Partagez
Aller en bas
avatar
Aeria "Ferret" Nasheï
Novice dans l'Âme
Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 12/06/2012

Aeria "Ferret" Nasheï [v]

le Mer 13 Juin 2012 - 0:58

    Identité

  • Nom : Aeria “Ferret” Nasheï
  • Autre Comptes : Miraan Ekta / Désir




    Profil

  • Race : Humaine
  • Sexe : Féminin
  • Âge : 25 ans
  • Planète d'origine : Coruscant
  • Apparence : Aeria “Ferret” Nasheï est une jeune femme de plutôt grande taille, aux alentours d’1 mètre 75, pour quelques 60 kilos, faisant de son corps une silhouette assez équilibrée, reposant sur deux longues jambes fuselées. Ses mains délicates semblent être faites pour son métier, tandis que sa morphologie élancée lui permet de se faufiler à peu près partout (d’où le surnom de « Ferret » accordé dans le milieu depuis ses premiers exploits). Enfin, surplombant une poitrine généreuse mais délicate, un visage emprunt d’angélisme où trône un regard hétérochrome, composé d’un œil bleu et d’un œil vert.
  • Métier : Voleuse/Espionne
  • Groupe : Consortium de Zann




    Informations

  • Histoire :

    La petite Aeria Nasheï est née au cours d’un bel été Coruscantii, le plus bel été que ses parents, Eleanor et Brein, n’ai jamais connus depuis leur propre naissance sur la planète. L’enfant était douce et belle, et ne pleura pas à sa naissance, ce qui d’après les personnes présentes était signe d’une sagesse future et d’un apaisement intérieur extrême. La jeune maman baissa la tête vers le nouveau-né, pleine d’amour et d’émotion, les larmes au bord des yeux de ressentir une telle vague la submerger, emplissant son cœur d’une chaleur nouvelle. Le bébé leva la tête vers elle, et plongea son regard bleu de nourisson dans le sien. Eleanor remarqua de suite que la teinte ne semblait pas être la même mais elle se dit que les yeux pouvaient changer, aussi elle ne s’inquiéta pas. Ce ne fut qu’une année plus tard que son impression fut confirmée. Aeria était hétérochrome, c’est-à-dire qu’elle portait un œil bleu et un œil vert, donnant à son regard d’enfant une profondeur étrange, comme si un adulte observait le monde. Cela lui valu beaucoup de moquerie, les autres enfants ne comprenant pas la différence. C’est durant son enfance qu’elle entreprit la construction de sa carapace, ce cocon doux et maternel dans lequel elle se réfugiait lorsque le monde devenait trop dur.

    La vie ne s’arrangea pas pour autant. Alors qu’elle n’avait que sept ans, l’Empire vécu son avènement. La jeune enfant ne comprenait pas les tenants et les aboutissants de la situation, mais elle avait compris que ses parents, dans leur quête de la liberté et la justice, étaient de farouches opposants au régime qui s’installait. Dans toute sa naïveté de petite fille, elle était fière d’eux, car ils avaient l’air fiers eux même de ce qu’ils faisaient, et elle se plaisait à raconter à qui le voulait que ses parents étaient des héros qui se défendaient contre les méchants qui voulaient les envahir. C’est ainsi qu’Eleanr et Brein furent arrêtés et exécutés, tandis qu’Aeria fut confiée à une tante éloignée, un endroit affreux dans lequel elle ne se sentit jamais à sa place. La culpabilité la rongeait, d’autant plus que sa tutrice ne se lassait pas de le lui rappeler à longueur de temps, que « Si tu n’avais pas eu une aussi grande bouche, je ne t’aurais pas sous mon toits ». A bout de force, elle s’enfuit du domicile, et entama un long vagabondage. Elle avait tenu 5 ans, et en avait désormais 12.

    Plongée dans le monde de la rue, elle trouva refuge auprès d’un petit groupe de femmes, plutôt agées d’une trentaine d’années, qui la prirent sous leur aile. Le marché était simple. Pour bénéficier de leur protection, elle devait ramener un peu d’argent, et le donner à la plus agée des 4, Maleyna, qui se comportait comme une mère avec elle. Ainsi, elle chercha la solution et elle se présenta à elle le plus simplement du monde. Un jour, alors qu’elle se baladait sur un marché à la recherche de fruits à glâner, un passant fit tomber son portefeuille. Elle le ramassa, et alors qu’elle allait s’élancer derrière lui, il disparut dans la foule. Après une rapide interrogation, elle décida de le garder, et ramena son contenu aux Femmes. Ainsi, petit à petit, elle se rendit compte que ses mains fines lui permettaient de se glisser facilement dans les poches et les sacs, que sa taille lui permettait de se fondre dans la foule, et que son visage d’ange la rendait aussi innocente que l’enfant qui vient de naître.

    Le temps passait, et elle grandissait. Agée de 16 ans, sa taille déjà adulte rendait les larçins plus difficiles, et il fallait qu’elle trouve de nouveaux moyens d’agir. Elle se tourna d’abord vers la prostitution. Son corps lui rapportait pas mal d’argent, mais elle n’arrivait pas à voir ça comme un métier. La jeune fille ne se faisait pas à l’idée de se vendre, elle ne pouvait se résoudre à se considérer comme un simple objet que les hommes pouvaient utiliser à leur gré. Et puis un soir, à nouveau, le ciel sembla mettre sur sa route une nouvelle solution. Alors qu’elle avait rejoint un riche homme dans une villa dans les beaux quartiers, il s’endormit à ses cotés. La jeune femme se releva, allant chercher un verre à la cuisine. Mais une vitrine attira son attention. De nombreux objets de valeurs miroitaient devant ses yeux. Elle se promit de revenir le lendemain, ce qu’elle fit, en toute discrétion, dérobant et revandant.

    Elle ne s’arrêta pas à une maison. Il y’en eu une deuxième, puis une troisième. Elle commencait à se faire un nom… Ferret. Ils la nommèrent de la sorte en rapport avec son habilité et sa facilité à se glisser dans n’importe qu’elle habitation afin de se saisir de ce qu’elle désirait, telle un furet se faufilant dans un cellier pour voler sa pitance. A 25 ans, cela faisait longtemps qu’elle avait quitté la rue, le butin amassé lui ayant permis d’acheter une petite habitation, dans les quartiers pauvres certes, mais elle avait un toit. Elle ne s’arrêtait pas pour autant de voler, et désormais, des gens se servaient du bouche à oreille pour trouver Ferret (la vraie ou une doublure, ses amies ne l’ayant jamais oubliée), afin de lui commanditer un vol, ou, nouvelle branche explorée, un espionnage, que ce soit une femme craignant d’être bafouée, un homme suspectant son employé de le voler. Elle excellait dans ses domaines…

    Mais aujourd’hui, quelque chose de nouveau retenait son attention. Elle avait entendu parler d’une sorte de cristal, caché dans une place forte sur une planète qu’elle ne connaissait pas, Saleucami. La curiosité étant très forte chez elle, elle décida de prendre une navette, pour se rendre sur la fameuse planète, en quête de sa plus belle prise…

  • Inventaire : Blaster de Poche modèle J1, 200 cr
  • Psychologie : Aeria est vénale, et prête à tout pour obtenir ce qu’elle veut. Elle a une ambition sans limite, et même si elle reste dans le cadre de son activité principale, elle aime diriger. Elle ne supporte pas les ordres, mais étrangement est prête à faire preuve d’une loyauté sans faille à celui qui la soumettra. Les relations humaines sont pour elle tout ce qu’il y a de plus plaisant. Elle se mêle avec plaisir à la population féminine, et profite avec grande joie de ce que les hommes peuvent lui apporter, n’ayant aucun scrupule à utiliser ce biais pour obtenir ce qu’elle veut. Enfin, partant du principe que si l’on désire quelque chose, il faut aller le chercher soi-même elle n’hésite pas à se mettre en danger pour mener ses missions à bien, que ce soit pour son propre interêt ou celui de ses commanditaires.
  • Affection : Le pouvoir, les hommes, les beaux objets, la richesse
  • Aversion : L’amitié, l’Amour, la Gentillesse, tous ces sentiments qui font que la race humaine est une guimauve sans nom.




    Disposition

  • Fuseau Horaire : Paris, France
  • Disponibilité : Principalement le soir et le week end
  • Indisponibilité : La journée en général

avatar
Corruption
Maître du Jeu ▪
Nombre de messages : 529
Date d'inscription : 18/09/2010
http://www.swor-jdr.com/9642-contacter-le-staff-9642-f123/les-re

Re: Aeria "Ferret" Nasheï [v]

le Mer 13 Juin 2012 - 1:19
Zann Tu seras bienvenue chez moooooooi! Zann

Erf, ah oui, quand même...

Bienvenue sur SWOR donc... Euh... Ah non toi t'es désormais une habituée et je vois que tu as tes 500 points d'implication requis pour un second compte donc de ce côté là c'est en règle.

Rien à redire du côté de la psychologie et du physique, on a ce qui faut sans être trop étoffé, ça me convient.

Pour ce qui est de l'histoire, ça me convient c'est bon, l'enchaînement est logique, on a toutes les étapes qui ont constitués la jeune "Ferret" que nous retrouvons à l'heure actuelle.

En conséquence je te valide.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum