douleur. Soudainement, une main s’abatis sur son épaule et on le repoussa vers l’arrière. On l’accusa de piller les morts et les forces de l’ordre dont les sirènes assourdissantes semblaient ne pas avoir été entendues par l’apprenti. Quand les polices essayèrent de transporter le blessé vers une civière, ce dernier revînt à la conscience. Jedi et Sith se retrouvèrent l’un à côté de l’autre, presque face à face. Dans un dernier élan pour finir leur combat, le Jedi Obscur déchaîna ses éclairs tandis que le premier lança son sabre. C’est la pluie d’étincelle de cette collision qui alluma le bain d’huile au sol. L’endroit, une auberge abritait une friteuse dont le réservoir d’huile refroidie avait emplie le lieu, pris feu. Trois policiers furent mortellement brûlés. Deux autres s’en sauvèrent in extremis mais les deux blessés et un crâne inconnu y restèrent. Un apprenti s’affranchissait en même temps de son bourreau.

L’archiviste, précédemment mentionné, qui avait regardé la scène en espérant que la cible de sa haine ne meurt. Le deuxième apprenti de son propre maître avait assassiné ce dernier. Il était dévoré par l’ambition. Seule la connaissance et le pouvoir qui allait avec devait dévorer une âme selon l’observateur. Aussi, de ce chaos, quand l’apprentie du meurtrier de son maître s’en alla sans avoir porté le coup fatal, quand le Jedi et le Sith, consumé par leur besoin de combattre en virent à se tuer, il sut que Jaheiro deviendrait l’archiviste parfait. Un nouveau maître attendait l’apprenti du côté obscur.
Jaheiro
Jaheiro
Initié au Jeu
Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 12/08/2012

Re: [Chroniques] Jaheiro [Fiche de Force]

le Dim 2 Sep 2012 - 20:34
S'étant éloigné quelque peu de la scène de crime, Jaheiro camouflait son aura et s'y concentrait particulièrement, se contentant de regarder sans réel intérêt le charnier et les multiples pompiers essayer d'éteindre les flammes verdâtres. Au moment ou le toit cédait, ses supports calcinés n'étaient plus suffisant, une lourde main se posa sur l'épaule de l'apprenti Sith. Ce dernier l'ignora tellement il semblait perdu dans ses pensées, cependant il réagit lorsque la personne derrière-lui chuchota son nom. Ce dernier, pour seule réaction, avait cessé de se caresser la barbe, ses yeux fixaient maintenant des points précis et sa conscience était de retour dans ses orbites. La voix, vieille mais doucereuse, masculine, susurra son nom et s'adressa à lui.

- Jaheiro, fils adoptif du Côté Obscur, rejoins-moi, nous devons quitter Corellia, rapidement.

Puis cette présence s'en alla tranquillement, discrètement, sans mot dire, sans accrocher la moindre personne qui se plaçait dans son chemin. Semblable à une âme en peine invisible, c'était silencieusement qu'elle se déplaçait, comme si ses pas ne touchaient pas le sol. Ne créant aucun écho dans la force comme dans la psychée commune des gens tout autour. Il était apparu à l’apprenti et à l’apprenti seul. Le nouveau maître repartait comme il était venu, comme coupé du temps, au ralenti. Seul le contact de sa peau avait été instructeur de ce qu’il était réellement. Ce n’était pas la paix, c’était plus que cela. Il avait émané de ce toucher une assurance sans borne, une confiance aveugle en la Force. Un pur contact avec la trame de celle-ci. Oui, cet homme parlait par le Côté Obscur. Il s’était adressé à lui sans parler physiquement et lui avait adressé un message au travers la Force. Il pulsait littéralement, au simple contact de sa peau, de ce noir savoir, de cette électrisante et sanguine puissance qu’était la connaissance, non mieux, la Vérité émanait de ce personnage.

Il n’en fallait pas plus. Jaheiro avait ce contact avec la Force. Il avait le don de l’atteindre, de la contacter. De puiser un peu dans sa trame, d’écouter ce frisson qu’elle faisait résonner en lui. Il l’avait toujours eu cette touche qui lui avait permis de rester en vie. C’était un noir pouvoir il le savait. Mais là... Si un phare de Force pouvait exister, ce devait être cet homme. Son approche avait électrocuté ses sens, il avait gonflé de par sa présence, la capacité de l’apprenti à puiser dans cette obscure énergie qui l’alimentait. C’était une expérience grisante. Plus que plaisant, il y avait un sentiment d’apaisement à considérer toute cette puissance à une si proche portée de main. Pas de danger, le sentiment de suffisance n’était pas aussi colossal que celui d’avoir accès à la forme de Vérité la plus dénudé de faux-semblant. Une compréhension universelle inégale de tous les maux de ce monde.

Il le rejoignit sans hésiter, claquant le mieux possible son comportement sur celui de son nouveau mentor, ils quittèrent la planète sans se dire un mot. Un équipage, visiblement sous influence d’une quelquonque drogue les emmenèrent cependant très loin, sans poser de question. Dès la sortie de l’attraction gravitationnelle de la planète, les deux Sith se rejoignirent par instinct dans la soute vide. Dans un silence de plomb, ils ne se saluèrent pas. Les deux étrangers, curieux de l’un comme de l’autre se mirent à tourner, formant un cercle imaginaire. Les yeux du premier étaient fermés et bientôt ceux de son apprenti le rejoignirent en cet état. C’est par la Force qu’ils se sondèrent intérieurement, tous deux puisant dans ce qui faisait leur point fort : le talent de divination pour lire le Côté Obscur. Ainsi commença l’entrainement de Jaheiro.

Durant toute la durée de leur long voyage vers Byss, Ils ne cessèrent de tourner. Si le premier des maîtres de l’apprenti lui avait appris les bases, ce dernier mettait l’emphase sur l’utilisation de la Force et l’abandon de ses propres sens mortels au profit de ceux omniscient du Côté Obscur. Il n’y eu aucun objet de lancé vers l’apprenti, aucune attaque ou offense de quelque forme que ce soit. Mentalement, cependant, ce fût une autre histoire car toute la durée du voyage représenta un test constant et un apprentissage permanent des capacités de l’élève. Le Côté Obscur de la Force suffisait à cet échange. Il n’y eu pas de vagues, il n’y eu pas d’infiltration mentale ni d’intrusion mémorielle. Seulement, un ressentiment des subtils changements dans la toile de cet être de qui coulait le passé, qui montrait l’avenir et donnait accès au présent.

C’est seulement une fois atterrit, que l’équipage eut formé un cercle admiratif devant les deux Sith et que les forces de sécurité ait sécurisé le vaisseau pour s’assurer que rien ne pourrait représenter un danger pour la planète secrète que le mystérieux ballet cessa. Affamé ils sortirent escorter pour aller s’identifier et pendant que le maître faisait un rapport complet de son voyage, l’apprenti était recruté comme un membre de l’armée impériale comme consultant. Mais l’Ordre Sith basé sur cette planète savait que c’était un Archiviste Sith en devenir. Puissant dans la manipulation du Côté Obscur et bientôt les vastes bibliothèques, trop peu utilisés s’ouvriraient à lui. Bien que tous les Sith y avaient accès seul un ou deux s’adonnait au travail fastidieux d’y donner un ordre logique ou d’en lire tout le contenu. Pourtant ce fût la première tâche de l’apprenti.

Il n’y avait presque aucun classement, les livres étaient classés par origine, quoi que les années et les époques les aient mélangés. Les Sith n’avaient que peu de patience. Les non-initiés, ceux qui s’occupaient d’organiser et d’entretenir ce lieu n’avaient réellement aucune idée ou ne réalisaient pas leur contenu, donc l’ordre n’était pas au rendez-vous. Jaheiro se fît chargé de les organisé de manière à ce qu’un Sith puisse y puiser efficacement le savoir requis. Pour permettre un enseignement complet aux prochaines recrues. Puis il s’y fît laissé par son nouveau mentor qui repartait vers un monde inconnu. Il n’y avait eu aucun objectif de demandé, fiches de classement, temps, ressources. Simplement : Classer pour une utilisation efficace pour un Sith.

C’est dans ce travail long de quelques années, cette immersion totale dans le savoir le plus occulte de la Galaxie que Jaheiro devînt un Archiviste. Non seulement il créa un système de classement, mais aussi un système de fiche qu’il fît informatiser. Il rédigea lui-même les courts résumés de chaque ouvrage, des chapitres, des origines et des années de rédaction de chaque document, classant chaque document selon chaque critère. Un travail colossal de dix années entières. Pendant ces dix années, il ne parla pas, il mangea peu et fût seul, méditant pendant au moins la moitié de ses nuits. Il y créa aussi une section complètement nouvelle, qu’il classa comme la première de toutes. C’était les bases, les pures assises de ce qu’on devait savoir sur le Côté Obscur, pour en devenir un apprenti. Il était là, à classer, au moment où Darth Traetius succéda à Darth Sidious. Peu lui importa, en fait, il l’ignora plus que d’autres choses. Il promit allégeance à l’Impératrice et continua son travail de classement sans sourciller.

Il y gagna aussi un vaste savoir, théorique et sans pouvoir pratiquer ses nouvelles connaissances, de ce qui formait le réel pouvoir du Côté Obscur : Sa magie. Oui, si chaque côté de la Force, chacune de ses inclinaisons permettait une utilisation différente, seule la Magie Sith permettait une aussi grande application réelle de la Force sur les éléments. L’Invocation d’esprit, corruption de la matière, l’alchimie, la construction d’artefacts, les illusions. Certaines applications cependant, les plus puissantes et occultes restaient dans les bibliothèques privées de l’impératrice et ne pouvaient être appris à cet endroit de formation destiné à tous les Sith. Son ouvrage le plus prisé y est d’ailleurs relié. C’est une archive manuscrite qui décris un pouvoir de la Magie Sith et indique comme référence tous les manuscrits qui y en parlent.

Dans l’accomplissement de sa tâche, il développa lentement un autre don, celui de la méditation. Alors que seul restait l’informatisation de son travail et que les apprentis commençaient à affluer par la suppression de la Règle des Deux et l’instauration du Sith Unique, il méditait tout en restant lié à la Force pour sentir le travail des non-initiés qui transféraient ses notes manuscrites en archives numériques. Ce faisant, il réalisa qu’en les sentant, par la Force, il pouvait influencer leur réceptivité à celle-ci, partageant une infime partie de son lien avec eux. Bien qu’il ne réussit pas à rien mettre en pratique, il resta convaincu qu’en se liant ainsi à chaque être d’un lieu donné, il pourrait augmenter leur capacité, mais cela resta théorique. Ces années d’apprentissage, de connaissances et de solitude eurent aussi un effet surprise qui n’eu pas le don de déplaire à son maître quand il vînt le chercher pour poursuivre son apprentissage. La solitude avait calmé et commencer à souder son esprit brisé en quelque chose d’un peu plus unifié. Il restait un fou schizophrène, mais cela paraissait moins. Il semblait tellement plus vieux et inoffensif…
Jaheiro
Jaheiro
Initié au Jeu
Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 12/08/2012

Re: [Chroniques] Jaheiro [Fiche de Force]

le Dim 9 Sep 2012 - 5:27
Le sage archiviste de la secrète Byss venait tout juste de passer au travers le gigantesque travail d'indexer tous les livres et ouvrages de la grande bibliothèque sith. Il devait se lancer dans les résumés, le système de classement, les fiches ect... Cependant, le Côté Obscur en décida autrement. Son maître dans la Force qui l'avait injustement abandonné à son sort vînt à lui, sommairement. Darth Kadaan se présenta discrètement, sans faire aucun bruit. Toujours aussi imbibé du Côté Obscur, il dégageait encore cette assurance sans borne d'être dans les petits secrets de la Force. C'est sans ostentatoire qu'il était vêtu, un épais manteau à capuche grisâtre. Son visage était sévère mais pas plus qu'un simple père responsable ou quelqu'un responsable de la vie de quelques garnements qu'il aimait bien. Il le regarda longuement, comme à leur premier face à face dans ce vaisseau qu'il l'emmena sur cette planète où il fût assigné depuis tant d'année. Ils se mirent à tourner l’un autour de l’autre, comme à cette première et inoubliable fois. Cependant, au lieu de s'agenouiller ensuite et de se faire face dans l'adversité par la Force elle-même, c'est le sabre laser pourpre qui se dégagea du maître.

Oui les Sith étaient sans pitié et ils devaient toujours être prêts à en venir aux affrontements physiques. Jaheiro avait, volontairement?, dédaigné cette pratique au profit du savoir pur et simple. C'était une dure erreur, que son mentor attitré lui fît payer chèrement. La modération de l'élève était un défaut face à ses pairs du Côté Obscur, le style de combat noble du professeur temporaire vînt rapidement à bout de la tempérance de l'adversaire. Le maître au lieu de marquer la chair définitivement avec son sabre laser, se contenta de le larder d'éclair de force. Jaheiro cria, chigna, hurla et pleura, il n'épargna aucune émotion qui pouvait démontrer sa douleur. C'était sa leçon, de ne jamais se contenter de ce que l'on avait, il fallait aller au-devant des adversités et devenir le meilleur, la connaissance ne pouvait suffire. Le Côté Obscur ne s'exprimait pas seulement pas ses visions, mais aussi par les autres émotions. Le siège de tous les sentiments, augmentait de par le ressentiment créé, le bassin de pouvoir disponible.

Darth Kadaan lui donna alors une première et dernière leçon. L'une des principales raisons pour laquelle les Sith choisissaient des apprentis pour rester en état de compétition en permanence. L'apprenti se faisait assigner, habituellement, de combler les lacunes du maître, obligeant ce dernier à développer les qualités de son apprenti qui lui faisaient initialement défaut. Tout cela pour éviter de se faire trop facilement surpasser. Un lien de mentor-élève, compétitif, malsain et terriblement dangereux engageaient les deux protagonistes dans un ballet ne possédant qu'une seule issue, la mort du plus faible. Il existait cependant, la possibilité, de s'affranchir, par pur clairvoyance de ce lien, si le maître réussissait à inculquer tout ce qui était nécessaire à l'élève et que même si pure Sith, l'élève comprenait le besoin de ne pas tuer son mentor pour se prouver. Deux voies différentes étaient nécessaires et le professeur actuel de Jaheiro avait besoin d'un élève aussi clairvoyant. Aussi l'apprenti en voie de devenir un archiviste accompli devait se trouver un apprenti. Il promettait une formation en bonne et due forme et l'acquisition du titre de guerrier sith si cela était complété...

Laissé seul à ces mots, le Fou médita quelques jours, bien profondément. Au terme de cette petite pause, il sélectionna quelques livres de la bibliothèque. C'était tous les lieux fondamentalement imprégné de la Force, du moins ceux connus : Ando Prime, Cularin, Dantooine, Dagobah Dathomir, Dromund Kaas, Felucia, Ilum, Korriban, Malachor, Sedri, Thule, Tython, Vjun et Ziost. Oui, pour la première fois en plusieurs années, la bibliothèque permettait de trouver assez facilement les ouvrages dans l’ordre voulu. L’Archiviste ne savait ni ne se voyait aborder des inconnus. Ses talents en relations sociales étaient largement trop maigres. Il lui fallait … continuer sa propre formation, finir avec cette bibliothèque et s’imprégner comme lors de son entraînement à Korriban, à nouveau du Côté Obscur pour poursuivre dans sa compréhension de la Force. Pourquoi ne pas allier les deux? Oui! C’était une excellente idée. Aller sur une planète habitée par un peuple possédant déjà une sensibilité à la Force rendrait le tout plus facile.

Reposant les yeux sur son les ouvrages, naturellement, celui de Dathomir fût le seul à être retenu. Les autres, écartés par télékinésie, sans même y penser, retournèrent à leur place respective. Le peuple des Sorcières de Dathomir, des femmes qui razziait le côté des hommes pour sélectionner un mâle correct pour leur progéniture. Il n’y avait pas de concours, il n’y avait pas de discours, juste une chasse et une sélection. Ce fût donc un départ. Empruntant un vaisseau très petit et furtif, rassemblant ses affaires, quelques livres parlant du peuple de la planète ciblée. Ces femmes dominaient le paysage de cet endroit reculé de la galaxie. Mais, bientôt, un homme allait s’ingérer dans leurs manières et personnes ne verraient rien venir. Tous allaient perdre la trace de Jaheiro. Seul lui-même allait savoir ce qui allait se passer. Lui seul connaissait d’avance le destin de ce tragique voyage. Il allait détourner de son destin, une sœur de la nuit pour l’insérer dans l’Ordre Sith. Ce dernier n’aurait plus besoin de se cacher très longtemps.

C’est durant son voyage, par la Force, que Jaheiro eut une vision en sondant les profondeurs du Côté Obscur. Ces femmes qui patrouilleraient la face masculine de la planète en quête de mâles, il n’en capturerait pas une, non. Il allait influencer le choix de celle d’entre elle, qu’il choisirait pour qu’elle le choisisse lui. C’était une perversion de leur mode de vie. Il en choisirait une qui regrettait son mode de vie sauvage, qui espérerait pouvoir échapper au Côté Obscur, oui, il créerait un nouveau lui! Alors que contre toutes attentes, malgré un présent capable de pervertir chaque créature, une lueur d’espoir survivait et la jeunesse incarnée tenait bon face au mal. Seulement alors, rampant, tapis et discrètement, le Côté Obscur reprendrait la place qu’il était censé occuper. C’était le destin de Jaheiro, augmenter l’empreinte de la Force par l’entremise du don qu’elle lui avait fourni.

Durant le voyage, il étudia les différents clans, les ères d’influences de chacun d’entre eux, il y avait peu de choses. L’archiviste se renfrogna, sa bibliothèque n’était pas complète, il manquait d’informations sur des milliers de sujets, à commencer par ces planètes dont la Force faisait partie du quotidien, de la puissance que renfermait ces blocs de terres abritant des peuples si ouvert à ce qu’était le tout. Les Sorcières de Dathomir et l’ancien peuple des Sith, les zabrak basé pas très loin sur Korriban … tiens, il était vrai que ces deux planètes : Korriban et Ziost n’étaient pas très éloignées, assurément un phénomène à étudier. Ces deux Nexus de la Force, deux piliers du Côté Obscur aussi, y avait-il un courant spécifique quant à cette influence? Un effet bien tangible à sentir, à explorer? Assurément! Bref, il arrivait en vue de la planète. Déjà avant même de la voir, il l’avait ressenti. Dathomir, à l’instar de sa lointaine voisine Korriban, exultait la Force par vagues pulsatives.

Il se sentait un appel. Discrètement il amorça sa descente et ne s’approcha du sol que du côté masculin du satellite solaire, esquivant la perception et la sensibilité des puissamment dangereuses Sorcières. Il se posa tranquillement, à l’écart des villes, au coucher de soleil. Puis, discrètement, sous le couvert de la nuit montante, il cacha son vaisseau de transport sous une tonne de débris multiples et de végétation pour rendre le tout un tant soit peu cohérant avec le décor sauvage. Un autre appel, c’était comme si la terre sous ses pieds était doté d’une conscience propre. Étais-ce la Force elle-même qui pouvait s’exprimer par la présence de planète offrant des nexus d’une rare puissance? Un autre fait à examiner durant son passage futur. L’appel, à nouveau et plus puissant que jamais. Soudain, lorsque ce dernier cessa, une lueur brillante se dégagea du brouillard qu’il pouvait ressentir auparavant. Une créature vivante très sensible à la Force. Immédiatement, au plutôt inconsciemment et par réflexe, le Sith compressa sn aura pour qu’elle ressemble à un animal plus qu’à autre chose et s’en alla, ermite, au village le plus près.

À cet endroit, visiblement presque abandonné, aucun bruit n’en réchappait … ou presque. C’était un village en bordure du territoire des Sœurs de la Nuit, la saison des chasses à l’homme ne faisait que commencer. Étais-ce déjà le cas? Effectivement. Au beau milieu de la place du village dont tous les habitants avaient fuis par crainte des femelles, s’en tenait justement une, nue. Le Côté Obscur l’avait guidé au bon moment et au bon endroit. Décidément, il était réellement digne de l’attention de son Maître. Un jour, il deviendrait un réel Prophète, Jaheiro en était sûr. Autant que la victime du viol qui se déroulait devant lui allait mourir une fois l’acte consommé. Cependant, il eut réellement l’impression, cette fois-ci n’était pas coutume, que cela n’allait pas arriver. C’était pourtant leur rite le plus sacré. À moins que … Si l’homme était visiblement la victime, attaché et agrippé à la gorge d’une main ferme, la donzelle ne regardait même pas. Le Sith sentait l’hésitation, la compassion. Elle était seule, cette femme relâchait les émotions qu’elle gardait secrète. C’était la lueur qu’il avait ressenti plutôt. Le Côté Obscur n’aurait pas de prises sur elle bien longtemps…

La femelle en question sentît que sa proie faiblissait mais qu’il n’avait toujours pas accompli son œuvre. Elle ouvrit les yeux pour l’obliger à se motiver mais elle ne vît qu’un poignard dans la poitrine de sa victime. Se relevant, aussitôt sur ses gardes, son bâton ne vînt pas à elle lorsqu’elle tendît le bras vers lui. C’est en regardant dans ladite direction qu’elle le vît. Autant son arme, le bâton que son futur bourreau. Ce dernier s’approcha tranquillement, les yeux d’un jaune lumineux, sourire en coin, le regardant fixement, mas pas dans les yeux. Il fixait son abdomen. Autant l’horreur lui pris qu’elle puisa dans la Force pour faire voler des éclairs vers son agresseur. Un sabre laser rouge pourpre arrêta immédiatement la poussée, apparu dans les mains de l’homme qui continuait d’avancer, lentement, mais surement. L’arme était dangereuse et l’utilisateur semblait savoir s’en servir mais elle était sur Dathomir et c’était une Sœur de la Nuit! Elle commença à invoquer les esprits à elle. Lorsqu’un bout de torchon s’enfonça dans sa bouche. Puis des chaînes à ses poignets et ses chevilles.


Ne t’inquiète pas. Demain, lorsque tu reviendras à ton peuple, tu porteras un enfant. Le mâle que tu avais choisi est bien mort. Quelles autres questions te poseraient-elles? Ne t’inquiètes pas, le torchon t’empêchera de crier ou de te mordre … car oui cela sera souffrant. Ne t’inquiète pas…

Quelques mois plus tard, Jaheiro rentrait sur Byss, il avait erré un peu sur Dathomir et pris une pléthore de notes sur son peuple et les courants du Côté Obscur qui s’y trouvait. Il avait son apprentie, on sentait déjà leur connections par la Force, mais impossible de le suivre, le lien semblait à moitié en vie, comme occulté.

Jaheiro était satisfait ...
Jaheiro
Jaheiro
Initié au Jeu
Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 12/08/2012

Re: [Chroniques] Jaheiro [Fiche de Force]

le Lun 8 Oct 2012 - 18:15
C’est caché dans les herbes hautes que Jaheiro attendît que la sœur de la nuit ne se relève. Après avoir répandu ses semences, il avait mis ses mains sur les tempes de sa victime et il lui avait imprégné du mieux qu’il ne put ses suggestions mentales. Ses yeux s’étaient révulsés sous l’effort mental. Il dirigeait encore mal ce pouvoir, cette influence de la force. Peut-être était-ce dû à ses prédispositions antisociales et fuyantes? Peut-être ses blessures profondes l’avaient rendu incapable d’imposer correctement ses pensées. Pleins de questionnements sans réponse. N’empêchait que cela ne l’arrêtait pas. Jaheiro essayait sans relâche, mettant ceci en pratique dans tous les instants que possibles. Il n’avait cependant réussi qu’à brouiller les souvenir de la sorcière.

Cette dernière se releva, la tête lourde, se tenant le crane entre ses fragiles mains. Un peu perdue au départ, Dataya, la victime, elle regarda tout autour d’elle pour se remémorer l’endroit et le temps dans lesquels elle était. Touchant une bosse sur sa tête et voyant le poignard dans la poitrine du zabrak, elle ne remarqua rien d’anormal et sembla croire sa mission accomplie. Cherchant son bâton, qu’elle ne trouva pas, Dataya se mit à s’en aller en remettant ses vêtements. Bien qu’elle ne comprenait pas comme elle avait pu en arriver là et perdre sa précieuse arme, une arme familiale provenant de son ancêtre, la première des sœurs de la nuit.

Ce que constatait justement Jaheiro qui, bâton en main, recopiait déjà son contenu sur un datapad. Il ne pourrait garder cet objet très longtemps, elles le rechercheraient bien assez tôt. Il sentait l’importance de cet objet au travers le Côté Obscur. Une relique dont le pouvoir lui était inconnue. L’Archiviste savait que les sorcières avaient inspirés leur « sortilèges » de la magie sith, mais ceci était quand même doté d’une aura différente. Et bien que le Sith en lui le vu venir, la curiosité en lui, représenté par sa propre personnalité fragmentaire poussa toutes les autres suggestions et s’empara complètement du corps de Jaheiro.

Notre archiviste suivi autant qu’il pût sa victime mal en point, mais la faune et la flore, bien que connue par la théorie, sur Dathomir, il y avait une immense différence entre le savoir et la pratique. Lorsqu’un monde est vivant et que ses habitants vivent selon les courants émis par celui-ci, c’est un perpétuel changement qui se produit. Autant l’humeur de chacun des habitants qui y est relié que les saisons affecteront tous les êtres membres de cette symbiose unique dans toute la galaxie. Il s’attela donc et c’est ce que lui auront appris le plus toutes ces années, la dissimulation de son aura est tout autant vitale que la télékinésie ou que le saut de force pour un utilisateur de la Force qui voulait explorer celle-ci dans ses moindres racoins.

Jaheiro quitta donc l’arme, une fois les symboles inconnus copiés sans en comprendre le langage ni la signification. Il en avait cependant profité aussi pour méditer à ses côtés et immortaliser par ses notes numériques, toutes les impressions physiques et surnaturelles qui s’émanaient de ce simple bout de bois à première vue inoffensif. L’Archiviste le laissa donc à l’endroit où il avait perdu de vue sa victime, en espérant que ces sorcières reviennent le chercher et qu’ils pourraient ainsi les suivre à nouveaux discrètement. Ce qui arriva. Ainsi le Fou, à force de patience, de modération et de discrétion, retombant littéralement en enfance comme dans la station spatiale de la roue ou il avait grandi la moitié de sa vie.

Une fois leur secteur trouvé, le sith nota ses premières impressions. La hiérarchie très rapidement visible parmi ces sorcières sœurs de la nuit. Le quotidien des journées de ces femmes matriarcales, dominant leur monde sans embûche. Leur strict régime de plantes, racines et quelques produits de la chasse, délaissant certains types de nourriture tout de même abondant pour des objectifs plus durement accessibles semblaient faire partie de buts bien précis. Le soir, retrouvée en bande, elles se ressemblaient et méditaient à leur façon. Elles invoquaient leurs ancêtres, demandaient le repos pour les morts, la force de Dathomir elle-même et la mère supérieur semblait leur donner une soupe à boire qui puait tellement la Force semblait puissante en elles.

L’archiviste prenait le temps de tout noter, mentalement dans un premier temps, puis revenant à un campement de fortune, bien plus loin, il consignait le tout sur le datapad. À chaque soir, Jaheiro se maudissait de n’avoir pas emmené un holo-enregistreur qui lui permettrait de revoir et revoir ces saisissantes scènes emplie de tant d’inconnu. Ce fût donc sa routine pendant quelques mois. N’usant que de dissimulation jour après jour, il s’immersait à nouveau dans cette personne quasiment à part entière qu’il avait été dans cette station. Se promenant d’arbre en arbre, sans le moindre bruit, repérant les passages possédant le moins d’obstacle bruyant, ce Sith se faufilait un peu partout.

Leur langage était tout autre que celui du commun universel rencontrer un peu partout dans la Galaxie. De plus, elles parlaient très peu entre elles. Les écoutant de loin, il fût extrêmement difficile pour le Sith d’en apprendre quelques brides. Heureusement pour lui, son pouvoir de dissimulation augmentait considérablement au fur et à mesure des jours, des semaines et des quelques mois d’utilisation qu’il en fît à ce moment de sa vie. L’Archiviste en profita donc pour s’approcher de plus en plus, multipliant ses efforts par milles pour ne pas attirer l’attention. Pour l’aider encore plus, bien que ne parlant que très peu entres elles, les sœurs de la nuit n’avaient pas réellement besoin de mots pour tout et leur langage était somme toutes assez rapide

Il observa même, une nuit, les sœurs réaliser un rituel à parti d’un grimoire où plusieurs textes étaient conscrits lorsqu’ils tentèrent une expédition punitive contre la prison installé par les séparatistes deux ans avant l’avènement de l’Empire. Elles maîtrisaient la Force comme il n’avait jamais vu cela possible. Ensemble, réalisant des rituels et tirant puissance du groupe qu’elles formaient, ce « cercle » ésotérique enchantait des potions qui les rendaient invisible aux yeux humains et quasi tout autant imperceptible par la Force.

Jaheiro nota autant de rituels, de paroles profanes et d’effets que possible. Il savait maintenant que ces femmes détenaient un grand pouvoir sur la Force. Qu’ensemble plusieurs utilisateurs du Côté Obscur pourraient accomplir des miracles qu’ils n’avaient jamais accomplis auparavant de par leur individualisme forcené. L’Archiviste comprenant l’importance des Prophètes du Côté Obscur dans l’équation. Ils avaient une formation de Sith, mais sans les défauts tels l’indépendance, le besoin de tuer son maître pour toutes les leçons douloureuses mais tellement informatives reçues.

Puis il s’en retourna sur Byss pour continuer son travail d’archiviste. Il reviendrait après la fin de son travail et la rédaction d’un livre sur ces sorcières et des bénéfices qu’elles tiraient de leur travail d’équipe.

Jaheiro
Jaheiro
Initié au Jeu
Nombre de messages : 184
Date d'inscription : 12/08/2012

Re: [Chroniques] Jaheiro [Fiche de Force]

le Ven 4 Jan 2013 - 23:35
La Force …
Éternelle et incomprise.
Elle est toute chose sans l’être.
À portée de certains êtres seulement.
Se manifestant autant pour guérir que blesser.
Agissant selon la volonté de son utilisateur, sans distinction.

Et si … elle possédait sa propre volonté? Aurions-nous tords de continuer l’utiliser comme tous ces millénaires nous l’ont enseigné? Une si grande puissance, capable de transcender le temps et l’espace serait sage et omnipotente n’es-ce pas? Mais qu’en serait-il lorsque confronté à des êtres capables de lui résister, ses utilisateurs trop habitués à demander, seraient à leur tour sollicité? Chaos et destruction!


Quoi? Mais non je ne veux pas. T’es sur? Il y a d’autres moyens, Non! Un seul et c’est de passer par moi. Tu fais peur. C’est quoi les autres moyens? Trouver l’équilibre. Devenir l’esclave d’anciens codes ne fera qu’assurer ce futur de feu et à sang. Je ne parlais pas des anciens codes, j’ai vu le futur au travers tes yeux le Sith. Impossible, je suis le seul capable d’utiliser la force. Arrêter de vous chamailler, je veux maman. C’est quoi t’a vu l’croyant? J’ai vu que même parmi les Jedis, plusieurs s’en était rendu compte. Ça veut dire quoi? Qu’il devient comme le Sith. Maamaaaaan, j’ai peur. Euh non, pas comme le Sith, mais qu’il sera bientôt capable d’utiliser des pouvoirs …aaaarrrggghhhhhh NON NON ET NON! Je suis Jaheiro le Sith, personne ne se mettra en travers de ma route. Moi. JAMAIS, MEURT!

Non! Oui! Non, non non! Ouiiiii, NON! Ouuiiii meurt, je m’opposerai à t.Je t’écraserai. Je le défendrai, maaaaamaaaaan! Argh Grr, argh, jamais, non, non, non, non, non, non, non, ouii, non, oui, non. Je suis le sauv, nous ne te laisserons pas faire. Comme si je me souciais de vous. Je suis le curieux et je crois en croyant. Je suis croyant et je m’opposerai. Non, oui, oui, NON! *Bruit de pleurs* Tant que ce bébé restera effrayé et je m’y attelle fort bien, tu ne pourras gagner la paix intérieur que tu désires. Il me renforce autant qu’il t’affaibli. Ton plan est voué à l’échec. ...

Enfin débarrassé d’eux. Pour un temps seulement le Sith. ÉCRASE L’ILLUMINÉ. Nous ne nous laisserons pas faire. Brûlez en enfer! AAAARRRGGGHHH.*Bruit de pleurs* Je … ne … vous … laisserai … jamais … en … profi… *Essouflement* Tu faiblis.


- Vous allez bien?

Cette phrase tira le Fou de ses réflexions intérieures qui le déchiraient tellement qu’il avait commencé à crier même en personne. Dans la réelle réalité, il suait comme un porc, ses veines engorgées battaient à tout rompre, il se débattait contre des forces invisibles et inexistantes. Son âge l’avait rattrapé. Il devenait sénile se disaient toutes les personnes attroupées autour de lui. Il risquait de s’étouffer tellement il soufflait bruyamment et avec des sifflements inquiétants pour ses bronches. Une bouteille d’eau lui était même tendue vers lui.

Celle-ci commença à léviter à la stupéfaction générale, tandis qu’un sabre laser était dégainée avec agilité des haillons de morceaux de tissus retenus entre eux seulement par des ficelles décorés de dents. Inutile de décrire ce moment, ce fût un carnage. La seule sortie possible de cette ruelle où il avait inconsciemment rampé avant de sombrer dans sa propre folie, était un étroit passage qui se retrouva comblé par l’effondrement d’un mur qui ne tenait à quasiment rien. Tous étaient désormais emprisonnés avec ce fou qui brandissait l’une des armes les plus craintes de la galaxie, ou du moins le plus légendaire.

Souillée de sang et d’entrailles, Jaheiro collectionna les effets personnels qui l’intéresseraient. Il laissa là, les crédits qui ne serviraient pas à acheter le nettoyeur pour ses haillons. Une bague stylisée, un stylo intéressant des babioles sans réelles valeurs mais qui piquait l’une des bribes de personnalités qui le constituait. À l’intérieur de sa tête, dans son esprit, se fixaient mentalement le Sith et le Croyant. Dans un décor sombre, constitué de vide, l’un habillé de noir, projetant une terrible aura tandis que son vis-à-vis était simplement appareillé, aucunement influencé par l’effet voulu par la personnalité le plus puissante de cet esprit partagé.


Nous partageons le même corps, les mêmes aptitudes à la Force.
Moi seul ait reçut la formation adéquate et vous ne pouvez accéder à mes souvenirs.
Seulement, dans ta hâte tu te laisses de plus en plus aller Sith, tu nous laisses entrevoir des moments où tu utilises la Force. Celle-ci chuchote à toutes nos oreilles.
Le même message est imprimé dans ce cerveau partagé.
Certes mais ce message s’adresse autant à toi qu’à nous et je crois pouvoir mieux répondre aux attentes de celle-ci que toi.
Insolent insecte!

À ce moment, le corps de Jaheiro retomba, inerte au sein des corps et de ces mares de sang, repris de convulsions incontrôlable. La plus jeune des personnalités, l’automate, constitués de seuls mécanisme de défense sociale par la fuite et la cachoterie, apparu enchaîné au Sith. Le curieux quant à lui apparu derrière le Croyant. Il était constitué des mécanismes de l’automate mais évolué pour évoluer dans une station où la cachoterie n’était pas la seule option mais la cavale tout autant au travers les multiples conduits, ouvrants de nouvelles voies à ses futurs possibles. Les deux duos se faisaient face. Puis le combat commença.

Le Sith invoqua ce qu’il maîtrisait le mieux : la sombre énergie que constituait la magie sith. Des esprits perdus, tourmentés et haineux prirent alors place en suppléments de toutes cette assemblée. Ils se ruèrent instantanément sur le duo simplet. Seulement, lorsqu’une personnalité dans un esprit était libre de penser séparément des autres, occupés ailleurs, elle évoluait seule dans un coin de cerveau indépendant. Le Croyant pratiquait son art depuis quelques temps déjà. Il se servi des émotions purgeantes des esprits et du sith pour s’inspirer dans la bataille, flirtant entres les leurs et les siennes, en paix, calme. Autant il pouvait être influencé par elles, autant elles le seraient par les siennes. Seulement il balbutiait encore dans son entrainement sans mentor. Aussi le Sith déchira-t-il de ses invocations fictives les pensées de gardiens ou de sauveur du croyant par son incroyable capacité à susciter la folie et la confusion.

De retour, seul aux commandes, le Sith, se damna mentalement d’être aussi amputé de pareils colocataires gênants. Il lui fallait trouver une solution et rapidement. Les prédispositions de cette autre personnalité à croire que tout pouvait encore mieux aller toujours et cette nouvelle aptitude a puiser dans la force rendait le Sith extrêmement soucieux. Premièment, il quitta l’endroit subtilement, s’assurant que personne vivant ou non ne pourrait transmettre son état à qui que ce soit. Puis il se dirigea vers une source d’eau stagnante putride qui se situait dans les endroits des plus profonds tréfonds de Coruscant. De là, il s’y baigna pour laver le sang qui le recouvrait.

Deuxièmement, toujours en maugréant extérieurement tout en électrifiant intérieurement ses vis-à-vis qui s’étaient opposés à lui, Jaheiro se déplaça vers la base militaire impériale. Longeant tous les recoins possibles, passant inaperçu au point de faire milles et uns détours. Non par pure paranoïa, mais plus pour se donner le temps de réfléchir à comment repousser l’échéance de sa domination actuelle au sein de ce vieux corps frêle. Peut-être même plus d’assurer son hégémonie intellectuelle pour toujours. Oui, Jaheiro devait se plonger dans les arcanes les plus sombres de toutes. Les Holocrons subtilisé au Temple Jedi lors de l’assaut de la 501e. À nouveau il devait redevenir l’archiviste sith si réputé qu’il avait été seul à accomplir ce travail au lieu des dix précédents.

C’est ainsi qu’il se mit non seulement à travailler comme archiviste mais aussi comme recherchiste. Durant ses travaux il avait découvert des notes dans les milliers d’écris rassemblés là par le précédent empereur et l’actuelle impératrice. Il devait débusquer jusqu’où cela le mènerait. Il savait que cela signifiait quelque chose mais l’ampleur d’une tâche de recherche de ce genre devait prendre des années. Aussi devait-il s’y mettre de suite. S’il réussissait assez à impressionner l’Impératrice, peut-être atteindrait-il entretemps suffisamment de clairvoyance pour devenir un prophète accompli. Il rassembla par genre tous les ouvrages traitant spécifiquement du côté obscur, puis de la magie sith. Remontant jusqu’aux enseignements des premiers Jedis Obscurs sur Korriban grâce aux recherches qu’il avait mené là-bas.

Suite : http://www.swor-jdr.com/t13658-bibliotheque-sithl-archiviste
Contenu sponsorisé

Re: [Chroniques] Jaheiro [Fiche de Force]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum